Outsourcia fait l'acquisition de la société française Simplify    Dialogue social : El Otmani rencontre syndicats et employeurs    TGR : Le déficit budgétaire s'est creusé à 32,3 MMDH en septembre    Il fait l'actu : Kaiss Saïed, nouveau président de la Tunisie    Arab Reading Challenge: La Marocaine Fatima Zahra Akhiar passe en finale    Le 3e Salon maghrébin du livre fait la part belle aux enfants    Samira Said à Muscat    FRMF: Tout savoir sur les billets du match Maroc-Algérie locaux    TIBU Maroc présente la 1ère promotion de «Intilaqa»    Yemoh & The Minority Globe lance «Welcome to Africa» le 25 octobre    Ligue des champions de la CAF : Le WAC gagnera par forfait contre l'USMA    Les violations des droits humains à Tindouf mises à nu    Brexit: Un accord « possible » dans la dernière ligne droite, selon Dublin    Programme Bades: Le démenti de la CGI/CDG    Suite à une réunion avec la tutelle : Les transporteurs routiers de marchandises annulent leur grève    Moga Festival. L'électro métissé d'Essaouira !    À Hong Kong, la violence des radicaux n'entame pas l'unité du mouvement    Joie dans les rues de Quito pour célébrer la fin de la crise    Le Maroc tenu en échec par la Libye en attendant le Gabon ce mardi    Ouverture de la première session de la 4e année législative    Vidéo. Marrakech : L'accident enregistré par une caméra de surveillance    Edito : Banques    Paul Kagame : « Le développement de l'Afrique relève de la responsabilité des Africains »    Loi de Finances : Syndicats et patronat chez le gouvernement ce lundi    Le Maroc remporte à Abu Dhabi le Championnat arabe du muay-thaï    Fès : Trois individus arrêtés en flagrant délit de possession de plus de 2 t de chira    WPC de Marrakech : La ‘‘Route de la Soie'', entre alarmistes et réalistes    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Bleus : Plan D comme Deschamps, monsieur bricolage    La quête d'un équilibre défensif    Le nouvel échéancier de paiement de l'IATA inquiète les voyagistes marocains    Ferme soutien au Plan d'autonomie au Sahara    La sensibilisation à la santé mentale au menu d'une rencontre à Rabat    Grave menace sur le passage frontalier d'El Guerguarat    Une délégation parlementaire marocaine participe à la 141ème Assemblée de l'UIP    Le village solaire d'Id Mjahdi se dote d'un Centre éducatif    La Banque africaine de développement soutient l'entrepreneuriat des jeunes et l'innovation au Maroc    Euro-2020 : L'Italie qualifiée, l'Espagne devra attendre    BMCE Bank of Africa organise une master class sur le "personal branding"    "Achoura" de Talal Selhami remporte un nouveau prix en Espagne    Le musée Farid Belkahia ouvre ses portes aux œuvres de Hassan Hajjaj    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouvel album de l'artiste est dans les bacs : Salim chante “Salama”
Publié dans Libération le 14 - 01 - 2009

Après un premier album, « Mille et un rythmes rai» (2002), qui a connu un véritable succès auprès du public notamment jeune, suivi d'un deuxième volume des « Mille et un rythmes du rai » et d'une compilation « Best of rai », le chanteur Salim sort un autre album: « Salama ».
Le nouvel opus au titre très évocateur (Paix en arabe) devait remettre le chanteur sur le chemin de nouveaux spectacles et concerts au bonheur de ses fans. Et tout particulièrement ceux du Maroc qui pourront l'apprécie prochainement, l'artiste ayant inscrit le Maroc sur son itinéraire.
« Salama » sort cette semaine chez Nabilophone.
Salim incarne d'abord la nouvelle génération d'artistes pleins d'initiatives. Le chanteur originaire de la capitale du Rai n'est pas homme de tabous. Il évoque sans entraves ni langue de bois ses thèmes favoris tels que l'amour qu'il explore et chante avec une passion quasi militante. Sa voix puissante dégage un parfum de bonheur sans équivoque qui séduit les fans des deux rives de la Méditerranée et les électrise à chacune de ses prestations. En premier lieu, les amateurs du rai. Une musique qui a bercé son enfance.
Salim fait ses premiers pas dans la musique à Tiaret, en Algérie. Tout enfant, il manifeste déjà un intérêt pour la musique, n'hésitant pas à puiser, s'inspirer et apprendre le b.a.-ba de ce qui se dessine comme sa profession future. Et à apprendre à jouer au clavier comme pour mieux explorer le monde qui s'ouvre à lui. Mais c'est auprès d'El-Rally, figure emblématique de la musique algérienne qu'il trouve véritablement sa vocation.
Sans complexe, il se met à l'ouvrage et anime diverses manifestations de quartier (mariages et soirées). Avant d'expérimenter ses premières compositions auprès d'un public plutôt acquis. La suite est une longue série de surprises heureuses.
En 2002, sort son premier album intitulé « Mille et un rythmes rai », un cocktail de reprises traditionnelles-version Salim que le public savoure avec beaucoup d'enthousiasme. Tout comme les chaînes de radio et de télévision (Beur FM, Radio Soleil, Radio France Maghreb, RDC, et Radio Enghein, et les émissions télévisées de Beur TV, Canal Algérie, France 3 région, Arte, Algérie 3) qui ne cessent de le diffuser. Le succès est au rendez-vous.
Mais pour Salim, il n'y a pas de raison de s'arrêter en si bon chemin. Il décide alors de mettre à profit ce bel accueil. Le chanteur participe à de nombreuses compilations, sort le deuxième volume de son premier album ainsi qu'une compilation « Best of rai ». Avant d'entamer une série de concerts qui attirent très rapidement l'attention de ses ainés. A l'instar de Sawt El Atlas, Idir, Onb, Zebda, U-Roy, Amina, Olivier Sheton, Tomas Sidibé qui lui confient les premières parties des grands noms de la musique. Une reconnaissance qui s'installe dans la durée.
La suite est tout aussi brillante que sa jeune carrière : Un duo sur scène avec Enrico Macias, une collaboration avec Tito Puente, Farès, Jimmy Oihid, Souad Massi.
A Alger comme à New York, Salim reçoit un accueil triomphal. En arabe comme en français, il séduit les spectateurs qui apprécient le talent, la voix chaude et le charme mis au service de la paix et de la tolérance, ses thèmes favoris.
Et ce n'est pas un hasard si des monstres sacrés tels que Khaled, Hichem Khatir (auteur-compositeur), Ahmed Hamedi (parolier de Faudel), Mami se sont laissés emportés par cet artiste singulier au sourire angélique et charmeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.