Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre l'opération humanitaire d'El Khalfi et la chasse aux migrants, il y a tout un monde
Publié dans Libération le 14 - 02 - 2015

La chasse aux migrants est ouverte. Ainsi après l'arrestation de 1.250 migrants irréguliers mardi dernier à la forêt de Gourougou à Nador, une autre opération de ratissage et d'arrestation a été menée avant-hier dans le périphérique de la même ville. Elle s'est soldée par l'arrestation de près de 70 personnes. L'objectif affiché : vouloir s'attaquer aux réseaux mafieux.
Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a déclaré, jeudi, qu'il s'agit d'une opération humanitaire destinée à libérer les migrants irréguliers des réseaux de passeurs qui les détiennent dans des conditions inhumaines.
Des arguments qui ne semblent pas convaincre les associations défendant les droits des migrants qui estiment que les propos du ministre ne tiennent pas la route. Pour eux, les objectifs réels de ces rafles restent bien moins avouables que ceux affichés.
« Les déclaration d'El Khalfi sont fausses et reflètent une méconnaissance stupéfiante de la réalité. En fait, les mafias de la traite humaine ne sont pas présents dans la forêt de Gourougrou puisque cette zone est à quelques mètres de Mellilia et les migrants n'ont pas besoin de passeurs pour escalader les barrières séparant le Maroc de son préside occupé. Ces mafias existent réellement mais dans les zones de passage par pateras. D'ailleurs, on n'a jamais entendu parler de l'arrestation dans la région de Nador de membres de cette mafia ni de leur jugement devant les tribunaux», a souligné Naji Omar de l'AMDH-Nador. Même évaluation de la part d'Hassan Ammari, spécialiste des questions de la migration et d'asile. Pour lui, les réseaux en question existent bel et bien mais sont plutôt présents dans les grandes villes comme Oujda, Tétouan, Tanger, Casablanca et Rabat.
Pourtant, pour lui, la vraie question reste ailleurs. Il se demande pourquoi l'Etat a fermé l'œil sur ces trafiquants-passeurs tout ce temps et pourquoi il a décidé d'agir aujourd'hui. Ceci d'autant plus, ajoute notre source, que la lutte contre les réseaux de trafic d'immigrés irréguliers dépasse les frontières marocaines puisqu'il s'agit d'un problème transnational. «La lutte contre ce fléau doit intégrer trois dimensions : les pays de départ, de transit et d'accueil. Les migrants irréguliers et les passeurs s'en tiendront à un contrat consistant à faire passer des frontières jusqu'à la destination finale en échange d'une somme définie à l'avance et donc il n'y a pas que le Royaume qui est concerné. D'ailleurs, les autorités marocaines ne peuvent rien faire toutes seules. D'autant plus que jusqu'à aujourd'hui, la loi criminalisant la traite humaine est en stand-by», nous a expliqué Hassan Ammari.
Pour leur part, les responsables du Groupe antiraciste de défense et d'accompagnement des étrangers et migrants (GADEM) considèrent que ces opérations cachent des préparatifs de rapatriements collectifs de ces migrants irréguliers dans leurs pays d'origine et que l'objectif de les « libérer des réseaux de passeurs et de traite des êtres humains » n'est qu'un prétexte. Ceci d'autant plus que la thèse humaniste défendue par Mustapha El Khalfi demeure inconcevable vu les atteintes graves aux lois et aux droits de l'Homme commisses à l'encontre de migrants lors de ces rafles. GADEM a, en effet, constaté plusieurs violations dont la privation de liberté hors de tout cadre juridique. Les migrants arrêtés ont été parqués dans des locaux ne relevant pas de l'administration pénitentiaire sans aucune décision écrite et motivée de maintien dans de tels locaux n'a été notifiée aux intéressés, conformément à l'article 34 de la loi n°02-03 relative à l'entrée et au séjour des étrangers au Royaume du Maroc, à l'émigration et l'immigration clandestine. Le président du tribunal de première instance n'a pas non plus été saisi pour autoriser la prorogation de leur détention au-delà des premières 24h.
Pis, les arrestations ont concerné également les mineurs et les demandeurs d'asile, ce qui constitue une violation des dispositions de la loi n°02-03 qui protège ces personnes contre toute procédure d'expulsion et de reconduite à la frontière
Last but not least, ces migrants ont été déplacés sans leur consentement et contre leur volonté dans différentes villes et sans que les autorités ne procèdents des examens particuliers de la situation individuelle de chacune des personnes.
A ce propos, GADEM a demandé aux autorités compétentes de procéder à la libération effective des migrants arrêtés et de « revenir à la table de discussions afin de terminer sereinement le processus de mise en œuvre de la politique migratoire radicalement nouvelle pour ne pas permettre à la précarité et à l'insécurité juridique de s'installer davantage », a conclu un communiqué de l'ONG.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.