Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Déclaration de la Contribution Professionnelle: Souscription avant le 1er Avril 2021    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    LE BRESIL DAME LE PION AUX PAYS EUROPEENS    Répondre aux attentes des professionnels de l'artisanat    ACCENTUATION DU DEFICIT DE LIQUIDITE EN 2021    ONU : un revenu minimum provisoire peut aider les femmes à faire face à l'impact de la pandémie    Le changement du statut juridique du Sahara qui bénéficie au Maroc    Quotient électoral: Le parti de la justice et du développement isolé    Un Algérien se tue en s'immolant par le feu dans l' ouest du pays    Maria Chentouf, la superwoman au parcours inusité    Promouvoir la santé sexuelle et reproductive: L'UNFPA et L'OPALS investissent dans le «Self-Care»    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Attijariwafa Bank élue meilleure banque d'investissement au Maroc par Global Finance    Latifa Ibn Ziaten parmi les « 109 Mariannes » actrices de changement social    Chambre des conseillers: Ouverture de la session extraordinaire    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec l'Algérie et l'Egypte    21 personnes arrêtées pour trafic international d'Iphones au Maroc    Les grandes puissances ont intérêt à s'unir    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Alerte météo: fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent au Maroc    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Edito : Sprint final    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Coupe du Trône : L'AS FAR élimine l'IRT pour affronter le Raja !    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'acte d'accusation de Trump déposé dans un Capitole encore meurtri par les violences
Publié dans Libération le 27 - 01 - 2021


Les démocrates ont transmis lundi soir au Sénat américain l'acte d'accusation de Donald Trump, marquant l'ouverture officielle de son procès historique en destitution pour "incitation à l'insurrection" dans les violences meurtrières perpétrées parses partisans sous ce même dôme du Capitole, le 6 janvier. Le Sénat devrait convoquer officiellement l'ex-président américain pour ce procès, qui ne démarrera toutefois que le 9 février. Lessénateurs prêterontserment ce même jour pour devenir jurés dans cette procédure doublement historique: Donald Trump est le premier président des Etats-Unis à tomber deux fois sous le coup d'un "impeachment". Etsera le premier à être jugé après avoir quitté la Maison Blanche. Dans un silence solennel, les neufs "procureurs", élus désignés par la présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont traversé lundi soir les longs couloirs ornés de statues et tableaux pris d'assaut par des manifestants proTrump il y a moins de troissemaines. Puis leur chef, Jamie Raskin, a lu l'acte d'accusation pour "incitation à l'insurrection" dans l'hémicycle du Sénat,ses motsrésonnant avec d'autant plus de force que tous ici, élus de la Chambre et sénateurs, ont été témoins, et victimes, des violences. "Donald John Trump" a incité "à la violence" et "gravement mis en danger la sécurité des Etats-Unis et de sesinstitutions" a déclaré l'élu démocrate, en citant notamment ses "fausses déclarations" niant la victoire de son rival Joe Biden lors de la présidentielle de novembre. Le milliardaire républicain est accusé d'avoir incité ses partisans à se lancer à l'assaut du siège du Congrès pendant que les parlementaires certifiaient la victoire du démocrate. "Vous ne reprendrez jamais notre pays en étant faibles. Vous devez montrer de la force et vous devez être forts", avait-il lancé aux manifestants peu avant l'attaque du Capitole, qui a fait cinq morts. Une semaine jour pour jour aprèsl'assaut, la Chambre desreprésentants avait voté sa mise en accusation, ou "impeachment", le 13 janvier. Ces violences ont bouleversé l'Amérique, et poussé plusieurs grands noms républicains à dénoncerle comportement du tempétueux milliardaire. Mais une condamnation au Sénat apparaît à ce stade improbable, le magnat de l'immobilier, toujours très populaire auprès de ses électeurs, comptant encore sur des soutiens clés à la chambre haute. Les démocrates contrôlent désormais le Congrès. Mais leur majorité est extrêmement fragile au Sénat: ils occupent 50 sièges contre 50 pour lesrépublicains. En cas d'égalité parfaite dans un vote, la vice-présidente Kamala Harris a le pouvoir de faire pencher la balance du côté démocrate. Mais ils auront besoin de 67 voix pour condamner Donald Trump. Un objectif qui semble difficile à atteindre. Même si le chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell, n'a pas exclu de voter pour sa condamnation, il ne compte pas influencer ses troupes publiquement. "Je trouve ce procès stupide", avait tonné dimanche le sénateur Marco Rubio sur Fox. "Le pays est déjà en flammes et cela revient à verser de l'huile sur ce feu". D'autres espèrent même bloquer la tenue du procès, en déclarant anticonstitutionnel de juger un ex-président. "Ridicule", a rétorqué le chef de la majorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer. Car cette "théorie (...) reviendrait à donner un passe-droit constitutionnel à tousles présidents." Grand critique de Donald Trump, le sénateur Mitt Romney est l'un des rares républicains à soutenir la procédure, sans toutefois se prononcer encore sur le sens de son vote. Cet ex-candidat à la présidentielle fut le seul républicain à condamner M. Trump lors de son premier procès en destitution, en février 2020 dans l'affaire ukrainienne. Le président avait alors été acquitté. Cette fois, c'est le sénateur démocrate Patrick Leahy, président pro tempore du Sénat, qui présidera le procès et non le juge de la Cour suprême John Roberts. Un choix traditionnel pour les procédures en destitution d'autresresponsables que le président des Etats-Unis, a souligné le sénateur, mais qui a fait grincer certains républicains. Le report de l'ouverture du procès au 9 février est le fruit d'un accord entre républicains et démocrates. D'une part il permet de laisser plus de temps au milliardaire républicain pour préparer sa défense. Et de l'autre, à Joe Biden de mettre sur lesrailssa présidence, en voyant plus de membres de son cabinet confirmés par le Sénat et, espère-t-il de premiers grands projets de lois adoptés au Congrès. Joe Biden a jusqu'à présent fait preuve de discrétion concernant la procédure de destitution de son prédécesseur. "Je pense que cela doit avoir lieu", a-t-il toutefois déclaré lundi à CNN. Juste avant la cérémonie, le Sénat a approuvé la nomination de Janet Yellen comme ministre de l'Economie et des Finances.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.