Maroc Telecom : Belle progression du chiffre d'affaires, au Maroc comme à l'étranger    Ouverture à Meknès des 10èmes assises de l'agriculture    98 MQx, la campagne céréalière 2018 sauvée de justesse    Lancement d'une nouvelle génération de carte nationale d'identité électronique    Le Club Afrique Développement et la SIB à l'heure des « Fintech »    Vidéo : Chaimaa interprète une chanson de Daoudia dans The Voice !    Semaine de la langue espagnole au Royaume du Maroc    Des programmes pour répertorier le patrimoine hassani    L'Istiqlal nomme un président du conseil national et rejoint l'opposition    Festival arabe du théâtre «El Feddane» à Tétouan    SM le Roi nomme de nouveaux ambassadeurs    CAN de Beach Volley U19 : le Maroc termine 4e de la compétition    Un adolescent britannique condamné pour avoir piraté le compte d'un ex-chef de la CIA    Un Marocain arrêté pour financement du terrorisme        Point de vue : Le pouvoir magique d'une photo    5 000 bénéficiaires au Raid International de Solidarité    Fusillade à Bruxelles en 2016: Abdeslam condamné à 20 ans de prison    Evénements de Jerada : Des peines avec sursis à l'encontre de sept mis en cause    Abdelhaq Al Arabi : «La hausse des salaires deviendra insignifiante en cas de sa généralisation»    SIAM : 1 400 exposants de 70 pays    Prix des médicaments : Les députés reviennent à la charge    La Task Force de la FIFA a évalué le dossier du Maroc    Remise des prix de la 45ème édition du Trophée Hassan II de golf    Prison locale Ain Borja: Taoufik Bouachrine jouit de tous ses droits légaux    Casablanca : Un officier de police placé en garde à vue    Macron aux Etats-Unis pour une visite pleine d'incertitudes    Au moins 48 morts et 112 blessés dans un attentat suicide à Kaboul    Abdellatif Hammouchi, le Marocain le plus influent en Afrique    15 milliards DH investis à Marrakech-Safi    Vidéo – Polémique: Gad El Maleh raciste ?    À 34 ans, l'artiste et animatrice télé, Wiam Dahmani, n'est plus    Les Américains, hors-jeu !    Edito : Autocritique    Administration publique : Le Maroc partage son expérience avec le Burundi    La FIFA de retour aujourd'hui au Maroc    Entrepreneuriat féminin : La BCP finance des PME ivoiriennes    Mohamed Salah élu joueur de l'année de Premier League    Triathlon :le Maroc conserve son titre grâce à Badr Siwane    Les fusillades dans les écoles américaines "en augmentation constante"    Turquie: Des élections avant l'heure...    USA: Une fillette de trois ans tire sur sa mère enceinte    «L'arsenal juridique et réglementaire de protection du patrimoine est caduc et désuet»    Le livre piraté, un tsunami qui inonde le marché!    Journées pédagogiques au profit des enseignants de français    Oujda : Un policier tente de se suicider en se tirant une balle    Santé: La grippe tue en masse en France    Destruction de plus de 6,4 t de Chira à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Laroui parmi les premiers sélectionnés au prestigieux Prix Goncourt
Publié dans Libération le 08 - 09 - 2014

Le jury du prestigieux Prix Goncourt, dont fait partie l'écrivain marocain Taher Ben Jelloun, a dévoilé, jeudi dernier, sa première sélection de 15 romans en lice pour son édition 2014. «Les tribulations du dernier Sijilmassi» de l'écrivain et économiste marocain d'expression française, Fouad Laroui, paru, le 21 août dernier, en France aux Editions Julliard, figure dans la liste des présélectionnés. Laquelle sera élaguée par les jurés, les 7 et 28 octobre prochain, lors de leurs deuxième et troisième sélections, avant de décerner cette distinction glorieuse, le 5 novembre 2014.
Dans «Les tribulations du dernier Sijilmassi», Fouad Laroui raconte l'histoire d'un ingénieur marocain qui du jour au lendemain décide de rompre avec son mode de vie occidentalisé.
Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine... Dans son style inimitable, Fouad Laroui entraîne le lecteur à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque où se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d'ériger entre l'Orient et l'Occident ?
Pour le plus convoité des prix littéraires en France, Fouad Laroui est en compétition avec Adrien Bosc, auteur de « Constellation » (Stock), Kamel Daoud Meursault, auteur de « Contre-enquête » (Actes Sud), Lydie Salvayre avec « Pas pleurer » (Seuil), Joy Sorman et « La peau de l'ours » (Gallimard), Grégoire Delacourt, auteur de « On ne voyait que le bonheur » (JC Lattès), Pauline Dreyfus avec « Ce sont des choses qui arrivent » (Grasset), Gilles Martin-Chauffier avec « La femme qui dit non » (Grasset), Mathias Menegoz, auteur de « Karpathia » (P.O.L), Eric Reinhardt avec « L'amour et les forêts » (Gallimard), Clara Dupont-Monod, auteure de « Le roi disait que j'étais diable » (Grasset), Benoît Duteurtre avec « L'ordinateur du paradis » (Gallimard), David Foenkinos avec « Charlotte » (Gallimard), Emmanuel Ruben, auteur de « La ligne des glaces » (Rivages), et enfin Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre » (Actes Sud).
Par ailleurs, la première sélection du prix Goncourt compte un absent de taille. En effet, en dépit d'une critique élogieuse de la presse française, nulle trace du nouvel ouvrage d'Emmanuel Carrère, «Le Royaume», parmi les quinze titres retenus.
Invité sur France Inter, l'auteur de ce roman, l'un des évènements de la rentrée littéraire, avec plus de 100.000 exemplaires vendus en une semaine, a reconnu vivre «une drôle d'histoire avec le plus prestigieux prix littéraire français ».
«En 1988, j'en ai eu un ("Hors d'atteinte") qui était finaliste du Prix Goncourt. Environ vingt-cinq ans plus tard, c'était un livre qui s'appelait "Limonov" (paru en 2011) qui avait été viré en seconde sélection du prix Goncourt et celui-là, il n'est même pas dans la première. (...) Donc, visiblement, mes actions n'ont pas cessé de dégringoler au fil des années auprès de l'Académie Goncourt, je ne sais pas bien pourquoi, mais c'est un fait. (...) Je crois tout simplement que ça traduit le goût (...) de l'Académie Goncourt qui n'aime pas beaucoup ce que j'écris, ce qui, après tout, est son droit le plus strict», a-t-il indiqué.
Il est à rappeler que le dernier Prix Goncourt de la nouvelle a été attribué à Fouad Laroui pour "L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine". Un recueil publié aux Editions Julliard et qui se distingue par un humour mordant et une parfaite maîtrise de la langue.
Ancien élève du lycée Lyautey, ce «nouvelliste qui écrit des romans», comme il se définit lui-même, a fait de brillantes études d'ingénieur à l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées à Paris, avant de revenir au Maroc pour diriger l'usine de phosphate de Khouribga. Mais il quitte rapidement son poste d'ingénieur pour se consacrer à la recherche et à l'enseignement à Paris, Bruxelles, Cambridge et York. Il vit aujourd'hui et enseigne à Amsterdam.
Rappelons que ce natif d'Oujda est l'auteur de plusieurs romans et recueils, dont «Les dents du topographe», «Une année chez les Français» et «Méfiez-vous des parachutistes».
Fouad Laroui est le troisième écrivain marocain à recevoir ce Prix prestigieux. Après Tahar Ben Jelloun, pour son roman «La Nuit sacrée» (1987) et Abdellatif Laâbi, pour l'ensemble de son œuvre poétique (2009).
Le romancier et essayiste marocain s'est vu également décerner, en juillet dernier, la Grande médaille de la Francophonie. Un Prix annuel créé par l'Académie française, destiné à couronner « l'œuvre d'une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l'échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l'illustration de la langue française».
M. Laroui avait déclaré, à l'issue de cette distinction, être très touché par cette récompense qui «honore tous les Marocains». «Elle met en relief la diversité linguistique et artistique d'un pays ouvert à toutes les cultures et à toutes les influences», a-t-il dit. Et de conclure : «Nous devons protéger cette diversité et en être fiers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.