Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Conseil de Bank Al-Maghrib : La recrudescence des contaminations Covid-19 fausse les calculs d' Abdellatif Jouahri    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Wydad-Raja: pas de vainqueur dans un derby très moyen (VIDEO)    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    Ayoub El Kaabi de retour au Wydad!    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat
Publié dans Libération le 04 - 08 - 2020

Verra-t-on les étrangers résidant au Maroc prendre le chemin des bureaux de vote aux élections municipales de 2021? Difficile d'y répondre pour le moment du moins. Il n'en reste pas moins que l'USFP aura eu le mérite de lancer un débat qui semble déranger plus d'une partie. Le Mémorandum sur la réforme du système électoral rendu public récemment regorgeait de propositions aussi intéressantes les unes que les autres dont celle de supprimer les dispositions interdisant aux étrangers de voter ou de se présenter aux élections locales selon le sacro-saint principe de réciprocité.
Dans une récente déclaration à la presse, Driss Lachguar, Premier secrétaire du parti de la Rose, a déclaré que la mise en œuvre de ce droit et le principe de la réciprocité avec les pays européens notamment qui s'ensuit donneront à la communauté marocaine à l'étranger la possibilité de participer à la prise de décisions dans les pays d'accueil et d'exercer une influence sur les relations entre le pays d'origine et celui de résidence. Dans ce sens, il a cité l'exemple des MRE de l'Espagne qui ne peuvent jouir de ce droit puisque sa mise en œuvre reste conditionnée par l'octroi par le Maroc de ce même droit de vote aux Espagnols résidant au Royaume.
Pour rappel, sous le gouvernement d'Abbas El Fassi, il y a eu une réflexion sur la possibilité d'accorder le droit de vote aux élections municipales aux étrangers résidant au Maroc, mais les réticences et le désintérêt ambiants en ont empêché l'aboutissement.
Il a fallu attendre 2011, pour que le débat sur ce droit soit relancé avec sa consécration constitutionnelle dans la Loi suprême de 2011 via son article 30. Ce droit de vote s'est vu limité aux seules élections locales et ses conditions d'exercice ont été prévues dans le Code électoral marocain en prenant en considération la conformité à des conventions internationales ou à la réciprocité de sa reconnaissance au profit des résidents de nationalité marocaine dans d'autres pays.
Pourtant, lors des élections locales de 2015, aucune mesure législative n'a été prise au niveau du Code électoral pour mettre en œuvre ce droit, ni par le gouvernement ni par le Parlement. Idem au niveau de l'application «des conventions internationales ou des pratiques de réciprocité».
Pour Hicham Berjaoui, enseignant-chercheur à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech, le vote des étrangers peine encore à rassembler des alliés dans les sociétés nord-africaines notamment au niveau de la classe politique. Généralement, cette dernière ne considère pas ce sujet parmi les priorités de son agenda politique. «Il s'agit le plus souvent d'un dossier à caractère occasionnel, comme c'est d'ailleurs le cas pour le vote des MRE. Ce manque d'intérêt est plutôt d'ordre culturel et sociétal et non juridique ou procédural», nous a-t-il expliqué.
Notre interlocuteur estime que ce droit de vote des étrangers s'impose aujourd'hui avec acuité puisque le Maroc s'est transformé en pays d'accueil pour plusieurs étrangers qui travaillent, investissent ou poursuivent des études et qui paient des impôts. «Ces résidents étrangers doivent participer à la vie sociale et politique de la cité au niveau local et sans que soit exigé le principe de la réciprocité », a-t-il affirmé. Pour lui, conditionner le vote des étrangers au Maroc par l'application du principe de réciprocité est une lecture restrictive du droit international et en contradiction avec les droits de l'Homme.
Il est vrai qu'à ce propos les avis diffèrent mais le débat a désormais le mérite d'exister et il revient à tout un chacun d'en obtenir le meilleur à force d'arguments réfléchis.
De son côté, Younes Foudil, coordinateur de «Plateforme papiers pour tous», estime que la revendication du droit de vote et d'éligibilité aux élections locales marocaines est quasiment absente chez les étrangers résidant au Maroc et qu'elle ne constitue pas une priorité pour eux et plus particulièrement pour les Subsahariens.
Selon lui, l'instauration de ce droit exige des prérequis qui peinent à se réunir actuellement. «Ce droit nécessite des résidents étrangers qu'ils soient convaincus de la nécessité d'intégration dans la société marocaine et du « vivre-ensemble». Il exige également des résidents qui maîtrisent la langue du pays puisqu'on ne peut prétendre jouer un rôle dans la cité sans un apprentissage de la langue du pays d'accueil. Et enfin, il faut une volonté politique forte pour intégrer les étrangers dans le jeu politique local marocain», nous a-t-il expliqué. Et de poursuivre : « Ces conditions subjectives et objectives ne sont pas réunies aujourd'hui, mais la donne pourra bien changer d'ici 5 ou 10 ans».
Notre source pense, en outre, que l'octroi de ce droit doit être précédé par une préparation de ces étrangers ainsi que de l'opinion publique nationale car un accès direct de ces étrangers à la vie politique peut susciter, selon lui, une certaine réticence voire un rejet et pourra alimenter le racisme contre eux. « Aujourd'hui, les étrangers gardent la neutralité et ne s'expriment pas sur les questions de la société marocaine. Ils préfèrent rester discrets et font profil bas. Ceci d'autant plus qu'un grand nombre d'entre eux ne compte pas rester pour toujours au Maroc », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.