Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    Météo : temps chaud, averses et passages nuageux ce dimanche    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    Vidéo : Manifestations explosives contre les pouvoirs en place    Le député M'jid El Guerrab: « Le nombre de décès au Maroc demeure presque 100 fois inférieur par rapport à la France »    La Botola a désormais un nouveau leader    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Coronavirus : record de 1345 cas positifs au Maroc ce samedi    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Macron réclame une enquête internationale    Berkane s'offre le WAC    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants
Publié dans Libération le 11 - 07 - 2020

La commission des finances et du développement économique à la Chambre des représentants a entamé jeudi l'examen du projet de loi de Finances rectificative.
A cette occasion, le président du Groupe socialiste, Chokrane Amam, a indiqué que le débat sur ce projet de loi représente une étape historique qui nécessite de tirer les leçons de la conjoncture actuelle aux niveaux politique, économique et social. Une telle situation devra favoriser le changement de l'ordre des priorités et revoir le rôle protecteur de l'Etat, a-t-il dit, notant que les défis de la pandémie n'ont pas été seulement d'ordre économique et social, mais celle-ci a servi de véritable test en matière de respect de la loi et de capacité d'innovation et de recherche de solutions.
Pour sa part, le président du Groupe du Parti justice et développement (PJD), Mustapha Ibrahimi, a souligné que si les lois rectificatives ont pour objet d'adapter les prévisions initiales aux changements de la conjoncture économique et politique, suite à des évolutions imprévisibles, le contexte dans lequel intervient cette rectification est exceptionnel à tous égards, puisqu'elle fait suite à la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19) qui a eu des impacts et des répercussions sur l'économie et sur le domaine social.
"Aujourd'hui nous examinons le projet de loi de Finances rectificative avec un sens de patriotisme et de consensus, puisque le gouvernement est ouvert pour recueillir les opinions et les propositions concernant la relance de l'économie nationale afin de trouver des solutions à même de dépasser les répercussions de cette crise sanitaire", a-t-il poursuivi.
De son côté, le député Adil El Bitar du Groupe Authenticité et modernité, a souligné que l'application de la loi de Finances rectificative doit être effective aujourd'hui, en se basant sur le soutien de la consommation et de l'investissement en tant que composantes essentielles de la demande intérieure, en particulier l'investissement des entreprises publiques pour sortir de la crise économique.
Il a, à cet égard, salué l'adoption de politiques publiques et économiques conjoncturelles, notamment une politique élargie basée sur les dépenses et la création des revenus et une politique monétaire de compensation.
Le président du Groupe Rassemblement constitutionnel, Taoufik Kamil, a, pour sa part, indiqué que le projet de loi, qui "se veut plus qu'une correction de la situation financière pendant une phase historique exceptionnelle, constitue un réel catalyseur pour accompagner la relance économique globale dans une conjoncture dominée par l'incertitude et une pandémie, compte tenu du contexte général dans lequel intervient cette loi, marqué par les répercussions socioéconomiques du coronavirus".
Le président du Groupe istiqlalien de l'Unité et de l'égalitarisme, Noureddine Mediane, a estimé que le projet de loi de Finances rectificative devait constituer un prélude pour la révision des choix, des priorités et des stratégies qui reposent sur un modèle de développement libéral.
"Il devait également constituer une occasion idoine pour édifier le Maroc de l'après Covid-19, un Maroc de la justice sociale, de l'équilibre territorial dans le cadre d'une politique de développement qui met le citoyen au coeur des préoccupations", a-t-il ajouté.
Pour le chef du Groupe du Mouvement populaire (MP) Mohamed Moubdii, la crise sanitaire devrait favoriser l'adoption de mesures incitatives en faveur du produit marocain, soulignant que la loi de Finances rectificative devra prévoir des initiatives plus fortes sur les plans économique et social.
Il a, à cet égard, plaidé pour des mesures incitatives en direction des sociétés productives pour les encourager à préserver les postes d'emploi, plus particulièrement les commerçants et les secteurs qui captent le plus d'employés.
La présidente du Groupement parlementaire du Parti du progrès et du socialisme, Aicha Lablak, a de son côté souligné que la loi de Finances rectificative est "modeste et n'apporte aucune nouveauté", estimant qu'elle se limite aux mesures prises dans le cadre du Comité de veille économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.