Mawazine2019: Du Hip Hop à l'OLM Souissi    Vidéo-Trophée Hassan II de golf : Brillante entrée en jeu de l'équipe du Prince Moulay Rachid    Mea Culpa d'Hervé Renard sur Hakim Ziyech    Un autre élément terroriste arrêté à Dakhla    Trafic de drogues : Gros coup de filet à Casablanca    Meurtres d'Imlil : Ouverture du procès le 2 mai    L'EI revendique les attentats au Sri Lanka    Les avocats plaident pour une réforme de fond    Espagne. Les mineurs marocains, sujets de campagne électorale    L'ESAV lance un nouveau Pôle d'excellence    126e derby casablancais, WAC-RCA 2-2    Botola Maroc Telecom : WAC et RCA se neutralisent au terme d'un derby emballant    Fin de la visite d'une délégation du PPS au Kurdistan d'Irak    Ziyech convoité par les Merengue    Gestes et significations    Conseil National    Maroc Telecom consolide ses performances au premier trimestre    Tenue de plusieurs comités provinciaux du PPS    5ème édition du JIDAR Toiles de rue    Fuicla, un festival dédié au cinéma d'adaptation    Le SMPAD se penche sur la protection sociale    HCP : Les prix à la consommation stagnent en mars 2019    OCP: Les détails des projets en cours    Le ministère annule sa réunion avec les syndicats d'enseignants    FIAB-2019 à Essaouira : Beauté, innovation et responsabilité en Afrique    Révolutionnaire ! Fini les facultés à accès ouvert    Trump rejette la menace d'une destitution, les démocrates débattent    Brésil : La justice examine un recours de Lula contre sa condamnation    Artisanat : Les exportations se consolident de 12% au premier trimestre    SIAM 2019 : Plus de 850.000 visiteurs    ONU Femmes : Lancement d'une campagne contre la traite humaine au Maroc    BMCE Bank of Africa, 1ère banque au Maroc à soutenir les « Responsible Banking Principles »    Les efforts de la diplomatie marocaine ont fini par payer    Les consommateurs s'engagent sans prendre connaissance du contrat de vente    Les leaders de la contestation au Soudan suspendent leurs discussions avec l'armée    Divers    Le vélo électrique serait meilleur pour la santé mentale    Création d'un Centre de créativité pédagogique à la Faculté des sciences de Tétouan    Youssef Chiheb : Le Grand Remplacement, nouveau paradigme de l'islamophobie en Europe    Marathon de Rabat : Deux nouveaux records et une bonne prestation des Marocains    Coupe internationale Mohammed VI de karaté    Divers    Un bel exemple de partenariat entre les deux rives de la Méditerranée    Clôture en beauté du Festival de la culture Aissaoua    "La Malédiction de la dame blanche" en tête du box-office    L'œuvre du cinéaste et poète Abbas Kiarostami au cœur des Journées cinématographiques de Safi    L'Union arabe de taekwondo s'installe à Rabat    Le PPS au Kurdistan d'Irak: La diplomatie partisane agissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dirigeant istiqlalien Hamdi Ould Rachid accuse : L'ancien wali de Laâyoune doit rendre des comptes
Publié dans Libération le 14 - 12 - 2010

L'après-Gdim Izik ne fait que commencer. L'Istiqlal sort de son silence et pointe la responsabilité de l'ex-wali de Laâyoune dans les événements qu'a connus la ville. Par la voix même du président du Conseil municipal de la ville de Laâyoune, Hamdi Ould Rachid qui est également membre du comité exécutif de l'Istiqlal, l'ex-wali de Laâyoune, devenu depuis le 27 novembre dernier wali de la région de Doukkala-Abda, est clairement accusé d'être responsable de la mort des forces de l'ordre, des actes criminels et de vandalisme qui ont meurtri la ville après le démantèlement du campement de Gdim Izik. " C'est lui qui est à l'origine des pertes immenses, matérielles et morales du Royaume, à l'intérieur comme à l'extérieur, du fait de sa mauvaise gestion. Nous soutenons que tous les autres responsables sont innocents en ce qui concerne ce qui s'est passé et ne sauraient être comptables des méfaits du wali ; lequel est aussi, et de ce fait, responsable des morts tombés lors de ces événements et des pertes consécutives aux actes de vandalisme, déclare Hamdi Ould Rachid dans une interview publiée, en ouverture, par les quotidiens porte-parole du parti de Allal Al Fassi, Al Alam et L'Opinion.
L'Istiqlalien président du Conseil de la ville de Laâyoune va encore plus loin et affirme haut et fort que M. Jelmouss, en sa qualité de wali de la région, " doit être déféré devant la justice qui devrait dire son mot au sujet des actes criminels dont Laâyoune en particulier et le Royaume du Maroc en général ont pâti ". L'élu le dit sans ambages : "Tout problème lié à la sécurité dans telle ou telle région relève de la responsabilité de tel ou tel autre wali. Partant, la responsabilité de toute dérive, dépassement ou faute, commis lors du démantèlement du camp puis lors des troubles à l'intérieur de la ville incombe au wali de la région ".
C'est la première fois qu'un dirigeant politique et édile accuse aussi fortement un wali et lui demande de rendre des comptes sur sa gestion d'une crise qui a coûté cher à la ville, à la région et au pays.
Tout s'est passé sous le regard du wali
C'est un pavé dans la mare que jette Hamdi Ould Rachid dont c'est le deuxième mandat à la tête de la municipalité de Laâyoune. Il revient sur les circonstances du campement de Gdim Izik, tout en prenant le soin de souligner, perfide, que toute tente dressée doit, au préalable, être autorisée par les autorités publiques. Au départ, il n'était question que de 20 tentes au sujet desquelles, explique l'édile de l'Istiqlal, le wali a négocié avec les campeurs dans la perspective de répondre à leurs revendications sociales. " Mais il n'a pas tenu ses promesses, ce qui a envenimé la situation et amené d'autres à dresser de nouvelles tentes. Le plus étonnant est que cela s'est passé sous le regard de Monsieur le wali qui n'a pris aucune mesure préventive pour parer à d'éventuels problèmes, conséquence de l'afflux d'un grand nombre de citoyens vers le camp. Le wali n'a pris aucune décision dans le sens de l'interruption du dressage de tentes ".
Des révélations qui donnent sérieusement à réfléchir quant à la capacité des représentants de l'autorité publique -essentiellement walis et gouverneurs- à gérer une situation de crise. La question qui se pose aujourd'hui avec acuité est de savoir si les événements de Laâyoune auraient pu être évités. Dans la bouche du président du Conseil de la ville de Laâyoune, la réponse est positive. Les éléments de réponses contenus dans l'interview de Hamdi Ould Rachid l'indiquent sans la moindre ambiguïté
Plus d'un mois après les événements de Laâyoune, Hamdi Ould Rachid met en perspective les très mauvaises relations entre l'ancien wali de la région, Mohamed Jelmouss et le conseil municipal. De mauvaises relations qui ont contribué à la colère des citoyens qui ont choisi de protester en montant le camp de Gdim Izik. " M. Jelmouss n'a jamais tenu de réunion avec les élus au sujet des questions économiques et sociales qui préoccupent les habitants. Il a plutôt choisi de semer la discorde dans la cité en exacerbant les sentiments tribaux comme si les tribus n'étaient faites que pour s'entretuer et s'affronter et non pour coopérer dans l'intérêt suprême du pays ", déclare celui qui préside aux destinées de la ville. Projets bloqués, silence radio sur les aides mensuelles aux familles démunies, brouillard autour de lots de terrains et d'appartements censés profiter aux citoyens dans le besoin, etc, autant de facteurs qui ont abouti à l'installation du campement à la périphérie de Laâyoune.
Les déclarations incendiaires de ce dirigeant istiqlalien posent la question cruciale des compétences de ceux qui représentent l'autorité publique dans les régions. On le sait, les walis concentrent entre leurs mains des pouvoirs et prérogatives importants. La confusion atteint son paroxysme face à ce que certains observateurs considèrent comme une promotion de Mohamed Jelmouss, aujourd'hui wali de la région Doukkala-Abda.
Ce qui s'est passé à Laâyoune donne à réfléchir surtout si la politique s'en mêle. " Mohamed Jelmouss ne comprend rien à la politique. Il n'est venu à Laâyoune que pour servir un agenda préalablement fixé par des milieux connus pour leurs positions populistes ". L'Istiqlalien Hamdi Ould Rachid en dit trop ou pas assez.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.