Royaume du Maroc Un horizon vertical    CHAN : La RDC bénéficiaire de la 1ère journée du groupe « B »    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Bernard Casoni, nouvel entraîneur du MCO    Manifestation sportive au sein de l'UH2C pour inciter les jeunes à pratiquer le sport    Evolution du coronavirus au Maroc : 806 nouveaux cas, 459.671 au total, dimanche 17 janvier 2021 à 18 heures    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Le rêve ou l'illusion sont forcément de l'autre côté    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    L'Opinion : Susciter l'adhésion des sceptiques    Achraf Hakimi vendu à crédit par le Réal, l'Inter en défaut de paiement !    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    3è réunion de la Commission nationale du suivi et de l'accompagnement    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces Sud    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    Agadir, à l'aune de génération de réformes!    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Mondial de Handball : Face aux Islandais, dernière chance pour les Marocains, mais... difficile !    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Biden promet une série de décrets dès mercredi    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    L'Agence marocaine antidopage tient à Rabat son premier conseil d'administration    Officiel: le Maroc désigné pays-hôte    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    Défis et perspectives de l'aménagement territorial post Covid-19    Agriculture-Pluies: l'année s'annonce prometteuse    Marc Thépot, une nouvelle vie    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Bank Of Africa veut cofinancer l'investissement chinois en Afrique    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    UGTM : Moulay Brahim El Othmani nouveau président du Conseil d'administration de la MGPAP    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    e-commerce : la Covid-19 dope le marché en 2020    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix Nobel de littérature, un défenseur de la liberté
Publié dans Libération le 18 - 10 - 2010

Le Péruvien Mario Vargas Llosa vient d'obtenir le prix Nobel de littérature. C'est une excellente nouvelle pour ceux qui aiment l'écrivain mais aussi pour les amis de la liberté. Vargas Llosa a défendu les solutions libérales en économie et a été l'un des grands admirateurs de Margaret Thatcher, qu'il a d'ailleurs rencontré plusieurs fois. On peut conseiller au moins deux de ses ouvrages à lire, Les Enjeux de la liberté, des essais sur l'idée libérale et La fête au bouc, l'un des plus grands romans sur une dictature politique.
Mais on oublie souvent que Vargas Llosa a même été candidat à la présidence du Pérou. Avec justement un programme libéral. Il raconte les trois années de « vie politique » - candidature, campagne, élections – dans un livre intitulé Le poisson dans l'eau (Folio 1995). On apprend énormément de cet ouvrage, sur la société péruvienne et son « complexe social », sur le général Velasco et sa dictature militaire marxiste (1968-1980) qui avait nationalisé toute l'économie du pays, sur la pauvreté qui y régnait à la fin des années 1980. D'ailleurs, c'est en 1987, pendant le mois de juillet et à la suite d'un discours du président en exercice, Alan Garcia (qui a été réélu en 2006 mais sur un programme de centre-droite) que l'écrivain pense qu'il devrait agir d'une façon ou d'une autre: « Une fois de plus le Pérou vient de faire un nouveau pas en direction de la barbarie », les nationalisations annoncées par le président entraîneraient davantage de pauvreté, de découragement, de parasitisme et de corruption dans la vie péruvienne. Et à plus ou moins long terme, elles léseraient le système démocratique que le Pérou avait retrouvé en 1980, après douze ans de dictature militaire ».
Face à cette situation, Vargas Llosa publie le 2 août dans le journal El Comercio un article intitulé « Vers le Pérou totalitaire » et rédige aussi, à l'aide quelques amis intellectuels, un Manifeste dans lequel ils affirmaient que « la concentration du pouvoir politique et économique au sein du parti au gouvernement pourrait représenter la fin de la liberté d'expression et, pour tout dire, de la démocratie ». Le succès de ce Manifeste fût énorme. Il déclencha des milliers de réactions à travers le pays et même des manifestations dans la rue. Des listes de centaines de nouveaux adhérents apparaissaient chaque jour dans la presse non gouvernementale. L'écrivain organise avec ses amis une grande manifestation intitulée Rencontre pour la liberté qui rassemble 130 000 personnes. Un succès immense. Vargas Llosa prend la parole devant la foule qui crie « Liberté ».
Ca y est, l'engrenage est enclenché : il deviendra candidat politique pour le Mouvement Liberté. Pendant sa campagne, il défendra un programme libéral : on ne sort pas de la pauvreté en redistribuant le peu qui existe mais en créant plus de richesses, il faut ouvrir les marchés, stimuler la concurrence et l'initiative personnelle, étendre la propriété privée au plus grand nombre, dénationaliser l'économie et la psychologie des Péruviens, en remplaçant la mentalité de celui qui attend tout de l'Etat par un esprit moderne qui confie à la société civile et au marché la responsabilité de la vie économique. Un programme qui s'appliquerait très bien à la France d'aujourd'hui !
Vargas Llosa perdit les élections non pas à cause de ce programme mais parce qu'il n'a pas su se comporter en vrai politique en faisant des alliances et des calculs électoralistes inévitables pour gagner des élections. Mais le plus important est le fait qu'il ait pu prêcher la parole libérale partout dans le pays. Les Péruviens ont compris qu'il existait un autre ordre économique que le socialisme et que la Liberté pouvait être gagnée. Même si par la suite il a complètement abandonné la vie politique, Mario Vargs Llosa, ami de Jean-François Revel, restera, comme ce dernier, l'un des plus importants défenseurs de la Liberté.
* Directeur de
développement à l'IREF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.