Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    HCP : la confiance des ménages poursuit sa tendance baissière    Une nouvelle banque dans le giron de la BCP    Brexit : Les principaux points d'accord entre Londres et Bruxelles    L'ancien SG du FLN Amar Saâdani affirme la marocanité du Sahara    Salon du cheval. El Jadida à l'heure de la fantasia    FIFM: Tilda Swinton, Présidente du jury de la 18e édition    Aéroport Hassan 1er de Laâyoune : Le trafic aérien grimpe de 11,68% à fin août    Le Forum régional des coopératives agricoles féminines les 18 et 19 octobre à Al Hoceima    Prix Katara du roman arabe : Deux Marocains distingués    Surf : Le magazine américain «Traveller» consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Don d'organes, quelle est la procédure ?    Fatema Nouali Azar : «Nous n'avons aucune crainte quant à la pérennité du Festival»    Cartes d'abonnement. Après le Raja, succès chez le WAC    Catalogne: La mobilisation se poursuit après de nouvelles violences    Climat: Des ONG fustigent les banques impliquées dans l'entrée en Bourse d'Aramco    Tensions dans le Golfe: La diplomatie aux abonnés absents, regrettent des experts    Crédit Agricole du Maroc. Une émission de 850 MDH dans le pipe    Pour sa première implantation au Maroc : Giovanni Galli opte pour le Morocco Mall    Communiqué du Bureau politique du PPS    Rien à attendre    Elide Fire: La boule anti-feu fait son entrée au Maroc    Argentine: Le social au cœur de la campagne    Le Maroc s'incline face au Gabon en amical    Malika Demnati expose «le vivre ensemble» à Dar Souiri    Témara : Un policier utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    La FAO salue les efforts du Maroc pour éradiquer la malnutrition    Affaire Hajar Raissouni : Grâce royale pour les condamnés, un grand pas en avant    Afriquia : «1.000 idées» pour développer l'entrepreneuriat    La lettre « agressive » de Trump à Erdogan    La raison ou la haine ?    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix Nobel de littérature, un défenseur de la liberté
Publié dans Libération le 18 - 10 - 2010

Le Péruvien Mario Vargas Llosa vient d'obtenir le prix Nobel de littérature. C'est une excellente nouvelle pour ceux qui aiment l'écrivain mais aussi pour les amis de la liberté. Vargas Llosa a défendu les solutions libérales en économie et a été l'un des grands admirateurs de Margaret Thatcher, qu'il a d'ailleurs rencontré plusieurs fois. On peut conseiller au moins deux de ses ouvrages à lire, Les Enjeux de la liberté, des essais sur l'idée libérale et La fête au bouc, l'un des plus grands romans sur une dictature politique.
Mais on oublie souvent que Vargas Llosa a même été candidat à la présidence du Pérou. Avec justement un programme libéral. Il raconte les trois années de « vie politique » - candidature, campagne, élections – dans un livre intitulé Le poisson dans l'eau (Folio 1995). On apprend énormément de cet ouvrage, sur la société péruvienne et son « complexe social », sur le général Velasco et sa dictature militaire marxiste (1968-1980) qui avait nationalisé toute l'économie du pays, sur la pauvreté qui y régnait à la fin des années 1980. D'ailleurs, c'est en 1987, pendant le mois de juillet et à la suite d'un discours du président en exercice, Alan Garcia (qui a été réélu en 2006 mais sur un programme de centre-droite) que l'écrivain pense qu'il devrait agir d'une façon ou d'une autre: « Une fois de plus le Pérou vient de faire un nouveau pas en direction de la barbarie », les nationalisations annoncées par le président entraîneraient davantage de pauvreté, de découragement, de parasitisme et de corruption dans la vie péruvienne. Et à plus ou moins long terme, elles léseraient le système démocratique que le Pérou avait retrouvé en 1980, après douze ans de dictature militaire ».
Face à cette situation, Vargas Llosa publie le 2 août dans le journal El Comercio un article intitulé « Vers le Pérou totalitaire » et rédige aussi, à l'aide quelques amis intellectuels, un Manifeste dans lequel ils affirmaient que « la concentration du pouvoir politique et économique au sein du parti au gouvernement pourrait représenter la fin de la liberté d'expression et, pour tout dire, de la démocratie ». Le succès de ce Manifeste fût énorme. Il déclencha des milliers de réactions à travers le pays et même des manifestations dans la rue. Des listes de centaines de nouveaux adhérents apparaissaient chaque jour dans la presse non gouvernementale. L'écrivain organise avec ses amis une grande manifestation intitulée Rencontre pour la liberté qui rassemble 130 000 personnes. Un succès immense. Vargas Llosa prend la parole devant la foule qui crie « Liberté ».
Ca y est, l'engrenage est enclenché : il deviendra candidat politique pour le Mouvement Liberté. Pendant sa campagne, il défendra un programme libéral : on ne sort pas de la pauvreté en redistribuant le peu qui existe mais en créant plus de richesses, il faut ouvrir les marchés, stimuler la concurrence et l'initiative personnelle, étendre la propriété privée au plus grand nombre, dénationaliser l'économie et la psychologie des Péruviens, en remplaçant la mentalité de celui qui attend tout de l'Etat par un esprit moderne qui confie à la société civile et au marché la responsabilité de la vie économique. Un programme qui s'appliquerait très bien à la France d'aujourd'hui !
Vargas Llosa perdit les élections non pas à cause de ce programme mais parce qu'il n'a pas su se comporter en vrai politique en faisant des alliances et des calculs électoralistes inévitables pour gagner des élections. Mais le plus important est le fait qu'il ait pu prêcher la parole libérale partout dans le pays. Les Péruviens ont compris qu'il existait un autre ordre économique que le socialisme et que la Liberté pouvait être gagnée. Même si par la suite il a complètement abandonné la vie politique, Mario Vargs Llosa, ami de Jean-François Revel, restera, comme ce dernier, l'un des plus importants défenseurs de la Liberté.
* Directeur de
développement à l'IREF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.