Eau Sidi Hrazem: une ancienne affaire refait surface    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Special Olympics: les champions marocains challengent leurs rivaux mexicains    Maroc/Covid-19: 1241 nouveaux cas, 28 autres décès    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    La CNOPS simplifie les procédures pour l'AMO    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Une première dans l'histoire du Maroc!    Covid-19: Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile    Le Crocoparc Agadir accueille le plus grand serpent du Maroc    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Conseil de la concurrence : une institution stratégique incontournable    Ligue des champions : A Lisbonne, un "Final 8" sous bulle sanitaire    Messi s'est entraîné normalement avant le Bayern    Les Sévillans Bounou et En-Neysiri en demi-finale de Ligue Europa    Khalid Ait Taleb : Des centres de santé seront mis à disposition dans les quartiers pour accueillir les cas suspects de Covid-19    Le retour des castors    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    Wafa Assurance enregistre une baisse de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    Contraventions durant l'Etat d'urgence sanitaire: un projet de décret fixe les procédures    Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition    "365 jours" Un film entre succès et polémique    La gastronomie marocaine à l'honneur à Bogotá    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Algérie: Multiplication des emprisonnements de journalistes    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    UC: une décision de Sajid crée la zizanie au sein du parti    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Feu ravageur : Les oasis à la merci des flammes
Publié dans Libération le 07 - 07 - 2020

Un autre été catastrophique dans les régions oasiennes marocaines. En effet, de sévères incendies se sont produits ces derniers mois détruisant des centaines d'hectares qui font partie des richesses naturelles du Maroc. « Il s'agit d'un phénomène nouveau et étrange qui s'est amplifié davantage durant ces dernières années et qui se poursuit jusqu'à présent. En quelques mois, le feu a touché l'oasis de Mazgata,Afala O'ndra, Douar Malal et Taranata où 6.000 hectares ont été consumés par l'incendie », nous a indiqué Jamal Akchbabe, président de l'Association des amis de l'environnement à Zagora (AAEZ).
Selon lui, plusieurs facteurs directs et indirects expliquent en partie cette catastrophe naturelle. « Le contexte de la sécheressequi perdure depuis 2014 a fortement affecté les ressources hydriquessouterraines et superficielles de la région. En effet, la pluviométrie n'y a pas dépassé les 30 mm par année. Cette situation a fortement transforméprès de 26.000 hectares en terres désertiques et sèches, ce qui a impacté, en conséquence, l'hygrométrie de la région et créédes conditions idéales pour les départs de feu », nous a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « Des facteurs humains sont également derrière ces incendies. En effet, la négligence des parties concernées, à savoir le Fonds de développement agricole et les agriculteurs, l'émigration de la population oasienne et l'émergence de nouvelles alternatives agricoles comme la culture de la pastèque ont préparé les conditions nécessaires pour que ces oasis commencent à se consumer ».
Greenpeace a déjà alerté l'année dernière sur le risque de disparition de ces oasis à cause du réchauffement climatique, de la hausse des températures et de leur impact sur les ressources en eauet ,en conséquence, sur les activités agricoles spécifiques à ces zones.
Selon l'ONG, les périodes de sécheresse sont de plus en plus longues, avec des fréquences passant «d'une fois tous les cinq ans à une fois tous les deux ans». «Notre dépendance aux énergies fossiles comme source principale d'électricité a réchauffé la terre, ce qui fait que ces oasis ont vécu des changements fondamentaux dans leur écosystème», indique l'antenne MENA de l'ONG.
«Ce dont les oasis marocaines sont témoins est un exemple des effets du changement climatique dans le monde, de la disparition de civilisations et de peuples ainsi que de la déperdition de zones naturelles importantes pour l'équilibre environnemental», ajoute la même source.
Le ministère de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l'Eau et des Forêts a révélé que les deux tiers environ des habitats de l'oasis marocaine ont disparu au cours du siècle dernier, et ce processus s'est accéléré lors des dernières décennies, avec des températures en augmentationsensible. Pourtant, le Maroc ne fait pas exception puisque le phénomène de disparition des oasis affecte le reste des pays du Maghreb.
Le président de l'AAEZestime que la période du confinement a beaucoup participé à la propagation des feux. « Lors de cette période, les oasis se sont transformées en abrispour la population de la région. Mais, cette transformation a causé des dégâts à cause de la malveillance (carbonisation et utilisation non contrôlée des feux par la population, bergers, apiculteurs et enfants) », nous a-t-il précisé.Et d'ajouter : « En trois mois seulement, des milliers d'hectares ont été incendiés, ce qui aura des conséquences graves sur le rôle économique et écologique que jouent ces oasis ».
Du côté des pouvoirs publics, c'est silence radio. « Aucune enquête judiciaire ou administrative n'a été diligentée concernant les causes de ces incendies. Il n'y amême pas eu de débat concernant ce sujet ni programme de sensibilisation ou de communication. Ce qui en dit long sur l'intérêt et la place accordés au patrimoine naturel national », a conclu Jamal Akchbabe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.