Black Friday : Orange lance des offres exceptionnelles sur sa boutique en ligne    Covid-19 : l'impact de la crise sanitaire sur l'effectivité des droits de l'enfant    Digitalisation : La Douane lance [email protected] & Bayyan [email protected]    Black Friday: Alerte aux fausses bonnes affaires ! BUSINESS    La décision du Bahreïn d'ouvrir un consulat à Laâyoune continue de faire réagir    DGSN : Prolongation du délai d'envoi des dossiers de candidatures    START-TOP / B-Sensei : La startup amie des économes    Accord de pêche Maroc-UE : un premier bilan positif    ANP: légère hausse du CA consolidé à fin septembre    Le Groupe Renault Maroc optimiste sur un marché marqué par la volatilité    L'affaire du Casino Essadi enfin close: la Cour d'appel a tranché    AutoBest 2021 : sept finalistes et de premiers lauréats    OMS : la vigilance s'impose, malgré la baisse des contaminations    Salon Halieutis : la 6e édition repoussée à 2022    Alerte météo au Maroc: les averses orageuses se poursuivent    Covid-19: grand recul des mariages mixtes à Casablanca    Casablanca: affluence monstre dans les annexes administratives, la Toile s'inquiète (PHOTO)    Président de la Liga : « Messi n'est pas indispensable »    Guergarate : La Croatie salue l'engagement du Maroc en faveur du cessez-le-feu    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Sahara marocain : Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Maroc    Tour Préliminaire Coupe de la CAF: Le TAS (Ittihad Bidaoui) fait ses premiers pas en Gambie !    FC Barcelone: accord pour une baisse de salaire de 122 M EUR    Le groupe ODM joint Jaafar Heikel à ses rangs    Classement mondial FIFA : Le Maroc 35ème mondial et 4ème africain    Une finale Ligue des Champions de haut niveau : El Ahly vainqueur d'un beau match !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4592 nouveaux cas, 345.276 au total, vendredi 27 novembre à 18 heures    Rencontre    Démocratie et Mirages    Les leaders des partis politiques en visite à El Guerguarat    La position de l'Espagne sur le Sahara « reste toujours inchangée » (MAE espagnole)    L'Australie limoge 13 soldats après un rapport sur des crimes de guerre en Afghanistan    Kate Middleton populaire    Meghan Markle, de l' exil retentissant au drame intime    Finale de la LDC: l'arbitre marocain Redouane Jaid absent à cause du coronavirus    Ibrahimovic dénonce l' utilisation de son nom dans le jeu Fifa    Nasser Bourita : La Politique européenne de voisinage est plus que nécessaire au regard du contexte de crise pandémique    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Taylor Swift rafle la mise aux American Music Awards    George Clooney atteint d' une maladie rare    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    Ligue des Champions de la CAF : Al Ahly et le Zamalek SC s'affrontent dans la finale du siècle    El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Spécial 40ème jour du décès d'Abderrahmane El Youssoufi : Le père fondateur de la presse ittihadie
Publié dans Libération le 08 - 07 - 2020

La perte soudaine de cet homme est à peine croyable, même si les dernières nouvelles sur sa santé n'étaient pas rassurantes. L'un de ses amis, le ministre Lakhdar Al Ibrahimi, a dit à Abas Bouderka l'un de ses camarades : « Abderrahmane a choisi le moment de son départ pour ne déranger personne. Tous ses amis se trouvent à l'étranger, bloqués en France par l'épidémie de Coronavirus et personne ne pourra l'accompagner au cimetière ».
Abderrahmane El Youssoufi avait fait ses adieux dans plusieurs villes marocaines, à Rabat, Casablanca ... lorsqu'il avait présenté son autobiographie. Ce furent des rencontres populaires, spontanées, intimes avec des gens qui l'appréciaient. Cet homme exceptionnel a accompagné la vie des Marocains pendant presqu'un siècle. Il fut un opposant farouche à Hassan II pendant les années de plomb puis il fut le sauveur en incarnant l'alternance lorsqu'il fut Premier ministre. De nombreuses générations ont vécu avec cette grande figure, vrai symbole de militantisme, de patriotisme et de droiture.
C'est au cours de ce parcours long et riche qu'il fonda la presse ittihadie. Il fut le rédacteur en chef du quotidien Attahrir. Il y déclara que le gouvernement est responsable devant Sa Majesté et le peuple marocain, ce qui lui valut de figurer parmi les premiers prisonniers d'opinion du Maroc indépendant le 15 décembre 1959. Son intérêt pour les médias n'était un secret pour personne, puisqu'il fonda le syndicat de la presse nationale en 1963. Il en rédigea les statuts pour protéger la liberté d'expression au Maroc.
Je ne sais comment commencer pour parler de lui. Je vais simplement évoquer mon vécu très modeste à ses côtés lorsque nous avions eu des rencontres de travail concernant le journal Al Ittihad, qui était très important pour lui. Nous nous sommes rencontrés la première fois au siège du quotidien dont il était le directeur à Casablanca en 1995. Les membres de la rédaction de ce journal ainsi que ceux de l'hebdomadaire Anachra, publié à l'époque par la jeunesse socialiste (Chabiba Al ittihadia) et dont le directeur était Mohamed Assassi, participaient à cette rencontre. Abderrahmane El Youssoufi nous avait présenté les grandes orientations journalistiques de ce groupe de presse, le plus grand au Maroc, qui a vécu une grave crise à l'époque.
Je l'ai rencontré une deuxième fois à Paris le 9 novembre 1999 en marge du Congrès de l'Internationale socialiste au CNIT de La défense. Y participaient les plus grands leaders socialistes du monde. Cette rencontre fut exceptionnelle dans mon parcours professionnel puisque j'ai pu réaliser un entretien d'une heure sur le projet d'un bureau du journal à Paris avec le choix d'une équipe de travail et nous avons abordé la question de la distribution du journal en France. Il voulait que nous nous intéressions aux Marocains de France et aux relations franco-marocaines dans tous les domaines politique, économique, social et culturel. Je me rappelle qu'il avait dit que la France était notre grand partenaire politique et économique qui abritait la plus grande communauté marocaine à l'étranger, ce qui justifiait de suivre toute l'actualité de ce pays. Notre conversation a souvent été interrompue par des journalistes qui voulaient l'interroger sur Driss Basri, démis par le Roi Mohammed VI de ses fonctions. Il restait d'ailleurs constamment informé par téléphone de cette actualité brûlante. Ce projet de création d'un bureau à Paris n'a jamais vu le jour, suite aux problèmes internes au sein de l'USFP et au niveau de la direction du journal. L'équipe se résuma à deux journalistes dont je faisais partie avec peu de moyens couvrant à peine les frais de fonctionnement.
Intéressé par l'actualité de l'immigration marocaine en France, il m'a demandé de faire un rapport sur la situation de l'islam en France. Ce fut une aventure passionnante qui m'a permis de découvrir le monde des mosquées et des associations qui les gèrent. C'était un travail complexe pour quelqu'un qui venait d'arriver en France. Malgré cela, j'ai pu connaître l'organisation de l'islam en France et ses différents acteurs. C'était un terrain miné où se confrontaient de nombreux pays étrangers, puissants par leur nombre de ressortissants, comme le Maroc et l'Algérie ou puissants par les influences qu'ils voulaient exercer en France grâce à leurs pétrodollars, comme la Libye de Kadhafi et les pays du Golfe, sans parler de la surveillance française de ce milieu. Si Abderrahmane El Youssoufi en me demandant ce rapport avait pour objectif d'orienter notre travail médiatique et partisan en France vers ce champ religieux qui avait des impacts politique et sécuritaire en France et en Europe. Il était visionnaire, car aujourd'hui ce sujet préoccupe tous les pays de la région.
Il m'a aussi demandé de rencontrer le directeur de la revue Afrique-Asie, Simon Malley, pour un dialogue autour de l'alternance politique au Maroc et son impact dans la région. Cette rencontre m'a permis de collaborer avec cette revue à plusieurs reprises.
Je lui ai également rendu visite à la Primature en compagnie de mon collègue Hakim Ghissassi de la revue La Médina, publiée en France, qui s'intéressait à l'immigration, à la culture et aux questions identitaires. Malgré sa fonction et ses préoccupations en tant que Premier ministre, il ne perdait jamais l'occasion de discuter de sujets en lien avec l'immigration et les médias. Grâce à ses relations et amitiés, j'ai pu rencontrer de nombreuses personnalités politiques françaises de premier plan ,tels Roland Dumas, Hubert Védrine, Daniel Vaillant, Jack Lang et d'autres ministres étrangers comme Lakhdar Ibrahimi, ministre des Affaires étrangères algérien, ainsi que des intellectuels français et arabes tels que Mohamed Harbi , Bourhane Ghalion, Hamida Naana, Jacques Vergès...Et la liste est longue.
Le Cercle des Amis de Bahi à Paris comptait beaucoup pour lui. Il suivait les activités de cette structure de près et il proposait même des idées. Mohamed Bahi était un journaliste et un homme politique très proche de lui, compagnon de longue date dans la lutte pour la démocratie au Maroc et l'union du Maghreb. Son travail journalistique reste dans les annales de la presse marocaine.
En 2018, je l'ai rencontré une dernière fois dans sa maison à Casablanca. Nous avons parlé de son autobiographie réalisée avec son camarade Abas Bouderka. Il y avait beaucoup d'amis et de collègues. La discussion a porté sur le sens de cette publication et son accueil par le public marocain.
En raison de la crise sanitaire, un hommage national n'a pas pu lui être rendu, mais les Marocains avaient pu témoigner leur attachement et leur respect à ce grand homme lors de la présentation de ce dernier livre retraçant les grands axes de sa vie de militant socialiste.
Avec son départ, le Maroc a perdu l'un des derniers grands héros du mouvement national et de la résistance qui a marqué la politique, les droits de l'Homme et les médias au siècle dernier et qui résonne encore aujourd'hui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.