L'oral d'El Othmani devant la 1re Chambre    Examen des projets de loi relatifs aux Soulaliyates    El Jadida: Projet de cimenterie à 2,6 milliards de DH    Erdogan craint la perte d'Istanbul    Succession de Juncker: Le casse-tête européen    L'UE intransigeante face au Brexit    Mawazine: Une programmation plurielle et un parterre de stars- Reportage photos, Abdelmajid BZIOUAT    Festival gnaoua et musiques du Monde: Un moment de grâce dans la ville des Alizés    Essaouira: Quand les gnaoua reçoivent le monde    QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    Plusieurs conventions signées en marge du Salon Bio Expo Maroc    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    S'énerver plus pour vivre plus    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    Divers Economie    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    Deuxième réunion de l'Observatoire des délais de paiement    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Casablanca : entrée en vigueur des nouveaux contrats    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Neymar. Blaugrana de nouveau ?    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste dans la région d'El Haouz    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Industrie du verre : les ophtalmologues montent au filet    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    30 kg de résine de cannabis saisies à Bab Sebta    La canicule s'installe sur l'Europe, records de chaleur attendus    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Mohamed Ali Bensouda : «Nous souhaitons aborder la question des retraites et de notre rapport aux jeunes et aux aînés»    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Bénin-Ghana. Match-test sans meneur pour les Ecureuils    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    Edito : Bronzette    Insolite : Mis en examen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Taragalte» ou quand le désert fête la musique africaine
Publié dans Libération le 19 - 11 - 2012

En plein désert, entre les dunes dorées, fut érigée une scène artistique. Mhamid El Ghizlane en a l'habitude. Il s'agit déjà de la 4ème édition du Festival Taragalte, le carrefour des musiciens et troupes africaines. Une véritable ambiance animée par des troupes venues du Mali, de Mauritanie, de France et de plusieurs régions du Maroc. L'échange était fructueux, la synergie amicale et le partage sans limites. Mais le public de Mhamid attendait davantage cette jeune chanteuse marocaine, hissée cette année au rang de «marraine du Festival Taragalte». A la faveur d'une animation d'une certaine Latefa Ahrrare, la star de cette 4ème édition est montée sur scène. Vêtue d'un costume du désert, un blanc et un mauve froid, sur une couleur naturellement brune et avec le même style habituel d'Oum au niveau de la chevelure, la montée sur scène fut spectaculaire. La voix douce, mais forte de la chanteuse s'est vite habituée aux airs du désert. Emporté, le public s'est mis à danser, les gandourah bleues et blanches donnaient de la couleur à cette fête musicale. Une grande liesse et un sentiment de dépaysement total. Rien à voir avec les autres festivals où les places réservées donnent une idée sur le statut social. Ici, tous les invités sont égaux. Le désert sert aussi à cela : réduire les inégalités. La musique du désert a été au rendez-vous également avec le programme dédié aux femmes du désert, avec une participation féminine le deuxième jour du festival. Ainsi et outre les groupes locaux de Guedra et Chemra ainsi que Mnat Azauan de Guelmim, danses sahraouies authentiques, la soirée a connu la participation d'une troupe mauritanienne et de sa star Mint Seymali ainsi que de la Malienne Tartit Tombouctou. Ondulations, ondoiements, rythmes et couleurs, autant de diversités dans cette soirée pleinement réussie.
Et ce n'est pas le Français Nico Wayne Toussaint, ni d'ailleurs le Malien Samba Touré qui vont démériter. Le service était de qualité. L'hommage rendu à Ali Farka a été l'apogée de cette saga musicale africaine. Une aubaine pour un public désormais habitué aux grandes troupes. Après les Tinarewens lors de la première édition, plus rien ne doit surprendre.
Baptisé « Taragalte », qui n'est autre que l'ancien nom de M'hamid El Ghizlane, ce Festival met l'accent sur l'importance des liens entre le passé, le présent et le futur. Le mode de vie des nomades et des communautés bédouines vivant dans le désert sera à l'honneur en vue de préserver ce patrimoine culturel. Autrefois carrefour des cultures, des ethnies et des civilisations de par sa situation géographique comme point de rencontre des caravanes traversant le désert pour relier Marrakech, Fès, Tanger à Taoudenni et Tombouctou, Mhamid El Ghizlane renoue avec son passé, à travers ce Festival artistique qui a acquis désormais ses lettres de noblesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.