John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la première vague de la Covid à la deuxième
Publié dans Libération le 28 - 10 - 2020


Depuis l'été, les chiffres se succèdent et se ressemblent : le nombre des personnes infectées par le coronavirus ne cesse d'augmenter de manière inquiétante dans certaines régions. Sommes-nous face à une deuxième vague ? Et faut-il avoir peur ? Pour Khalid Aït Taleb, ministre de la Santé, nous sommes toujours dans une première vague qui évolue. Si la situation reste alarmante, selon lui, elle est encore maîtrisable au regard des moyens dont dispose actuellement le pays. Des assurances que ne partage pas l'OMS qui a fait dernièrement part de son inquiétude sur le risque de la hausse du nombre de cas en Europe et ses répercutions sur le continent africain. Notamment «au moment même où l'Afrique rouvre ses frontières aux voyageurs d'affaires et aux touristes», a déclaré la directrice de l'OMS pour le continent, Matshidiso Moeti, lors d'une conférence de presse le 16 octobre dernier. Et d'ajouter : «Nous connaissons la connexion très étroite entre l'Afrique et l'Europe et nous savons aussi que l'importation [du virus] dans pratiquement tous les pays d'Afrique s'est faite depuis l'Europe». Une mise en garde qui intervient également au moment où les cas et les décès sont de nouveau en hausse dans les pays qui ont assoupli les restrictions. «Nous sommes réellement à un moment charnière de la pandémie en Afrique. Alors que les courbes de l'épidémie sur le continent avaient connu une tendance à la baisse au cours des trois derniers mois, ce déclin s'est stabilisé», a-t-elle déclaré. Mais faut-il croire ces inquiétudes de l'agence onusienne ? En effet, l'OMS s'était attendue, au départ de la propagation de la Covid-19, à une hécatombe en Afrique. Un pronostic qui s'est révélé faux puisque le continent est resté le moins touché par la pandémie. L'ensemble des Etats de l'Union africaine a enregistré jusqu'ici près de 1,6 million de cas, soit 4,2% du total mondial. Le continent a enregistré 39.000 décès recensés, soit 3,6% du total mondial, alors que l'Afrique compte 17% de la population mondiale. Autre question et non des moindres : qu'est-ce qu'une «deuxième vague» ? Selon Nicolas Martin, producteur de La Méthode scientifique sur la radio France culture, ce terme n'a rien d'évident sur le plan épidémiologique puisque personne ne sait à partir de quel niveau on peut parler d'une «seconde vague». «Lors de l'épidémie de la grippe espagnole en 1918, il y a bien eu une seconde vague qui a été nettement plus meurtrière que la première, mais elle était due à une mutation du virus qui en avait fortement augmenté la létalité, la faisant passer de 0,001 à 3, voire 5%. Pour les épidémies de SRAS ou de MERS, il n'y a pas eu de seconde vague d'une part parce que le taux de contagiosité de ces deux premiers coronavirus n'était pas le même que celui du CoV-2 mais aussi parce que le seuil pandémique n'a jamais été atteint», préciset-il. Même évaluation de la part du Dr Mike Tildesley de l'Université de Warwick qui a déclaré dernièrement à la BBC que le terme «deuxième vague» n'a rien de particulièrement scientifique et que la définition d'une vague reste arbitraire. «Certains décrivent toute hausse comme une deuxième vague, mais il s'agit souvent d'une première vague irrégulière. C'est ce qui se passe dans certains Etats américains. Pour qu'une deuxième vague commence, il faudrait une augmentation soutenue des infections. La Nouvelle-Zélande, qui a eu ses premiers cas après 24 jours sans coronavirus et Pékin qui a fait face à une épidémie après 50 jours sans virus, ne sont pas dans cette situation. Mais certains scientifiques affirment que l'Iran pourrait commencer à remplir les critères pour une deuxième vague», a-t-il expliqué. En effet, face à la pandémie, les différentes régions du monde réagissent différemment. C'est le cas de la Chine qui enregistre moins de cas malgré la mobilité de la population (les citoyens chinois ont effectué, depuis le début d'octobre, 637 millions de voyages en train et vers les sites touristiques durant la «Semaine d'or» - première fête nationale d'une durée d'une semaine depuis janvier) et la reprise de l'économie chinoise qui continue à se renforcer sans confinement. La Chine a ainsi enregistré 710 nouvelles contaminations et aucun décès dû au virus au cours du mois dernier. Une situation qui ressemble à celle dans la région de l'Asie-Pacifique qui a montré une véritable capacité à contenir le virus, permettant un assouplissement substantiel des restrictions. «Taïwan et la Corée du Sud ont également retrouvé leurs niveaux de production et de ventes pré-pandémiques. Les pays industrialisés d'Asie sont désormais en mesure de contribuer à la demande mondiale et les économies de la région se révèlent les mieux placées pour traverser à la fois cette période pré-vaccinale et le déploiement éventuel d'un traitement mondial contre la Covid-19», indiquent certains analystes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.