Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Hausse du SMIG, le flou persiste    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Edito : Les vraies urgences    Accès aux facultés de médecine: le seuil de sélection rabaissé    Botola : le Wydad en tête du classement général    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Espagne: les conséquences directes de la crise sur les établissements d'hôtellerie    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    Coronavirus : le nouveau bilan au Maroc ce dimanche, par régions    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Nouveau coronavirus au Maroc : La majorité des entreprises craignent un reconfinement    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19 : Comment l'Espagne veut accélérer la recherche d'un remède    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Douzi lance son clip pour Afriquia    Maroc: les ministres prennent leurs vacances    Message du roi Mohammed VI à la présidente suisse    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    «Casablanca International HipHop Festival» : Une première édition en ligne dédiée à tous les hip-hoppeurs    La Fed au chevet de l'économie américaine    Guéris du Covid-19, les joueurs du MAS retrouvent le terrain    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Ce que j'ai voulu vous montrer Par le Dr Lahsen SBAI EL IDRISSI    Aïd Al Adha: le roi Mohammed VI gracie 752 personnes    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    Le président du Haut conseil d'Etat libyen reçu par le chef de la diplomatie marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reprise économique et préservation de l'emploi, deux priorités pressantes du PLFR
Publié dans Libération le 14 - 07 - 2020

La reprise économique et la préservation de l'emploi constituent deux priorités majeures et pressantes du projet de loi de Finances rectificative (PLFR), a indiqué le doyen de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales - Université Hassan II de Casablanca, Abdellatif Komat.
"Au-delà de l'équilibre financier qui devrait prévaloir dans l'élaboration d'une loi de Finances, d'autres priorités prennent le dessus vu leur caractère pressant et sensible, notamment la reprise économique et la préservation de l'emploi", a affirmé M. Komat dans une déclaration à la MAP.
La particularité du contexte dans lequel est initié le PLFR est très complexe, ce qui rend l'exercice très exigeant et très fastidieux, a-t-il précisé, notant que cette disposition (PLFR) est liée à des circonstances exceptionnelles qui remettent en cause les hypothèses et les prévisions sur lesquelles s'est appuyé le gouvernement pour établir la LF. Cette année les perturbations sont tellement fortes que le recours à une LFR était inévitable.
Sur le plan de la reprise économique, ce qui est relevé, c'est la disposition du gouvernement à accompagner les entreprises en difficulté au-delà de la date du 30 juin initialement retenue dans le 1er programme d'appui arrêté par le Comité de veille économique, a souligné M. Komat, précisant que cette orientation est de nature à rassurer le tissu économique qui manque de visibilité sur l'issue de la crise qui risque de se prolonger quelques mois et peut-être même quelques années pour certaines activités.
"La nouveauté retenue pour la poursuite de l'appui de l'Etat est cependant d'adopter une approche sectorielle vu que la situation actuelle et la sortie de la crise se profilent différemment d'un secteur à l'autre", a-t-il fait savoir, notant que le recours à cette approche suppose une véritable identification des besoins en appui basée sur une évaluation équitable et rationnelle.
D'un autre côté, l'introduction du volet social parmi les priorités de la loi de Finances rectificative était très attendue, a-t-il dit, relevant que le spectre de perte d'emplois pour des dizaines de milliers de Marocains plane avec force.
Pour éviter cela, ou au moins l'atténuer, le gouvernement entend prévoir un certain nombre de mesures de sauvegarde dont la poursuite de la mobilisation du Fonds spécial de gestion de la pandémie du Covid-19 jusqu'à la fin de l'année en cours.
Cette décision permet de rassurer un certain nombre d'entreprises dont l'activité risque de prendre du temps avant de retrouver son rythme habituel, a-t-il estimé, ajoutant que l'un des grands problèmes du tissu économique est l'insuffisance en visibilité sur les possibilités et les échéances d'un véritable retour à la normale, notamment en fonction des particularités de chacun des secteurs d'activité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.