L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le nouvel album de l'artiste est dans les bacs : Salim chante “Salama”
Publié dans Libération le 14 - 01 - 2009

Après un premier album, « Mille et un rythmes rai» (2002), qui a connu un véritable succès auprès du public notamment jeune, suivi d'un deuxième volume des « Mille et un rythmes du rai » et d'une compilation « Best of rai », le chanteur Salim sort un autre album: « Salama ».
Le nouvel opus au titre très évocateur (Paix en arabe) devait remettre le chanteur sur le chemin de nouveaux spectacles et concerts au bonheur de ses fans. Et tout particulièrement ceux du Maroc qui pourront l'apprécie prochainement, l'artiste ayant inscrit le Maroc sur son itinéraire.
« Salama » sort cette semaine chez Nabilophone.
Salim incarne d'abord la nouvelle génération d'artistes pleins d'initiatives. Le chanteur originaire de la capitale du Rai n'est pas homme de tabous. Il évoque sans entraves ni langue de bois ses thèmes favoris tels que l'amour qu'il explore et chante avec une passion quasi militante. Sa voix puissante dégage un parfum de bonheur sans équivoque qui séduit les fans des deux rives de la Méditerranée et les électrise à chacune de ses prestations. En premier lieu, les amateurs du rai. Une musique qui a bercé son enfance.
Salim fait ses premiers pas dans la musique à Tiaret, en Algérie. Tout enfant, il manifeste déjà un intérêt pour la musique, n'hésitant pas à puiser, s'inspirer et apprendre le b.a.-ba de ce qui se dessine comme sa profession future. Et à apprendre à jouer au clavier comme pour mieux explorer le monde qui s'ouvre à lui. Mais c'est auprès d'El-Rally, figure emblématique de la musique algérienne qu'il trouve véritablement sa vocation.
Sans complexe, il se met à l'ouvrage et anime diverses manifestations de quartier (mariages et soirées). Avant d'expérimenter ses premières compositions auprès d'un public plutôt acquis. La suite est une longue série de surprises heureuses.
En 2002, sort son premier album intitulé « Mille et un rythmes rai », un cocktail de reprises traditionnelles-version Salim que le public savoure avec beaucoup d'enthousiasme. Tout comme les chaînes de radio et de télévision (Beur FM, Radio Soleil, Radio France Maghreb, RDC, et Radio Enghein, et les émissions télévisées de Beur TV, Canal Algérie, France 3 région, Arte, Algérie 3) qui ne cessent de le diffuser. Le succès est au rendez-vous.
Mais pour Salim, il n'y a pas de raison de s'arrêter en si bon chemin. Il décide alors de mettre à profit ce bel accueil. Le chanteur participe à de nombreuses compilations, sort le deuxième volume de son premier album ainsi qu'une compilation « Best of rai ». Avant d'entamer une série de concerts qui attirent très rapidement l'attention de ses ainés. A l'instar de Sawt El Atlas, Idir, Onb, Zebda, U-Roy, Amina, Olivier Sheton, Tomas Sidibé qui lui confient les premières parties des grands noms de la musique. Une reconnaissance qui s'installe dans la durée.
La suite est tout aussi brillante que sa jeune carrière : Un duo sur scène avec Enrico Macias, une collaboration avec Tito Puente, Farès, Jimmy Oihid, Souad Massi.
A Alger comme à New York, Salim reçoit un accueil triomphal. En arabe comme en français, il séduit les spectateurs qui apprécient le talent, la voix chaude et le charme mis au service de la paix et de la tolérance, ses thèmes favoris.
Et ce n'est pas un hasard si des monstres sacrés tels que Khaled, Hichem Khatir (auteur-compositeur), Ahmed Hamedi (parolier de Faudel), Mami se sont laissés emportés par cet artiste singulier au sourire angélique et charmeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.