Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    Azzedine El Mountassir Billah revient aux affaires à la tête d'Inwi    Le roi Mohammed VI félicite le nouvel émir du Koweït    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Après Latifa Raafat, le rappeur Droos s'indigne contre la subvention du ministère    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    100 millions de doses de vaccins supplémentaires pour les pays démunis    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Roland, Strasbourg et Hambourg    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes
Publié dans Libération le 10 - 08 - 2020

Ex-photographe de mode, le Français Gérard Gascuel a radicalement changé de vie et fondé un ermitage orthodoxe en Lozère: "On ne devient pas moine parce qu'on n'aime pas le monde mais parce qu'on a envie de faire de sa vie une oeuvre d'art".
Au bout d'une route escarpée menant à un promontoire rocheux surplombant la vallée du Gardon, à Saint-Julien-des-Points, dans le massif des Cévennes, Frère Jean, 73 ans, barbe blanche et tenue noire, accueille les visiteurs au "skite" (petit monastère) de Sainte-Foy avec un mélange de bagout et de sévérité.
La sobriété des pierres et lauzes de schiste de l'ancien prieuré bénédictin du XVIe siècle entouré de forêt et de cultures en terrasses contraste avec l'éclat des ocres, rouges et bleus des icônes et fresques auréolées de poudre d'or de la chapelle orthodoxe, qui dépend désormais de l'archevêché russe en Europe occidentale.
Ordonné prêtre en 2006, Frère Jean célèbre les offices mais mitonne aussi de succulents repas à partir de produits du potager et du verger biologiques.
Pèlerins, invités et moines partagent caviar de courgette, ratatouille, gratin de courge au haddock et compote de pomme verte à la fleur d'oranger sur une longue table en bois, dans la salle voûtée ornée d'une fresque représentant la Cène, le dernier repas du Christ avec ses apôtres.
Habitué des chroniques gastronomiques, ayant publié des livres de photos et de recettes, Frère Jean, assure que "la cuisine est une prière, un art de vivre et de partager qui jaillit du coeur", la photo "une écriture de lumière" et le potager "une façon de cultiver ses terres intérieures".
"C'est un personnage au parcours unique, à la créativité débordante!", commente Guy Benoît, l'ancien maire du village voisin de Sainte-Cécile d'Andorge (Gard), qui se souvient de "repas mémorables" au "skite" de Sainte-Foy.
Le lieu accueille des pèlerins lambda en souffrance mais aussi des célébrités venues se ressourcer et créer --chefs étoilés, artistes, vignerons, savants, philosophes...dont les noms ne sont pas dévoilés.
Né en 1947 dans une famille cévenole comprenant "des pasteurs et des curés", Gérard Gascuel se passionne pour la photo et plus particulièrement "la métamorphose des visages" lors de son service militaire, après avoir vu un général "devenu soudainement tout timide devant l'appareil et cherchant à dissimuler son double menton".
Après avoir étudié à l'école Louis-Lumière, il mène une carrière entre la mode, la publicité et les arts sur laquelle il dévoile peu de choses. "Je n'ai rien fait d'extraordinaire mais j'ai rencontré des gens merveilleux", résume-t-il, citant le peintre Salvador Dali, le chorégraphe Maurice Béjart, l'acteur Jean-Louis Barreault ou le mime Marceau.
Sa vie bascule en 1983, lorsqu'il est envoyé par un journal japonais en reportage au Mont Athos, la "sainte-Montagne" de l'orthodoxie, sur une presqu'île au nord de la Grèce.
"Dans la crypte d'une église en ruines, là, sur les étagères, se trouvaient des crânes de moines. Cela a été un choc", raconte-t-il. "Je me suis dit que je ne faisais rien de ma vie".
Au grand dam de ses parents, "le playboy de la famille" quitte son métier et sa petite amie japonaise pour le Mont Athos et une vie de "doux rêveur", "d'utopiste".
Mais au bout d'un an, il ressent "un trop grand confort" et se dirige vers "un des endroits les plus durs au monde", le monastère de Mar Saba, dans le désert près de Bethléem, dans les territoires palestiniens. Il y rencontre son père spirituel Séraphim, y reste plusieurs années et est affecté à la cuisine.
A son retour en France, Frère Jean s'occupe de jeunes en difficulté à Marseille avant de fonder en 1993 la Fraternité Saint-Martin. L'association regroupe des artistes francophones (France, Belgique, Canada, Suisse...) mais aussi des vignerons, paysans et artisans qui "aspirent à partager un art de vivre".
Avec Frère Joseph, un ancien informaticien ayant travaillé pour une multinationale pétrolière dans une tour de la Défense à Paris et aujourd'hui passionné par le chant sacré slavon, ils créent le "skite" trois ans plus tard, dans les montagnes isolées des Cévennes.
"Nous sommes les Laurel et Hardy de l'orthodoxie", plaisante Frère Jean. "Il y a un gros grognon et un maigre mystique. Lui est visuel et moi je suis auditif, c'est un cérébral et je suis intuitif, à tous les deux on fait un moine normal".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.