Généralisation de la protection sociale: un saut historique pour le Maroc (UGTM)    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Personnes affectées par le couvre-feu: un politicien renonce à la moitié de son salaire    Maroc/Covid-19: le bilan de ce jeudi 15 avril    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le spectre d'un reconfinement n'en finit pas de planer
Publié dans Libération le 04 - 11 - 2020


«Général, évasif et confus », c'est ainsi qu'on peut décrire le dernier discours du chef du gouvernement à la Chambre des conseillers à l'occasion de la séance mensuelle des questions orales sur les politiques publiques. En fait, Saâd Eddine El Othmani n'a rien évoqué de nouveau et n'a rien annoncé d'important. Mieux, le discours du chef de l'Exécutif maintient l'opinion publique dans le flou alors que les allégations et les fake news relayées par les réseaux sociaux font rage. Ainsi, El Othmani n'a pas jugé utile de clarifier la position du gouvernement concernant un nouveau reconfinement. Selon lui, tout est possible et rien n'est moins sûr. Le chef du gouvernement a déclaré qu'aucun de nos concitoyens ne souhaite le retour à un confinement en raison de ses répercussions économiques, sociales et psychologiques. Mais cela reste une option possible, ajoute-t-il, si la situation devient incontrôlable et si les Marocains faillent à leur engagement, en tant qu'individus et groupes, à l'application des mesures de précaution dictées. Autrement dit, il est fort probable qu'il y ait un reconfinement et il est possible de l'éviter ! Un discours que les autorités ressassent depuis l'été. En fait,tout le monde sait que le confinement reste une probabilité,mais de quel reconfinement parle-t-on ? D'un reconfinement total à l'instar de celui du printemps dernier ou d'un reconfinement partiel ? D'un reconfinement national ou plutôt régional ? Mieux, pourquoi les autoritésmarocaines doiventellesinstaurer un nouveau confinement puisqu'El Othmani him self a déclaré dansson discours de mardi dernier que la situation épidémiologique est encore contrôlable même si elle demeure préoccupante ? Autres questions et non des moindres, qu'en est-il du coût économique et social d'un nouveau reconfinement ? Comment le gouvernement compte-t-il conserver l'équilibre entre le maintien des activités économiques et la protection de la santé des Marocains? L'Exécutif est-il prêt à soutenir financièrement comme c'était le cas du confinement du printemps 5,1millions de familles qui ont bénéficié des aides financières du Fonds spécial pourla lutte contre le nouveau coronavirus ?A-t-il les moyens pour aider de nouveau 800.000 personnes affiliées à la CNSS, en arrêt de travail, et 2,3 millions de familles détentrices de la carte Ramed, impactées par la Covid-19, en plus de deux millions de ménages non-Ramédistes sans parler de ceux qui n'appartiennent pas à ces deux catégoires ?A toutes ces questions, le chef du gouvernement s'est contenté de répéter que « économiquement et socialement, les choses se sont bousculées à cause de l'impact du Covid-19 » et que « l'impact sera également ressenti en 2021 » tout en soulignant qu'au niveau national, la situation économique reste compliquée et « qu'on a évité le pire grâce aux équilibres économiques trouvés avant l'arrivée de la pandémie ». Bref, aucun scénario clair et précis pour gérer un nouveau confinement n'est prêt. Le chef du gouvernement a brillé également par son silence concernant les mesures prises jusqu'à présent. En effet, aucune évaluation n'a été faite concernant les dernières mesures prises pour stopper la propagation du Covid-19. Qu'en est-il des couvre-feux instaurés dans les villes les plus touchées et des restrictions dans certaines régions?Quid du prolongement de l'état d'urgence six fois ? Qu'en est-il de l'adoption de mesures d'urgence ponctuelles, comme le récent verrouillage de la capitale économique avec couvre-feu nocturne, contrôle strict des déplacements et fermeture dernièrement de toutes les écoles à la veille de la rentrée scolaire ? Des mesures qui tardent encore à donner leurs résultats puisque la courbe de l'épidémie ne s'inverse pas et qu'à l'inverse, le taux de positivité atteint des pics inquiétants et les décès dus au coronavirus n'ont jamais été aussi nombreux. « Du 20 au 31 octobre, on a recensé 43.335 nouvelles contaminations et 719 décès. Ces chiffres, enregistrés en 11 jours, correspondent à 20% de la totalité des infections et des morts dues au coronavirus depuis le premier cas de Covid-19 enregistré au Maroc, le 2 mars 2020 », rapporte le site Le360. Pour ElOthmani, ces chiffres n'ont rien d'extraordinaire puisque la situation au Maroc est identique à celle dans d'autres pays du monde qui enregistrent une propagation continue de la pandémie de Covid-19 tout en indiquant que toutes les mesures prises par le pays sont considérées comme des décisions nationales et souveraines, fondées sur des données précises, prises par des comités scientifiques qui suivent, évaluent,suggèrent et prennent les décisions nécessaires. Un petit clin d'œil à ceux et celles qui accusent le gouvernement de copier à la lettre ce quise passe ailleurs notamment en France. Bref, le chef du gouvernement semble moins bien gagné parle souci de bien communiquer.En effet, et en paraphrasant Anne Leyval-Granger, « le message gouvernemental est rarement positif, agréable et gratifiant, dansle contenu,sinon dans la forme : c'est un message de responsabilité, de contrainte, qui veut faire passer ce que le public n'a pas envie d'entendre ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.