Loi de finances rectificative: séance commune du Parlement ce mercredi    Adoption en Conseil de gouvernement du projet de loi de finances rectificative    Vacances d'été: les horaires à éviter sur les autoroutes du Maroc    La mosquée Hassan II cherche un exploitant pour ses hammams    Stress test: Les banques marocaines toujours résilientes    4 terroristes présumés arrêtés à Nador    Covid-19: Inquiétude chez les élus américains    Covid19: 186 nouveaux cas ce mardi à 10h00    Plus de 45.000 MRE regagnent leur pays de résidence    Abderrahmane El Youssoufi raconté par son compagnon de route    Le monde arabe en 2033 [Analyse]    Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Une vie et un destin hors du commun    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Les principaux chantiers et réformes économiques à l'actif du gouvernement El Youssoufi    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : La culture, une source d'intérêt majeure pour El Youssoufi    Renard: «j'ai conseillé à Achraf d'accepter le transfert à l'Inter»    Futsal: Hicham Dguig prolonge jusqu'en 2024    Tensions sino-américaines en mer de Chine    Hausse du SMIG : Voici ce que vous devez savoir    Les villes-hôtes candidates se mettent au travail    Biennale de Danse en Afrique du 22 au 27 mars 2021    51e FNAP: la ville ocre vibre aux rythmes des arts Populaires    Maroc/Covid-19: les fonctionnaires de trois prisons reconfinés    BDS – Défendre une cause c'est bien, respecter les avis des autres c'est mieux    Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie    Milouda: Une leçon de vie écrite aux couleurs de l'espoir    La Fondation du Forum d'Assilah annonce son programme d'activités culturelles et artistiques d'été    Le président brésilien annonce sa contamination au Covid-19    Le prince Moulay El Hassan décroche son bac    Le Wydad entame sa préparation collective à Agadir    Les mosquées ouvriront leurs portes    La Chambre des conseillers: adoption en commission d'un projet de loi édictant des mesures spécifiques à l'état d'urgence sanitaire    Coronavirus : quel impact sur les congés    Officiel: la date de réouverture des mosquées au Maroc    Qui est Driss Isbayene, le nouvel ambassadeur du Maroc au Mali ?    Le Marocain Aziz Krir remporte le titre    Côte d'Ivoire : Drogba brigue le poste de président de la FIF    Hamza Mehimdate, un photographe émotionnel    Les températures resteront élevées pendant plusieurs jours : La canicule s'installe !    Mauritanie : l'ex-président convoqué devant une commission d'enquête    L'Égypte, la France, l'Allemagne et la Jordanie avertissent Israël contre ses projets d'expansion    CGEM/PPS : rencontre autour du développement économique et social    COVID-19. Pour qui roule l'OMS?    Immigration clandestine: baisse des arrivées sur les côtes espagnoles    Les États-Unis n'accorderont pas de visas aux étudiants étrangers si les cours sont en ligne    Adil Bouaouad en quête de « rédemption »    « Derb Mila » à Casablanca embelli par des fresques murales    1.107 cas de triche au bac détectés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf
Publié dans Libération le 06 - 06 - 2020


Le président
de la Ligue sahraouie pour la démocratie
et les droits de l'Homme livre un poignant témoignage sur les conditions
de vie dans les camps de la honte
Le président de la Ligue sahraouie pour la démocratie et les droits de l'Homme, Hamada El Baihi, a livré un puissant témoignage sur les conditions de vie des populations des camps de Tindouf, en Algérie, et la corruption des dirigeants du Polisario, dans le cadre de l'émission citoyenne "Sahara Debate" diffusée sur les réseaux sociaux.
En refusant de jouer un rôle à la hauteur de ses responsabilités dans ce différend régional, l'Algérie se rend coupable de la persistance de "la souffrance, de l'angoisse et de la douleur" des populations séquestrées dans les camps de Tindouf, a martelé ce militant des droits de l'Homme, un ancien cadre du Polisario qui a rallié la mère patrie.
Dans son témoignage, le président de la Ligue sahraouie pour la démocratie et les droits de l'Homme a décrit son enfance passée dans les camps de travail à Cuba, où il a été déporté à l'âge de neuf ans à bord d'un navire commercial du port d'Alger vers La Havane.
Il ne reverra sa famille que quatorze ans plus tard. A Tindouf, il retrouve une population asphyxiée par la chape de plomb du Polisario, qui viole de façon systématique et en toute impunité les droits fondamentaux de la population, avec la complicité active de l'Algérie qui lui a délégué l'autorité sur une partie de son territoire en toute illégalité au regard du droit international humanitaire.
Travaillant au sein de la "direction de la coopération internationale" du Polisario, Hamada El Baihi se retrouve au plus près du détournement systématique par l'Algérie et du Polisario des aides humanitaires destinées aux habitants des camps de Tindouf. Au détriment de la santé de la population, les denrées alimentaires les plus nutritives sont systématiquement détournées pour être revendues sur le marché noir en Algérie et certains pays voisins, tandis que le reste des aides est distribué de façon arbitraire par le Polisario.
D'ailleurs, le détournement systématique des aides humanitaires par l'Algérie et le Polisario a été mis en évidence dans les rapports de plusieurs organisations internationales, notamment le Haut-Commissariat aux réfugiés, le Programme alimentaire mondial et l'Office européen de lutte anti-fraude (OLAF). L'ensemble de ces organisations s'accordent à constater que le détournement des aides humanitaires est facilité par l'absence de données sur le nombre des habitants des camps de Tindouf en raison du refus de l'Algérie d'y autoriser un recensement.
Le militant des droits de l'Homme a expliqué avoir trouvé à son retour aux provinces du Sud un espace en plein essor économique, où la population jouit de ses droits politiques, économiques, sociaux, et culturels et où la société civile est en effervescence.
Il a ainsi livré un constat sans appel : le Polisario ne peut en aucun cas prétendre à la représentativité en tant que milice armée qui ne subsiste que par la répression et l'impunité. Les véritables représentants de la population sahraouie, a-t-il déclaré, sont les élus locaux des provinces du Sud, qui jouissent de la légitimité démocratique.
Se faisant le porte-voix des populations opprimées des camps de Tindouf, Hamada El Baihi a déclaré que seule l'initiative marocaine d'autonomie permettrait de sortir ces populations de leur "douleur" et leur "souffrance", appelant les Nations unies à œuvrer en vue de mettre fin rapidement à ce différend qui n'a que trop duré.
Insistant sur la corruption du Polisario, il a relevé que seuls les dirigeants du Polisario et leurs parrains algériens bénéficient de la persistance du différend régional sur le Sahara marocain.
Hamada El Baihi intervenait dans le cadre du Sahara Debate, une émission citoyenne qui se veut une plateforme ouverte et démocratique pour jeter des éclairages sereins et dépassionnés sur la question du Sahara marocain, loin de la propagande médiatico-politique orchestrée par l'Algérie et ses affidés du Polisario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.