Le Maroc abrite la 4ème édition du Sommet Humanitaire Panafricain    Brexit : Le projet d'accord « répond au vote des britanniques », soutient May    Italie : Salvini accueille 51 migrants en provenance du Niger    « We Could Be Heroes », le documentaire poignant de Hind Bensari primé au Canada    Debdou célèbre le patrimoine juif marocain    Les Ateliers de l'Atlas, nouveau programme d'aide au développement de talents du MENA    Une nouvelle liste du Patrimoine culturel national    L'urgence d'un Observatoire africain pour la sécurité routière    Le maire de Harhoura destitué de ses fonctions    "Les hommes meurent, mais ne tombent pas" bientôt à Rabat    Une enquête sur le recrutement de deux joueurs mineurs par l'AS Monaco    Paiement Mobile. 6 millions d'utilisateurs marocains en 2024    L'Algérie au pied du mur    Kénitra: Kromberg & Schubert investit 450 millions de dirhams et promet 3.000 emplois    Afrique du Sud : Un scandale à la sex-tape emporte le ministre de l'Intérieur    Ce précieux fluide devenu très rare    Nuit des galeries 2018 : Appel à candidature    Climat, coût du voyage, hôtels classés : Ce qui motive les Italiens à visiter le Maroc    Le Conseil de gouvernement reporte sa réunion    Hémodialyse : Seulement 36 centres créés en 6 ans    Assises nationales sur la protection sociale : Les recommandations des intervenants    Addis-Abeba: Le Maroc appuie la réforme institutionnelle de l'UA    Dès ce jeudi soir : Afriquia baisse ses prix pour la 2ème fois consécutive    L'accord de Skhirat: le seul cadre viable offrant une voie inclusive et durable vers la stabilisation de la Libye    GFi Informatique intègre Value Pass    Akhannouch : Un début prometteur pour la saison agricole    Arrestation de quatre personnes impliquées dans l'affaire : Saisie à Marrakech d'une importante quantité de drogue    Le Groupe Banque centrale populaire lance la 1ère édition de «Fintech Challenge»    Fiscalité des associations. Une profonde réforme s'impose    Treize bases de missiles non déclarées identifiées en Corée du Nord    "Le serviteur du Roi", cinquième tome des mémoires de Mohamed Seddik Maaninou    Entre le marteau du refoulement et l'enclume du déplacement    Limiter l'abandon scolaire à défaut de pouvoir l'éradiquer    Divers    C'en est trop !    La Ligue des nations, rapidement adoptée    D'Ifrane à Tokyo : Le VTT marocain en bonne voie pour se qualifier aux prochains Jeux olympiques d'été    WAC-Girard : Le divorce ?    Habib El Malki reçoit les membres de la commission des pétitions à la Chambre des représentants    Insolite : Une Lamborghini et un lionceau    Conférence sur l'architecture espagnole à l'Institut Cervantès de Rabat    Plaidoyer à Rabat pour la promotion des investissements étrangers dans le domaine cinématographique au Maroc    Stan Lee, légende de la bande dessinée, n'est plus    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    L'art martial et la manière    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    News    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Commission Menouni a écouté les associations féminines modernistes et islamistes : Les droits des Marocaines seront-ils sacrifiés sur l'autel des conservatismes ?
Publié dans Libération le 29 - 04 - 2011

L'inquiétude monte dans les rangs du mouvement féminin marocain. Lentement mais sûrement. En ces temps de réforme de la Constitution et alors que la Commission Menouni multiplie les auditions et les rencontres, les interrogations n'en finissent pas de se bousculer dans les associations féministes. Les femmes seront-elles réhabilitées dans leurs droits ? Justice leur sera-t-elle rendue ? La Commission en charge de la réforme globale de la Constitution va-t-elle privilégier l'approche universelle et la primauté des conventions internationales sur les lois internes pour que les droits des Marocaines trouvent enfin place dans la loi suprême du pays ?
« En fait nous n'avons aucune réponse claire à ces questions. La Commission relative à la révision ou la refonte –même cela nous n'en savons rien- ne communique pas sur son référentiel. Elle est pour le moment à un stade où elle écoute tout le monde, sans distinction. Que se passera-t-il ensuite ? Comment la question des droits des femmes et le principe de l'égalité entre la femme et l'homme seront-ils tranchés ? Nul n'est capable de le dire au jour d'aujourd'hui », soutient non sans inquiétude une activiste du mouvement féminin.
Les craintes des féministes marocaines, celles qui ont la particularité de croire au printemps de l'égalité, sont justement venues des séances d'audition organisées par ceux et celles de la Commission de la réforme de la Constitution. « On avait demandé aux associations féminines de venir en même temps pour présenter leurs propositions de réformes constitutionnelles. Quand nous avons appris que les associations féminines islamistes avaient reçu exactement la même information, nous avons freiné des quatre fers. Nous ne défendons pas les mêmes valeurs ni les mêmes principes. Impossible de parler d'une même voix. Alors, nous avons refusé ces auditions collectives. C'est cela en fait qui nous inquiète, cette tendance très marquée d'écouter le plus grand nombre alors qu'en matière des droits des femmes, les choses sont claires car elles procèdent de principes tels qu'universellement reconnus. La femme et l'homme ne sont pas seulement égaux devant la loi mais dans les droits politiques, civils, économiques et sociaux », explique une responsable de l'Association démocratique des femmes du Maroc.
La Commission doit affirmer son référentiel
La Commission a longuement écouté les associations féminines faisant front commun autour du Printemps de l'égalité. Elle a aussi et de la même manière écouté les associations féminines dont le référentiel s'inspire de la religion et la chari'aa. Devoir de consultation oblige. « La Commission Menouni a le devoir de se déterminer sans la moindre ambiguïté sur le projet de société que la prochaine Constitution va porter. Ceux et celles de la Commission sont-ils dans une tendance démocratique, moderniste et égalitaire ? Ou, au contraire, la Commission va-t-elle être sensible à l'approche conservatrice ? En tout cas, le projet de société défendu par le sommet de l'Etat est clair : il s'agit d'un projet de société, de démocratie et de modernité. Il est temps pour Menouni et ses pairs de le réaffirmer sans équivoque », fait valoir avec force cette militante de la Ligue démocratique pour les droits des femmes.
Les activistes du Printemps de l'égalité ont choisi de se mobiliser. Elles veulent, disent-elles à l'unisson, peser de tout leur poids sur la dynamique de la réforme de la Constitution. Pas de quartier pour les conservatismes anachroniques ni le déni de droit faussement fondé sur l'Islam. Le combat de la sécularisation du droit et la primauté des conventions internationales relatives aux droits humains, aux droits des femmes et aux libertés est engagé. « Toute la question est aujourd'hui de savoir si, une fois encore et une fois de trop, les droits des Marocaines ne seront pas sacrifiés pour aboutir à une réforme consensuelle où l'on fera plaisir à tout le monde, mais pas à la moitié de la société. Autre question qui se pose et elle a toute son importance aujourd'hui: les partis progressistes et modernistes iront-ils jusqu'au bout de leur logique et de leur choix en soutenant la cause et les propositions du mouvement féminin qui prône l'égalité sans réserves ?», conclut cette responsable de l'ADFM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.