Maroc-Namibie: jour, horaire, chaîne    Bourita parle fermeture des frontières à Alger    Brèves    Inégalités au Maroc : Ce que disent les chiffres    Forces auxiliaires : Le projet de mise à niveau validé    Un Monde Fou    Plusieurs ambassadeurs étrangers présentent au Souverain leurs lettres de créance    Le Maroc lance sa candidature pour le mondial 2026.    La MAP lance un SOS fake news, bon courage !    Espagne : plus de 233.000 Marocains couverts par la sécurité sociale    Trump, un mauvais « Génie »    Aït Melloul : Doutant de la fidélité de son épouse, il l'étrangle à mort    Marrakech : Un comptable et une Guinéenne se donnent la mort    DGI: Annulation totale ou partielle des pénalités afférentes aux impôts 2016    Passation des pouvoirs entre Laaraj et Amzazi    Akhannouch à Bruxelles pour faire le point sur la coopération Maroc-UE    Mondial-2026: Le dossier du Maroc sera de « haute facture » dixit Elalamy    CCG : Un nouveau portail dédié au financement de l'innovation    CEDEAO : Soutien total du Liberia au Maroc    Plus de 90 MDH pour la réalisation de 47 foyers pour étudiants    L'université Al Akhawayn fête sa 23e bougie    «Notre place-A la croisée des idées, sources et civilisations» à Casablanca    La haute couture orientale brille à Paris    Anapec : Lancement de 4 unités mobiles pour améliorer l'employabilité dans le rural    CAN de handball-Gabon 2018 : Le Maroc signe sa première victoire et ravive ses chances    Qualifié pour les quarts de finale : Le Maroc poursuit l'aventure à Casablanca    Comment arriver à une école de l'équité    l'automobile et le textile pour développer la région    Les détails du nouveau dispositif fiscal    Les aéroports marocains ont accueilli 20.357.866 passagers en 2017    Un séisme de magnitude 8,2 au large de l'Alaska déclenche des alertes au tsunami    «Fake News» : Le gouvernement s'apprête à sévir    Paradis fiscaux: l'UE retire 8 pays dont le Panama de sa liste noire    Madrid décidé à empêcher le retour de Puigdemont    Colère des parents d'élèves à Elbilia    La coopération touristique démarre    Loft Art Gallery au Salon international d'art contemporain africain à Marrakech    Etats-Unis : Après le shutdown, shut up jusqu'au 8 février…    Après les nominations royales, le gouvernement de nouveau au complet    Décès d'un prévenu à l'hôpital de Midelt    La fédération lance un ultimatum à Said Hasbane    Mondial 2026 :Maroc compte défendre sa candidature    Tevekov, un peintre russe tout en puissance    Les Kids United viennent chanter l'espoir    Le président américain réitère son soutien «à une solution à deux Etats»    Les mystères de l'île Sidi Abderrahman dévoilés    D'PENDANSE : Les stars danseront à Casablanca    «Le pays où les pierres parlent» présenté à d'Art Louane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fouad Laroui parmi les premiers sélectionnés au prestigieux Prix Goncourt
Publié dans Libération le 08 - 09 - 2014

Le jury du prestigieux Prix Goncourt, dont fait partie l'écrivain marocain Taher Ben Jelloun, a dévoilé, jeudi dernier, sa première sélection de 15 romans en lice pour son édition 2014. «Les tribulations du dernier Sijilmassi» de l'écrivain et économiste marocain d'expression française, Fouad Laroui, paru, le 21 août dernier, en France aux Editions Julliard, figure dans la liste des présélectionnés. Laquelle sera élaguée par les jurés, les 7 et 28 octobre prochain, lors de leurs deuxième et troisième sélections, avant de décerner cette distinction glorieuse, le 5 novembre 2014.
Dans «Les tribulations du dernier Sijilmassi», Fouad Laroui raconte l'histoire d'un ingénieur marocain qui du jour au lendemain décide de rompre avec son mode de vie occidentalisé.
Une tentative de retour aux sources semée d'embûches et à l'issue plus qu'incertaine... Dans son style inimitable, Fouad Laroui entraîne le lecteur à la suite de son héros dans une aventure échevelée et picaresque où se dessine en arrière-plan une des grandes interrogations de notre temps : qui saura détruire le mur que des forces obscures sont en train d'ériger entre l'Orient et l'Occident ?
Pour le plus convoité des prix littéraires en France, Fouad Laroui est en compétition avec Adrien Bosc, auteur de « Constellation » (Stock), Kamel Daoud Meursault, auteur de « Contre-enquête » (Actes Sud), Lydie Salvayre avec « Pas pleurer » (Seuil), Joy Sorman et « La peau de l'ours » (Gallimard), Grégoire Delacourt, auteur de « On ne voyait que le bonheur » (JC Lattès), Pauline Dreyfus avec « Ce sont des choses qui arrivent » (Grasset), Gilles Martin-Chauffier avec « La femme qui dit non » (Grasset), Mathias Menegoz, auteur de « Karpathia » (P.O.L), Eric Reinhardt avec « L'amour et les forêts » (Gallimard), Clara Dupont-Monod, auteure de « Le roi disait que j'étais diable » (Grasset), Benoît Duteurtre avec « L'ordinateur du paradis » (Gallimard), David Foenkinos avec « Charlotte » (Gallimard), Emmanuel Ruben, auteur de « La ligne des glaces » (Rivages), et enfin Eric Vuillard auteur de « Tristesse de la terre » (Actes Sud).
Par ailleurs, la première sélection du prix Goncourt compte un absent de taille. En effet, en dépit d'une critique élogieuse de la presse française, nulle trace du nouvel ouvrage d'Emmanuel Carrère, «Le Royaume», parmi les quinze titres retenus.
Invité sur France Inter, l'auteur de ce roman, l'un des évènements de la rentrée littéraire, avec plus de 100.000 exemplaires vendus en une semaine, a reconnu vivre «une drôle d'histoire avec le plus prestigieux prix littéraire français ».
«En 1988, j'en ai eu un ("Hors d'atteinte") qui était finaliste du Prix Goncourt. Environ vingt-cinq ans plus tard, c'était un livre qui s'appelait "Limonov" (paru en 2011) qui avait été viré en seconde sélection du prix Goncourt et celui-là, il n'est même pas dans la première. (...) Donc, visiblement, mes actions n'ont pas cessé de dégringoler au fil des années auprès de l'Académie Goncourt, je ne sais pas bien pourquoi, mais c'est un fait. (...) Je crois tout simplement que ça traduit le goût (...) de l'Académie Goncourt qui n'aime pas beaucoup ce que j'écris, ce qui, après tout, est son droit le plus strict», a-t-il indiqué.
Il est à rappeler que le dernier Prix Goncourt de la nouvelle a été attribué à Fouad Laroui pour "L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine". Un recueil publié aux Editions Julliard et qui se distingue par un humour mordant et une parfaite maîtrise de la langue.
Ancien élève du lycée Lyautey, ce «nouvelliste qui écrit des romans», comme il se définit lui-même, a fait de brillantes études d'ingénieur à l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées à Paris, avant de revenir au Maroc pour diriger l'usine de phosphate de Khouribga. Mais il quitte rapidement son poste d'ingénieur pour se consacrer à la recherche et à l'enseignement à Paris, Bruxelles, Cambridge et York. Il vit aujourd'hui et enseigne à Amsterdam.
Rappelons que ce natif d'Oujda est l'auteur de plusieurs romans et recueils, dont «Les dents du topographe», «Une année chez les Français» et «Méfiez-vous des parachutistes».
Fouad Laroui est le troisième écrivain marocain à recevoir ce Prix prestigieux. Après Tahar Ben Jelloun, pour son roman «La Nuit sacrée» (1987) et Abdellatif Laâbi, pour l'ensemble de son œuvre poétique (2009).
Le romancier et essayiste marocain s'est vu également décerner, en juillet dernier, la Grande médaille de la Francophonie. Un Prix annuel créé par l'Académie française, destiné à couronner « l'œuvre d'une personne physique francophone qui, dans son pays ou à l'échelle internationale, aura contribué de façon éminente au maintien et à l'illustration de la langue française».
M. Laroui avait déclaré, à l'issue de cette distinction, être très touché par cette récompense qui «honore tous les Marocains». «Elle met en relief la diversité linguistique et artistique d'un pays ouvert à toutes les cultures et à toutes les influences», a-t-il dit. Et de conclure : «Nous devons protéger cette diversité et en être fiers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.