Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    161 nouveaux cas de Covid-19 au Maroc: la répartition par région    Coronavirus : 161 nouveaux cas, 16.097 au total, mardi 14 juillet à 18h    Maroc/Covid-19: 161 nouveaux cas et 2 autres décès en 24h    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Coronavirus : recul du nombre de salariés en arrêt temporaire du travail    Du sang neuf à SG Maroc    Ait Taleb met en garde contre tout relâchement    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Alger au pied du mur    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    2020, année de la promotion de la culture de la concurrence    CSMD : Vers un projet de modèle structurel axé sur la justice sociale    Les amendements proposés par le PPS    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    Amnesty International: une animosité de longue date, selon Tamek    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le Conseil de la Concurrence rend public son rapport annuel de 2019 [Document]    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Tanger reconfiné : Les commerçants voient rouge    Enseignement supérieur : Examens exceptionnels au profit des étudiants bloqués à l'étranger    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Remaniement ministériel en Tunisie    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Le roi Mohammed VI a écrit à Emmanuel Macron    Foot. Le Real se rapproche du titre    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Pêche au poulpe à Dakhla : Le quota global est fixé à 15.000 tonnes    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Spike Lee appelle à déboulonner les statues à l'effigie des "héros" des Etats esclavagistes    Feddal débarque au Sporting Lisbonne    Devant du public, la rentrée tonitruante des "Quatre fantastiques" du PSG    Premier League : Leicester surpris, Arsenal doublé    La reprise de la demande intérieure pourrait faire rebondir l'économie marocaine en 20214    Pourquoi Christopher Nolan ne veut pas de chaise sur ses tournages ?    Le CCM dévoile les projets de films admis à l'avance sur recettes    Mauvaises langues    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Création d'une section de l'ADMEA à Madrid : Les Marocains expulsés d'Algérie saisissent l'Audience nationale espagnole
Publié dans Libération le 03 - 08 - 2010

L'affaire des 45.000 familles marocaines expulsées d'Algérie en décembre 1975 prendra désormais une tournure judiciaire. Et c'est devant l'Audience nationale, la plus haute autorité judiciaire en Espagne, qu'elles se préparent à porter leur combat. Contacté hier par "Libé", le président de l'Association de défense des Marocains expulsés d'Algérie, Mohamed Harouachi, a annoncé que cette décision sera précédée par la création d'une section de l'ADMEA à Madrid vers la fin 2010. "Plusieurs Marocains portant la nationalité espagnole, dont le militant associatif Ahmed Yahyaoui, lui-même victime de l'expulsion, ont manifesté leur volonté de militer au sein de la section madrilène de l'ADMEA ", a assuré son président. Sur le choix de l'Espagne, le premier responsable de l'ADMEA a apporté la précision suivante : "Pour pouvoir saisir l'Audience nationale espagnole, il faut d'abord être de nationalité espagnole. Or, nombre des victimes marocaines de l'expulsion se trouvent être en Espagne et plusieurs d'entre elles portent la nationalité espagnole". "L'ouverture d'une section de l'ADMEA à Madrid se veut une étape préliminaire pour faire valoir notre plainte devant la justice espagnole", a-t-il argumenté, ajoutant que cette initiative a été adoptée le 3 juillet 2010, lors du sit-in organisé par l'ADMEA devant le consulat algérien à Oujda. "Ce sit-in, qui a suscité un intérêt international non négligeable, marque une nouvelle tournure dans notre combat pour faire aboutir nos revendications somme toute légitimes", se félicite M. Harouachi. "Notre objectif final est d'obtenir justice pour plusieurs centaines de milliers de Marocains expropriés de leurs biens et traduire les responsables de notre calvaire devant un tribunal ayant la prérogative de poursuivre et juger des criminels où qu'ils se trouvent", a-t-il souligné, en revendiquant des dédommagements à la fois matériels et moraux pour les victimes et pour leurs familles.
Pour rappel, l'ADMEA avait tenté auparavant de porter son affaire devant le Tribunal pénal international, mais aucune suite n'a été donnée à cette initiative en raison, explique M. Harouachi, du fait que "ni le Maroc ni l'Algérie n'ont jusqu'ici adopté le statut de juridiction internationale". La saisine du Conseil des droits de l'Homme n'a pas été conséquente non plus, d'autant moins que les résolutions de ce mécanisme onusien ne sont pas contraignantes.
Cela étant, l'ADMEA fonde maintenant de grands espoirs sur l'Audience nationale espagnole pour obtenir gain de cause. Ce recours à la plus haute autorité judiciaire en Espagne aura du moins le mérite d'éclairer l'opinion publique espagnole, européenne plus globalement, sur la détresse des familles marocaines dépossédées injustement de leurs biens par le régime de Houari Boumediene, au lendemain de la glorieuse Marche Verte.
Selon le président de l'ADMEA, le recours de son ONG à la justice espagnole pourrait révéler d'autres crimes du régime algérien. M. Harouachi en veut pour exemple le carnage perpétré par ce régime en 1962 contre plusieurs centaines de milliers d'étrangers d'Algérie, les pieds-noirs, ensevelis à proximité d'Oran, dont le plus grand nombre sont de nationalité française, espagnole, portugaise et marocaine. "Pas moins de 15.000 victimes gisent encore et toujours dans un immense bourbier situé aux environs d'Oran", a-t-il certifié, en appelant à une enquête internationale sur les crimes horribles commis par le régime algérien contre des victimes dont "le tort", paraît-il, est d'avoir seulement choisi de s'établir en Algérie. Le voisin de l'est n'a pas jugé bon de tourner cette page sombre de son histoire, au contraire. Alors que l'on s'attendait à un geste de bonne volonté du régime du président Abdelaziz Bouteflika, c'est l'inverse qui s'est produit. Le gouvernement algérien avait adopté, dans sa dernière loi de Finances, une clause autorisant l'expropriation des 45.000 familles marocaines. Ce qui revient à dire que le régime algérien actuel a cautionné les crimes de ses prédécesseurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.