Le FC Séville s'intéresse à Oussama Idrissi    Imminent retour des Marocains bloqués à Mellilia, Sebta temporise    Brexit: les tractations reprennent    Rachida Dati candidate aux présidentielles de 2022    La pétition citoyenne fait son chemin    Rabat: Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Angleterre: Liverpool arrête Arsenal    Coronavirus: Lions de l'Atlas    Le Raja lance un nouveau jeu-concours (VIDEO)    Covid-19: prolongement des mesures restrictives dans cette province du Maroc    L'artiste marocaine Amina livre ses « Confidences »    Vives tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan    «Transform Tomorrow Together», nouveau plan de transformation 2021-2023    PSA et FCA finalisent la constitution du conseil d'administration de Stellantis    L'Habillement : les magasins en détresse    « Routini yawmi », ça vire au porno !    Youssef Amrani réaffirme l'identité africaine du Maroc    Arbitrage : Hicham Tiazi de retour !    Le bilan gouvernemental: en déphasage des réalités du pays!    2.574 contrats de travail et 2.228 déclarations à la CNSS    La France est-elle en train de brader ses mosquées ?    Vaccin anti Covid. Ça va être le massacre pour les requins    Hôpital militaire marocain à Beyrouth : plus de 39.000 prestations médicales    Chama Zaz: la dame de la «Taktouka Al Jabalia» n'est plus    La députée Fatima Zahra Barassat interpelle le Chef du Gouvernement    Secteur de l'édition et du livre : 1735 projets soutenus pour près de 9,4 millions de dirhams    Khansa Batma : "Il a fallu puiser dans mon vécu !"    Procès à distance : Plus de 7.000 audiences tenues en cinq mois    Maroc : croissance économique prévue à 4,8% en 2021    Covid. La censure frappe sec au Quebec et en France    Ahmed Tawfik Moulnakhla, DG de Guichet.com : « Au Maroc, c'est la pérennité du secteur qui est aujourd'hui en jeu »    L'art et la culture en détresse!    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le kilo de la viande ovine est proposé entre 40 et 50 DH : L'abattage clandestin résiste à toutes les tentatives d'éradication
Publié dans Libération le 15 - 04 - 2009

L'abattage clandestin ne cesse de gagner du terrain à Casablanca. Des étals spécialisés de cette activité sont apparus un peu partout dans les marchés populaires de la ville, attirant surtout les ménages à revenu modeste. Il est clair que le prix de cette viande sert d'argument de poids pour ce type de boucherie. En effet, avec un prix entre 40 et 50 DH le kilo, la viande issue de l'abattage clandestin bouscule celle congelée, et reste beaucoup plus abordable que la viande fraîche et contrôlée, vendue dans le meilleur des cas à 70 DH le kilo. Les marchands de ce créneau sont souvent des éleveurs domestiques d'ovins. Ce genre d'élevage a souvent été montré du doigt, à cause de ses risques pour la santé publique.
Broutant dans les décharges sauvages, comme on peut le constater à Derb Ghallef, ces bêtes sont élevées dans des conditions déplorables, aux antipodes des normes de sécurité alimentaire. Les animaux morts ou vifs traînent par terre dans les immondices. Là-bas, on barbote aussi dans des flaques de sang. Alors que les normes internationales « nécessitent 400 litres d'eau pour chaque bête afin d'assurer une bonne hygiène», apprend-on d'une source proche de la direction des nouveaux abattoirs, situés dans la préfecture de Sidi Othmane. L'abattage lui-même représente un sérieux problème pour les autorités locales. Effectué à l'intérieur des maisons, cet acte a souvent provoqué des obstructions de réseaux d'assainissement, de par le rejet des abats et autres détritus dans les conduites d'évacuation des eaux usées. «Les bouchers travaillant avec les nouveaux abattoirs situés dans la préfecture de Sidi Othmane ont souvent déploré cet état de fait, estimant que la commercialisation des produits de l'abattage clandestin nuit sérieusement à leur commerce. Ils continuent d'accuser la brigade de contrôle de faire montre d'indifférence à l'égard de cette activité frauduleuse. De ce fait, ils ont organisé plusieurs sit-in devant le siège de la wilaya du Grand Casablanca. Dans ce sens, l'Union générale des entreprises et des professions a pointé du doigt la Division des affaires économiques de la wilaya l'accusant de continuer à refuser de prendre les décisions susceptibles de mieux organiser le secteur.
Abdelali Ramou, de l'UGEP, parle à ce propos de «clientélisme» de la part de la brigade.
Les chevillards ont, pour leur part, perdu toute confiance en leur représentant au sein de la brigade et veulent actuellement lui substituer un autre chevillard à même de défendre leurs droits. A ce sujet, 264 chevillards avaient déjà signé une pétition à laquelle aucune réponse n'a été donnée. Pour preuve, les abattoirs écoulent chaque année sur le marché de la métropole 20.000 tonnes pour une consommation de 120.000 tonnes. D'où viennent alors les 100.000 tonnes de différence? Indubitablement, «de l'abattage clandestin», répond ce chevillard. « Certains d'entre nous se sont même mis à s'approvisionner en grande quantité de cette viande, pour la revendre comme étant un produit contrôlé», ajoute-t-il. Pour leur part, les restaurants font aussi des «allers et retours» vers les communes limitrophes, s'approvisionnant, pour leur grande majorité, en abats pour leurs grillades. En tout cas, l'abattage clandestin ne fait plus partie des activités traditionnelles que les pouvoirs publics ont souvent tolérées. Sa prolifération et sa dégradation continuent toujours à prendre de nouvelles dimensions. Néanmoins, les conditions de cette activité sont un risque patent, autant pour la santé publique que pour l'honnêteté des commerçants agréés. Un examen de ce problème s'avère plus qu'indispensable. A condition, bien sûr, qu'une telle initiative engage tous les services concernés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.