El Jadida : Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise du prix du roi Mohammed VI    300 migrants envahissent l'enclave de Melilla, un mort    Béni Mellal: En état d'ébriété, un brigadier-chef provoque accident    Vidéo. L'artisanat marocain mis en valeur au salon du cheval d'El Jadida    Visite surprise de Laftit à Madrid    Ouverture d'une enquête après une tentative de viol filmée    La beauté de Chefchaouen et de Tanger mise en relief par TF1    Le Rwanda annonce un nouveau gouvernement composé à 50% de femmes    4e commission de l'ONU: Triste spectacle mercenaire    Affronter les pollueurs récidivistes!    Mairie de Casablanca: La propreté renvoyée aux calendes grecques    «Les fourmis prédatrices ou l'itinéraire d'un expulsé d'Algérie»    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Miss Liban perd son titre pour avoir posée avec Miss Israël    Sahara : De l'informel à l'officiel…    Les métiers du cheval: une filière en manque de profils adaptés    KACM – DHJ au sommer de la 5e journée    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    Débats en profondeur et intellectuels d'ici et d'ailleurs    11è Festival de la Culture soufie à Fès : Les Femmes ouvrent le bal    «Pressa»…. le bonheur est ailleurs!    Mouloud Ou Hamouch mène en silence une bataille contre la maladie    Sa majesté le roi reçoit les condoléances du roi Salmane suite au drame Bouknadel    Les marcheurs de la faim toujours bloqués à la frontière mexicaine    Armes nucléaires: Trump fait un pas de plus vers l'unilatéralisme    Londres : 700 000 personnes manifestent contre le Brexit    Aller loin, y aller ensemble : Les start-up marocaines ont besoin de notre soutien    Faouzi Benzarti mis à la porte par la sélection tunisienne    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Désillisions    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Premier League : Une manche show    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Une sordide histoire de décapitation défraye la chronique à Mohammedia (Vidéo)    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Laroui parmi les premiers sélectionnés au prestigieux Prix Goncourt
Publié dans Libération le 08 - 09 - 2014

Le jury du prestigieux Prix Goncourt, dont fait partie l'écrivain marocain Taher Ben Jelloun, a dévoilé, jeudi dernier, sa première sélection de 15 romans en lice pour son édition 2014. «Les tribulations du dernier Sijilmassi» de l'écrivain et économiste marocain d'expression française, Fouad Laroui, paru, le 21 août dernier, en France aux Editions Julliard, figure dans la liste des présélectionnés. Laquelle sera élaguée par les jurés, les 7 et 28 octobre prochain, lors de leurs deuxième et troisième sélections, avant de décerner cette distinction glorieuse, le 5 novembre 2014.
Dans «Les tribulations du dernier Sijilmassi», Fouad Laroui raconte l'histoire d'un ingénieur marocain qui du jour au lendemain décide de rompre avec son mode de vie occidentalisé.
Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine... Dans son style inimitable, Fouad Laroui entraîne le lecteur à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque où se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d'ériger entre l'Orient et l'Occident ?
Pour le plus convoité des prix littéraires en France, Fouad Laroui est en compétition avec Adrien Bosc, auteur de « Constellation » (Stock), Kamel Daoud Meursault, auteur de « Contre-enquête » (Actes Sud), Lydie Salvayre avec « Pas pleurer » (Seuil), Joy Sorman et « La peau de l'ours » (Gallimard), Grégoire Delacourt, auteur de « On ne voyait que le bonheur » (JC Lattès), Pauline Dreyfus avec « Ce sont des choses qui arrivent » (Grasset), Gilles Martin-Chauffier avec « La femme qui dit non » (Grasset), Mathias Menegoz, auteur de « Karpathia » (P.O.L), Eric Reinhardt avec « L'amour et les forêts » (Gallimard), Clara Dupont-Monod, auteure de « Le roi disait que j'étais diable » (Grasset), Benoît Duteurtre avec « L'ordinateur du paradis » (Gallimard), David Foenkinos avec « Charlotte » (Gallimard), Emmanuel Ruben, auteur de « La ligne des glaces » (Rivages), et enfin Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre » (Actes Sud).
Par ailleurs, la première sélection du prix Goncourt compte un absent de taille. En effet, en dépit d'une critique élogieuse de la presse française, nulle trace du nouvel ouvrage d'Emmanuel Carrère, «Le Royaume», parmi les quinze titres retenus.
Invité sur France Inter, l'auteur de ce roman, l'un des évènements de la rentrée littéraire, avec plus de 100.000 exemplaires vendus en une semaine, a reconnu vivre «une drôle d'histoire avec le plus prestigieux prix littéraire français ».
«En 1988, j'en ai eu un ("Hors d'atteinte") qui était finaliste du Prix Goncourt. Environ vingt-cinq ans plus tard, c'était un livre qui s'appelait "Limonov" (paru en 2011) qui avait été viré en seconde sélection du prix Goncourt et celui-là, il n'est même pas dans la première. (...) Donc, visiblement, mes actions n'ont pas cessé de dégringoler au fil des années auprès de l'Académie Goncourt, je ne sais pas bien pourquoi, mais c'est un fait. (...) Je crois tout simplement que ça traduit le goût (...) de l'Académie Goncourt qui n'aime pas beaucoup ce que j'écris, ce qui, après tout, est son droit le plus strict», a-t-il indiqué.
Il est à rappeler que le dernier Prix Goncourt de la nouvelle a été attribué à Fouad Laroui pour "L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine". Un recueil publié aux Editions Julliard et qui se distingue par un humour mordant et une parfaite maîtrise de la langue.
Ancien élève du lycée Lyautey, ce «nouvelliste qui écrit des romans», comme il se définit lui-même, a fait de brillantes études d'ingénieur à l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées à Paris, avant de revenir au Maroc pour diriger l'usine de phosphate de Khouribga. Mais il quitte rapidement son poste d'ingénieur pour se consacrer à la recherche et à l'enseignement à Paris, Bruxelles, Cambridge et York. Il vit aujourd'hui et enseigne à Amsterdam.
Rappelons que ce natif d'Oujda est l'auteur de plusieurs romans et recueils, dont «Les dents du topographe», «Une année chez les Français» et «Méfiez-vous des parachutistes».
Fouad Laroui est le troisième écrivain marocain à recevoir ce Prix prestigieux. Après Tahar Ben Jelloun, pour son roman «La Nuit sacrée» (1987) et Abdellatif Laâbi, pour l'ensemble de son œuvre poétique (2009).
Le romancier et essayiste marocain s'est vu également décerner, en juillet dernier, la Grande médaille de la Francophonie. Un Prix annuel créé par l'Académie française, destiné à couronner « l'œuvre d'une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l'échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l'illustration de la langue française».
M. Laroui avait déclaré, à l'issue de cette distinction, être très touché par cette récompense qui «honore tous les Marocains». «Elle met en relief la diversité linguistique et artistique d'un pays ouvert à toutes les cultures et à toutes les influences», a-t-il dit. Et de conclure : «Nous devons protéger cette diversité et en être fiers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.