La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Covid-19 : adoption d'une batterie de mesures pour le contrôle de la situation épidémiologique dans la province de Safi    Alerte météo : forte vague de chaleur au Maroc de dimanche à mardi    Le rapatriement des Marocains de l'étranger se poursuit    France : la configuration du nouveau gouvernement bientôt dévoilée    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    La propagande algéro-polisarienne vise à perturber le développement socio-économique des provinces du Sud    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Coronavirus : 310 nouveaux cas et 9.410 guérisons au total, dimanche 5 juillet à 10 H    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Madagascar: essai clinique de la solution injectable Artesunate IV extraite de l'artemisia    Coronavirus : 310 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.132 au total    Allemagne. Les travailleuses du sexe réclament leurs clients    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Marrakech: interpellation d'un individu soupçonné d'homicide volontaire avec séquestration et mutilation    Transport aérien – hécatombe mondiale : 84 milliards de dollars de pertes et 1,2 milliards de passagers en moins    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    ONCF: un homme se jette sur les rails entre Témara et Rabat-Agdal    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insolite
Publié dans Libération le 19 - 11 - 2014


Greffe de cheveux
Beau gosse au crâne clairsemé, Mohammad Shahid a les yeux qui pétillent depuis qu'il a vu son cousin rentrer de sa greffe de cheveux, torse bombé et pelage lustré. Il s'est aussitôt précipité à la même clinique pour retrouver son honneur, bafoué depuis des années par des railleries qui minent la vie des chauves et imberbes au Pakistan.
A Peshawar (nord-ouest), carrefour de tous les trafics à la porte de l'Afghanistan et repaire clandestin de rebelles talibans, des hommes s'affairent dans le brouhaha empoussiéré des rues, le visage mangé d'épaisses barbes noires que ne renierait pas le capitaine Haddock.
Les trottoirs de ses boulevards embouteillés sont parsemés d'affiches géantes de stars de la chanson et du cricket autrefois dégarnies mais aujourd'hui tout sourire. Ils vantent les mérites de leur virilité retrouvée par la grâce de quelques touffes de cheveux.
"Lorsque j'ai vu mon cousin revenir de son opération, j'étais sous le choc, je me suis dit: moi aussi j'en veux", s'emballe Mohammad, un jeune trentenaire sur le point de passer au bistouri dans une clinique capillaire locale. "Les cheveux, c'est un peu notre arme de défense face à la société", dit-il.
Au Pakistan, le poil demeure un inaltérable synonyme de virilité, au point que même certains insurgés talibans s'achètent des lotions pour lustrer leurs précieuses barbes et toisons. Malheur aux chauves: ils sont appelés "ganja", un terme ici plus synonyme de tare peu enviée que de marijuana euphorisante.
"En Occident, si vous traitez quelqu'un de chauve, il s'en fichera. Mais si vous appelez quelqu'un +ganja+ au Pakistan, c'est comme une insulte. Ici, les chauves sont moqués et stigmatisés", explique le Dr. Humayun Mohmand, pionnier des greffes de cheveux dans le pays.
Au début des années 2000, le docteur lance avec quelques autres collègues les premières cliniques capillaires. Mais la greffe ne prend au départ pas auprès du public, frileux face à cette opération nécessitant une anesthésie locale.
Après quelques années, la technique s'améliore et des vedettes commencent à se prêter au jeu. Fin 2007, Nawaz Sharif, Premier ministre dégarni renversé huit ans plus tôt par le général Pervez Musharraf, rentre au pays après des années d'exil avec un je-ne-sais-quoi de différent: des cheveux.
"Depuis que Nawaz Sharif et Shahbaz Sharif (son frère, ministre en chef de la province du Pendjab, ndlr) se sont fait greffer des cheveux, c'est devenu très populaire. Avant, les clients avaient peur que l'opération ne leur donne le cancer ou provoque une infection du cerveau", rit encore le Dr Fawad Aamir dans sa clinique de Peshawar, au milieu de patients en quête de nouvelles crinières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.