Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dirigeant istiqlalien Hamdi Ould Rachid accuse : L'ancien wali de Laâyoune doit rendre des comptes
Publié dans Libération le 14 - 12 - 2010

L'après-Gdim Izik ne fait que commencer. L'Istiqlal sort de son silence et pointe la responsabilité de l'ex-wali de Laâyoune dans les événements qu'a connus la ville. Par la voix même du président du Conseil municipal de la ville de Laâyoune, Hamdi Ould Rachid qui est également membre du comité exécutif de l'Istiqlal, l'ex-wali de Laâyoune, devenu depuis le 27 novembre dernier wali de la région de Doukkala-Abda, est clairement accusé d'être responsable de la mort des forces de l'ordre, des actes criminels et de vandalisme qui ont meurtri la ville après le démantèlement du campement de Gdim Izik. " C'est lui qui est à l'origine des pertes immenses, matérielles et morales du Royaume, à l'intérieur comme à l'extérieur, du fait de sa mauvaise gestion. Nous soutenons que tous les autres responsables sont innocents en ce qui concerne ce qui s'est passé et ne sauraient être comptables des méfaits du wali ; lequel est aussi, et de ce fait, responsable des morts tombés lors de ces événements et des pertes consécutives aux actes de vandalisme, déclare Hamdi Ould Rachid dans une interview publiée, en ouverture, par les quotidiens porte-parole du parti de Allal Al Fassi, Al Alam et L'Opinion.
L'Istiqlalien président du Conseil de la ville de Laâyoune va encore plus loin et affirme haut et fort que M. Jelmouss, en sa qualité de wali de la région, " doit être déféré devant la justice qui devrait dire son mot au sujet des actes criminels dont Laâyoune en particulier et le Royaume du Maroc en général ont pâti ". L'élu le dit sans ambages : "Tout problème lié à la sécurité dans telle ou telle région relève de la responsabilité de tel ou tel autre wali. Partant, la responsabilité de toute dérive, dépassement ou faute, commis lors du démantèlement du camp puis lors des troubles à l'intérieur de la ville incombe au wali de la région ".
C'est la première fois qu'un dirigeant politique et édile accuse aussi fortement un wali et lui demande de rendre des comptes sur sa gestion d'une crise qui a coûté cher à la ville, à la région et au pays.
Tout s'est passé sous le regard du wali
C'est un pavé dans la mare que jette Hamdi Ould Rachid dont c'est le deuxième mandat à la tête de la municipalité de Laâyoune. Il revient sur les circonstances du campement de Gdim Izik, tout en prenant le soin de souligner, perfide, que toute tente dressée doit, au préalable, être autorisée par les autorités publiques. Au départ, il n'était question que de 20 tentes au sujet desquelles, explique l'édile de l'Istiqlal, le wali a négocié avec les campeurs dans la perspective de répondre à leurs revendications sociales. " Mais il n'a pas tenu ses promesses, ce qui a envenimé la situation et amené d'autres à dresser de nouvelles tentes. Le plus étonnant est que cela s'est passé sous le regard de Monsieur le wali qui n'a pris aucune mesure préventive pour parer à d'éventuels problèmes, conséquence de l'afflux d'un grand nombre de citoyens vers le camp. Le wali n'a pris aucune décision dans le sens de l'interruption du dressage de tentes ".
Des révélations qui donnent sérieusement à réfléchir quant à la capacité des représentants de l'autorité publique -essentiellement walis et gouverneurs- à gérer une situation de crise. La question qui se pose aujourd'hui avec acuité est de savoir si les événements de Laâyoune auraient pu être évités. Dans la bouche du président du Conseil de la ville de Laâyoune, la réponse est positive. Les éléments de réponses contenus dans l'interview de Hamdi Ould Rachid l'indiquent sans la moindre ambiguïté
Plus d'un mois après les événements de Laâyoune, Hamdi Ould Rachid met en perspective les très mauvaises relations entre l'ancien wali de la région, Mohamed Jelmouss et le conseil municipal. De mauvaises relations qui ont contribué à la colère des citoyens qui ont choisi de protester en montant le camp de Gdim Izik. " M. Jelmouss n'a jamais tenu de réunion avec les élus au sujet des questions économiques et sociales qui préoccupent les habitants. Il a plutôt choisi de semer la discorde dans la cité en exacerbant les sentiments tribaux comme si les tribus n'étaient faites que pour s'entretuer et s'affronter et non pour coopérer dans l'intérêt suprême du pays ", déclare celui qui préside aux destinées de la ville. Projets bloqués, silence radio sur les aides mensuelles aux familles démunies, brouillard autour de lots de terrains et d'appartements censés profiter aux citoyens dans le besoin, etc, autant de facteurs qui ont abouti à l'installation du campement à la périphérie de Laâyoune.
Les déclarations incendiaires de ce dirigeant istiqlalien posent la question cruciale des compétences de ceux qui représentent l'autorité publique dans les régions. On le sait, les walis concentrent entre leurs mains des pouvoirs et prérogatives importants. La confusion atteint son paroxysme face à ce que certains observateurs considèrent comme une promotion de Mohamed Jelmouss, aujourd'hui wali de la région Doukkala-Abda.
Ce qui s'est passé à Laâyoune donne à réfléchir surtout si la politique s'en mêle. " Mohamed Jelmouss ne comprend rien à la politique. Il n'est venu à Laâyoune que pour servir un agenda préalablement fixé par des milieux connus pour leurs positions populistes ". L'Istiqlalien Hamdi Ould Rachid en dit trop ou pas assez.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.