« The New York Times » chante les louanges des paysages marocains    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Digital : La Cour des Comptes exhorte le secteur public à publier les données non personnelles    La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    Projet de loi organique sur la grève. Les syndicats listent leurs "préalables"    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre l'opération humanitaire d'El Khalfi et la chasse aux migrants, il y a tout un monde
Publié dans Libération le 14 - 02 - 2015

La chasse aux migrants est ouverte. Ainsi après l'arrestation de 1.250 migrants irréguliers mardi dernier à la forêt de Gourougou à Nador, une autre opération de ratissage et d'arrestation a été menée avant-hier dans le périphérique de la même ville. Elle s'est soldée par l'arrestation de près de 70 personnes. L'objectif affiché : vouloir s'attaquer aux réseaux mafieux.
Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a déclaré, jeudi, qu'il s'agit d'une opération humanitaire destinée à libérer les migrants irréguliers des réseaux de passeurs qui les détiennent dans des conditions inhumaines.
Des arguments qui ne semblent pas convaincre les associations défendant les droits des migrants qui estiment que les propos du ministre ne tiennent pas la route. Pour eux, les objectifs réels de ces rafles restent bien moins avouables que ceux affichés.
« Les déclaration d'El Khalfi sont fausses et reflètent une méconnaissance stupéfiante de la réalité. En fait, les mafias de la traite humaine ne sont pas présents dans la forêt de Gourougrou puisque cette zone est à quelques mètres de Mellilia et les migrants n'ont pas besoin de passeurs pour escalader les barrières séparant le Maroc de son préside occupé. Ces mafias existent réellement mais dans les zones de passage par pateras. D'ailleurs, on n'a jamais entendu parler de l'arrestation dans la région de Nador de membres de cette mafia ni de leur jugement devant les tribunaux», a souligné Naji Omar de l'AMDH-Nador. Même évaluation de la part d'Hassan Ammari, spécialiste des questions de la migration et d'asile. Pour lui, les réseaux en question existent bel et bien mais sont plutôt présents dans les grandes villes comme Oujda, Tétouan, Tanger, Casablanca et Rabat.
Pourtant, pour lui, la vraie question reste ailleurs. Il se demande pourquoi l'Etat a fermé l'œil sur ces trafiquants-passeurs tout ce temps et pourquoi il a décidé d'agir aujourd'hui. Ceci d'autant plus, ajoute notre source, que la lutte contre les réseaux de trafic d'immigrés irréguliers dépasse les frontières marocaines puisqu'il s'agit d'un problème transnational. «La lutte contre ce fléau doit intégrer trois dimensions : les pays de départ, de transit et d'accueil. Les migrants irréguliers et les passeurs s'en tiendront à un contrat consistant à faire passer des frontières jusqu'à la destination finale en échange d'une somme définie à l'avance et donc il n'y a pas que le Royaume qui est concerné. D'ailleurs, les autorités marocaines ne peuvent rien faire toutes seules. D'autant plus que jusqu'à aujourd'hui, la loi criminalisant la traite humaine est en stand-by», nous a expliqué Hassan Ammari.
Pour leur part, les responsables du Groupe antiraciste de défense et d'accompagnement des étrangers et migrants (GADEM) considèrent que ces opérations cachent des préparatifs de rapatriements collectifs de ces migrants irréguliers dans leurs pays d'origine et que l'objectif de les « libérer des réseaux de passeurs et de traite des êtres humains » n'est qu'un prétexte. Ceci d'autant plus que la thèse humaniste défendue par Mustapha El Khalfi demeure inconcevable vu les atteintes graves aux lois et aux droits de l'Homme commisses à l'encontre de migrants lors de ces rafles. GADEM a, en effet, constaté plusieurs violations dont la privation de liberté hors de tout cadre juridique. Les migrants arrêtés ont été parqués dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire sans aucune décision écrite et motivée de maintien dans de tels locaux n'a été notifiée aux intéressés, conformément à l'article 34 de la loi n°02-03 relative à l'entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc, à l'émigration et l'immigration clandestine. Le président du tribunal de première instance n'a pas non plus été saisi pour autoriser la prorogation de leur détention au-delà des premières 24h.
Pis, les arrestations ont concerné également les mineurs et les demandeurs d'asile, ce qui constitue une violation des dispositions de la loi n°02-03 qui protège ces personnes contre toute procédure d'expulsion et de reconduite à la frontière
Last but not least, ces migrants ont été déplacés sans leur consentement et contre leur volonté dans différentes villes et sans que les autorités ne procèdents des examens particuliers de la situation individuelle de chacune des personnes.
A ce propos, GADEM a demandé aux autorités compétentes de procéder à la libération effective des migrants arrêtés et de « revenir à la table de discussions afin de terminer sereinement le processus de mise en œuvre de la politique migratoire radicalement nouvelle pour ne pas permettre à la précarité et à l'insécurité juridique de s'installer davantage », a conclu un communiqué de l'ONG.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.