USA : L'enquête russe disculpe Trump    Mali : Plus de 130 civils tués dans un village peul au centre du pays    Casablanca : Incendie au Marché Weld Mina à Hay Hassani    FRMF: Messi absent lors de la rencontre amicale à cause d'une blessure    La Tribune de Nas : Des « mlawis » en entrée…    Un incendie ravage un souk à Hay Hassani    Ronaldo accusé de viol: la Juve n'ira pas aux USA pour ses matchs de préparation    Milieu rural : Promotion de l'emploi des jeunes    Tournée Istiqlalienne dans la province de Larache    Enseignants contractuels    Prolongation des horaires d'ouverture du MMVI    Algérie : Les manifestants n'oublient pas la propreté des rues    Arrestation de 5 israéliens pour falsification de passeports marocains    Ministère : Les journaux électroniques autorisés à tourner pour leur propre compte    Nabil Benabdallah reçoit Nabil Chaath au siège du PPS    Résultats annuels: Un exercice 2018 positif pour la BCP    L'esprit ailleurs !    Sahara marocain: Le processus onusien se poursuit à Genève    Concept store «Infinix Park»: Jalon d'une nouvelle ère    Autriche: Les musulmans déposent une plainte contre le vice-chancelier    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Sahara marocain : Conférence ministérielle africaine sur l'appui de l'UA au processus onusien    Younes Chaabi: «Les MOOCs jouent un rôle important dans l'apprentissage de l'amazigh»    Politique budgétaire en Afrique : la CEA recommande l'alignement sur le cycle économique    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    Témoignage: Lettre à l'écran libre    inwi : Fin prêt pour la 5G    City Club : Le record de 1 million de fans sur Facebook battu    CNSS : Un nouveau service digital pour l'édition d'attestations    Ali Rguigue : «Le pari qu'a réussi Artcoustic est d'imposer le contenu digital d'utilité publique»    Amical : Pas de Messi à Tanger    Le Maroc envoie une aide humanitaire d'urgence aux victimes du cyclone Idai    Tunis: 2è édition du Festival International d'Improvisation Théâtrale    Ouverture de la 18ème édition du FICAM    L'hommage de Céline Dion aux victimes de Christchurch    Euro 2020: La Croatie s'en tire à bon compte    Beckham admet avoir utilisé son téléphone en conduisant    La césarienne cinquante fois plus mortelle pour les femmes africaines    Ces célébrités ont touché le fond : Britney Spears    "Football Leaks": Le hacker Rui Pinto extradé au Portugal    En attendant le verdict de la CAF, les U23 jouent leur va-tout devant la RDC    Driss Lachguar : Ce qui importe pour nous, c'est que le futur Premier secrétaire serve au mieux le projet sociétal moderniste du parti    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec l'ambassadeur du Liban à Rabat    Michel Temer, le survivant rattrapé par le scandale Lavage Express    Janet Jackson grillée par ses fans en pleine crise d'ego    La décision radicale des enfants de Michael Jackson    Björk réédite tous ses albums en cassettes colorées    Le WAC retrouve le Horoya Conakry en quarts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'après-limogeage de l'ex-wali de Laâyoune : Le personnel politique parle d'un sursaut de l'Etat
Publié dans Libération le 18 - 12 - 2010

Le limogeage de Mohamed Jalmouss, nommé le 27 novembre dernier wali de la région de Doukkala-Abda, partage le personnel politique. Cet ancien wali de Laâyoune que le président du Conseil de la ville, Hamdi Ould Rachid, a clairement accusé d'être à l'origine des événements meurtriers du camp de Gdim Izik, a été remplacé, jeudi 16 décembre, par Abdellah Benhida que le Souverain a nommé wali de la région de Doukkala-Abda.
Pour Nabil Benabdallah, le secrétaire général du PPS, ce limogeage est bel et bien « ce qui devrait avoir cours dans un Etat de droit qui fonctionne normalement ». « Cette décision va avoir un impact extrêmement positif. Il y a détermination des responsabilités, contrairement à ce qu'on aurait pu croire en prenant l'exemple d'Al Hoceima, il y a eu sanction. Ce qui confirme qu'il y a lieu d'espérer », fait remarquer le leader du PPS.
Alors que la mauvaise gestion de la crise qui a secoué Laâyoune n'en finit pas de susciter les commentaires acerbes des états-majors partisans, la question de la promotion de l'ancien wali de Laâyoune, nommé depuis les troubles, dans la région de Doukkala-Abda a laissé pour le moins perplexe. Son remplacement, jeudi, a donné raison à ceux et celles adeptes de la culture de la reddition des comptes.
Lahcen Daoudi, député du PJD, parle volontiers d'« un sursaut de l'Etat » en même temps que d'un camouflet pour l'Etat. « La vérité commence à apparaître. Cela montre que parfois les choses sont présentées différemment à qui de droit. Maintenant, il faut en tirer les conclusions », commente ce dirigeant islamiste.
Il y a quelques jours, le président istiqlalien du Conseil de la ville de Laâyoune, également membre du comité exécutif du parti du Premier ministre, avait accusé Mohamed Jalmouss d'être responsable de la mort des forces de l'ordre, des actes criminels et du vandalisme qui ont meurtri la ville après le démantèlement du campement de Gdim Izik. « C'est lui qui est à l'origine des pertes immenses, matérielles et morales du Royaume, à l'intérieur comme à l'extérieur, du fait de sa mauvaise gestion. Nous soutenons que tous les autres responsables sont innocents en ce qui concerne ce qui s'est passé et ne sauraient être comptables des méfaits du wali, lequel est aussi, et de ce fait, responsable des morts tombés lors de ces événements et des pertes consécutives aux actes de vandalisme », avait en effet déclaré Hamdi Ould Rachid dans une interview publiée, en ouverture, par les quotidiens porte-parole du parti de Allal Al Fassi, Al Alam et L'Opinion.
« On connaît la cause des événements. Il y a deux parties clairement identifiées, dont l'ancien wali de Laâyoune. On a joué avec le feu et on a brûlé le Maroc. La justice doit aujourd'hui se saisir de ce dossier ! » s'exclame Lahcen Daoudi.
A l'Istiqlal, le limogeage de Mohamed Jalmouss -dont la passation des pouvoirs dans la région de Doukkala-Abda n'avait pas encore été faite trois semaines après sa nomination- est vécu comme une véritable victoire. « C'est un message fort adressé au Parti Authenticité et Modernité. Il ne faut pas oublier que cet ex-wali de Laâyoune a carrément déclaré la guerre à l'Istiqlal tout en se faisant l'obligé du PAM. Selon des échos qui nous parviennent de la commission d'enquête parlementaire sur les événements de Laâyoune, des éléments probants laissent à penser que M. Jalmouss a une part de responsabilité dans ce qui s'est passé. Et sa destitution peut être lue comme une sanction administrative », confie un membre dirigeant de l'Istiqlal qui a requis l'anonymat.
L'Usfpéiste Talaa Saoud Al Atlassi préfère, lui, rester circonspect. En l'absence de communiqué officiel, peut-on, se demande-t-il, parler valablement de limogeage ou de sanction du wali de Doukkala-Abda ? « D'autant plus qu'il n'a même pas été officiellement installé ! », fait valoir ce militant ittihadi. « Dans ce genre d'affaires, qui ne sont pas toujours claires, il faut savoir raison garder et éviter de céder au sensationnel. Je ne suis pas de ceux qui courent derrière la meute. La voix de l'ancien wali de Laâyoune n'a pas encore été entendue, contrairement à celle de M. Hamdi Ould Rachid. Tout cela ne doit pas se faire au détriment des droits de cet ancien responsable. Il ne faut pas oublier non plus qu'une commission d'enquête parlementaire est en train de mener ses investigations et qu'il convient d'attendre ses conclusions », soutient Talaa Saoud Al Atlassi
Reste à savoir si l'ancien wali de Laâyoune va s'expliquer de ses actes et présenter sa version des faits. Reste à savoir enfin et surtout si la commission d'enquête parlementaire sur les événements de Laâyoune que préside le RNI Rachid Talbi Alami va aller jusqu'au bout de ses investigations et déterminer les vraies responsabilités dans des troubles qui ont coûté cher au Maroc, aussi bien sur les plans national qu'international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.