299 femmes vont bientôt devenir « adoules »    L'appui du Souverain aux Palestiniens salué par l'Union interparlementaire arabe    Trump, Poutine et l'UE    Maroc-Tunisie en amical à Radès    Photos- Jawhara Talents 2018 dévoile la liste des gagnants    25 enfants victimes d'intoxication alimentaire à El Haouzia    Officiel : La finale de la Supercoupe d'Espagne 2018 aura lieu à Tanger    Faux départ du Conseil national de la presse    Attention, la canicule tue !    L'après-Russie2018: Le président de la CAF en colère    Benabdallah: Cette décision est «dangereuse, condamnable et inacceptable»    L'examen crucial des accords de pêche!    Frais de dossier: l'ISCAE réagit enfin!    A Monaco, Soufiane El Bakkali signe la meilleure performance de l'année    Rebaptisée CineAtlas, Le Colisée, salle mythique, de Rabat, fait peau neuve    Le Maroc, « le plus bel endroit au monde » selon The Hollywood Reporter    Le Conseil de gouvernement examine les effets juridiques de la décision de la Cour constitutionnelle    3 ans de prison pour agression à l'arme blanche    Aid Al Adha : L'ONSSA fait le point sur le cheptel    La campagne agricole 2017-2018 s'annonce prometteuse    Croissance: le gouvernement trop optimiste    Etats-Unis : Un homme interpellé après une prise d'otages dans une épicerie d'Hollywood    Jeux Africains à Alger: Le Maroc vise les JO de Buenos Aires    Une hausse de 0,2% de l'indice des prix à la consommation enregistrée en juin selon le HCP    Youssoufia : Il la violente et met le feu à sa maison    Le Maroc prend part à la 23e édition du Salon international du livre de Lima    El Haddad entre le championnat turc et le Golfe...    299 femmes réussissent le concours d'adoul...une première    Al Hoceima: Le ministère de la Santé rassure sur l'avancement des projets    Careem et deux syndicats de taxis signent le début d'une belle aventure    Prix à la consommation : Les produits de la mer en hausse de 4,4%    Marrakech : Pour se venger de sa femme il met le feu au domicile conjugal    Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Laroui parmi les premiers sélectionnés au prestigieux Prix Goncourt
Publié dans Libération le 08 - 09 - 2014

Le jury du prestigieux Prix Goncourt, dont fait partie l'écrivain marocain Taher Ben Jelloun, a dévoilé, jeudi dernier, sa première sélection de 15 romans en lice pour son édition 2014. «Les tribulations du dernier Sijilmassi» de l'écrivain et économiste marocain d'expression française, Fouad Laroui, paru, le 21 août dernier, en France aux Editions Julliard, figure dans la liste des présélectionnés. Laquelle sera élaguée par les jurés, les 7 et 28 octobre prochain, lors de leurs deuxième et troisième sélections, avant de décerner cette distinction glorieuse, le 5 novembre 2014.
Dans «Les tribulations du dernier Sijilmassi», Fouad Laroui raconte l'histoire d'un ingénieur marocain qui du jour au lendemain décide de rompre avec son mode de vie occidentalisé.
Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine... Dans son style inimitable, Fouad Laroui entraîne le lecteur à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque où se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d'ériger entre l'Orient et l'Occident ?
Pour le plus convoité des prix littéraires en France, Fouad Laroui est en compétition avec Adrien Bosc, auteur de « Constellation » (Stock), Kamel Daoud Meursault, auteur de « Contre-enquête » (Actes Sud), Lydie Salvayre avec « Pas pleurer » (Seuil), Joy Sorman et « La peau de l'ours » (Gallimard), Grégoire Delacourt, auteur de « On ne voyait que le bonheur » (JC Lattès), Pauline Dreyfus avec « Ce sont des choses qui arrivent » (Grasset), Gilles Martin-Chauffier avec « La femme qui dit non » (Grasset), Mathias Menegoz, auteur de « Karpathia » (P.O.L), Eric Reinhardt avec « L'amour et les forêts » (Gallimard), Clara Dupont-Monod, auteure de « Le roi disait que j'étais diable » (Grasset), Benoît Duteurtre avec « L'ordinateur du paradis » (Gallimard), David Foenkinos avec « Charlotte » (Gallimard), Emmanuel Ruben, auteur de « La ligne des glaces » (Rivages), et enfin Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre » (Actes Sud).
Par ailleurs, la première sélection du prix Goncourt compte un absent de taille. En effet, en dépit d'une critique élogieuse de la presse française, nulle trace du nouvel ouvrage d'Emmanuel Carrère, «Le Royaume», parmi les quinze titres retenus.
Invité sur France Inter, l'auteur de ce roman, l'un des évènements de la rentrée littéraire, avec plus de 100.000 exemplaires vendus en une semaine, a reconnu vivre «une drôle d'histoire avec le plus prestigieux prix littéraire français ».
«En 1988, j'en ai eu un ("Hors d'atteinte") qui était finaliste du Prix Goncourt. Environ vingt-cinq ans plus tard, c'était un livre qui s'appelait "Limonov" (paru en 2011) qui avait été viré en seconde sélection du prix Goncourt et celui-là, il n'est même pas dans la première. (...) Donc, visiblement, mes actions n'ont pas cessé de dégringoler au fil des années auprès de l'Académie Goncourt, je ne sais pas bien pourquoi, mais c'est un fait. (...) Je crois tout simplement que ça traduit le goût (...) de l'Académie Goncourt qui n'aime pas beaucoup ce que j'écris, ce qui, après tout, est son droit le plus strict», a-t-il indiqué.
Il est à rappeler que le dernier Prix Goncourt de la nouvelle a été attribué à Fouad Laroui pour "L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine". Un recueil publié aux Editions Julliard et qui se distingue par un humour mordant et une parfaite maîtrise de la langue.
Ancien élève du lycée Lyautey, ce «nouvelliste qui écrit des romans», comme il se définit lui-même, a fait de brillantes études d'ingénieur à l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées à Paris, avant de revenir au Maroc pour diriger l'usine de phosphate de Khouribga. Mais il quitte rapidement son poste d'ingénieur pour se consacrer à la recherche et à l'enseignement à Paris, Bruxelles, Cambridge et York. Il vit aujourd'hui et enseigne à Amsterdam.
Rappelons que ce natif d'Oujda est l'auteur de plusieurs romans et recueils, dont «Les dents du topographe», «Une année chez les Français» et «Méfiez-vous des parachutistes».
Fouad Laroui est le troisième écrivain marocain à recevoir ce Prix prestigieux. Après Tahar Ben Jelloun, pour son roman «La Nuit sacrée» (1987) et Abdellatif Laâbi, pour l'ensemble de son œuvre poétique (2009).
Le romancier et essayiste marocain s'est vu également décerner, en juillet dernier, la Grande médaille de la Francophonie. Un Prix annuel créé par l'Académie française, destiné à couronner « l'œuvre d'une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l'échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l'illustration de la langue française».
M. Laroui avait déclaré, à l'issue de cette distinction, être très touché par cette récompense qui «honore tous les Marocains». «Elle met en relief la diversité linguistique et artistique d'un pays ouvert à toutes les cultures et à toutes les influences», a-t-il dit. Et de conclure : «Nous devons protéger cette diversité et en être fiers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.