Impots: la DGI fait une annonce destinée aux contribuables    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Les sociétés de distribution sur la sellette    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    Ligue des champions : Le Zamalek et Al Ahly en difficulté    Une semaine sous le signe de la stabilité    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    Botola Pro D1: le classement provisoire (9e journée)    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Armée américaine et insurgés du Capitole    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El-Jadida comme champ de signes et de représentations
Publié dans Libération le 18 - 01 - 2021

Dans le strict respect des mesures sanitaires anti-Covid, et à l'invitation du master « Dynamiques urbaines » de la Faculté des lettres et des sciences humaines d'El Jadida, le chercheur Mustapha Jmahri a donné, jeudi 14 janvier 2021, une intervention, en arabe, sur le thème « El Jadida comme champ de signes et de représentations ». Au début de la rencontre, l'universitaire Abdelmjid Noussi, professeur du cours « Sémiologie de la ville » au sein de cette faculté, a présenté le chercheur comme un écrivain prolifique qui a enrichi la bibliothèque nationale d'une trentaine d'ouvrages dont plus de vingt consacrés à la cité d'El Jadida. Prenant la parole, Mustapha Jmahri a esquissé le plan de son intervention en indiquant qu'il s'agit, dans le cas d'espèce, d'une réflexion d'un écrivain sur la ville dont il est originaire et où il vit depuis les années 50. C'est là d'ailleurs l'idée même de Roland Barthes, précurseur de la lecture sémiologique, qui avait toujours préconisé de faire connaître les villes à travers le regard de l'écrivain. Après une brève introduction, l'intervenant a développé sa contribution en quatre temps : la ville multiple, la ville et l'eau, la ville et la banlieue et enfin la ville et la culture. Point par point, l'intervenant s'arrêta sur la signification d'un ensemble de signes et de symboles liés à la cité d'El Jadida-Mazagan et à son histoire. Il précisa tout d'abord qu'il s'agit d'une cité née de l'eau. C'est en fait grâce à la « baie de Mazighan », que la ville est apparue et s'est transformée au fil des ans, l'eau étant ici un moyen d'ouverture et de relation à l'Autre. D'autant plus que la ville s'est toujours développée au cours de son histoire en bordure de la mer. Cette situation géographique a eu un impact direct sur nombre de volets : historique, économique, humain et social. Evoquant la problématique de la banlieue, l'intervenant constata qu'actuellement la ville d'El Jadida n'a plus de banlieue comme c'était le cas dans les décennies 60 et 70. La banlieue bien nette et précise a disparu laissant place à la ville étendue. Les limites autrefois bien définies de la cité sont devenues plus mouvantes sous la pression des besoins incessants en logements. Abordant le thème de la culture, Mustapha Jmahri souligna que la cité est propriétaire d'une culture propre qui, elle aussi, a connu des nuances, des transformations et des acculturations. Selon ce chercheur, il y eut d'abord, à la création de la ville au XIXème siècle, une culture basée sur les principes du travail et de l'initiative, puis, dans les années cinquante du siècle dernier, une culture francophone moderne et dominante et, dans les temps présents, on peut parler, selon le chercheur, d'une situation de coexistence de plusieurs cultures à la fois. A la fin de la séance, un échange entre l'intervenant et les étudiants eut lieu sur les aspects liés aux différentes approches de la sémiologie urbaine dans le but d'appréhender la cité d'aujourd'hui. La séance fut suivie par une distribution, à titre gracieux, de plusieurs ouvrages de la série « Les cahiers d'El Jadida » publiée par l'auteur, au groupe d'étudiants présents.
Correspondance particulière

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.