Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les clés de la procédure américaine contre Strauss-Kahn
Publié dans Libération le 21 - 05 - 2011

La procédure criminelle américaine appliquée à Dominique Strauss-Kahn est censée le conduire désormais à un procès dans lequel il risquerait jusqu'à 25 ans de réclusion.
Avec un jour d'avance sur le calendrier prévu, le "grand jury" composé de 23 citoyens tirés au sort a en effet retenu jeudi les accusations "d'agression sexuelle, tentative de viol, séquestration" soutenues par le procureur de New York.
Cet "indictment" constitue une validation de l'inculpation initiale et implique un renvoi devant une cour d'assises, un jury composé de douze citoyens.
La procédure américaine prévoit maintenant que le dossier va être construit séparément pendant plusieurs mois par l'accusation et la défense, en vue du procès.
Contrairement à la France où le juge d'instruction et la police enquêtent à charge et à décharge, l'enquête officielle est conduite par la police et le parquet exclusivement à charge.
Outre les investigations sur les faits, le procureur envisage d'exhumer la liaison de Dominique Strauss-Kahn avec une employée du FMI en 2008 et une affaire d'agression sexuelle supposée en 2002 en France pour étayer l'accusation.
La défense de Dominique Strauss-Kahn dispose en contrepartie de pouvoirs d'enquête, contrairement à la France, et doit réunir des éléments matériels, des témoignages, des renseignements éventuels susceptibles d'affaiblir le témoin à charge, avec le renfort possible de détectives privés.
Si Dominique Strauss-Kahn est jugé, ce sera devant la Cour suprême de l'Etat de New York, une sorte de cour d'assises.
L'accusation devra convaincre la totalité du jury populaire de 12 personnes, qui délibère seul et ne peut rendre un verdict de culpabilité qu'à l'unanimité. Un seul vote défavorable à la culpabilité entraîne l'acquittement.
En cas de condamnation, le juge professionnel qui ne participe pas aux délibérations fixe ensuite la peine.
Si en France, la notion "d'intime conviction" est demandée aux jurés, qui votent avec trois magistrats professionnels à la majorité qualifiée, aux Etats-Unis il faut être convaincu "au-delà du doute raisonnable", ce qui suppose des preuves.
Le procès n'est cependant pas encore certain
D'abord, Dominique Strauss-Kahn peut changer à tout moment de position, plaider coupable et négocier une peine réduite avec le procureur, sans procès. Il affirme actuellement son innocence mais sa défense n'a pas encore exposé sa version des faits.
Même si cette démarche n'est pas officiellement prévue par les textes, il est par ailleurs possible pour ses avocats de proposer une réparation financière à la plaignante en échange d'un retrait de sa plainte.
Cette voie est toutefois hypothétique car la femme de chambre peut faire payer de toute façon son agresseur présumé en engageant séparément une procédure au civil, susceptible d'aboutir même si le procès pénal finit par un acquittement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.