L'ONMT s'engage à renforcer le déploiement de Ryanair au Maroc    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Inscription exceptionnelle du 2 au 4 novembre aux CPGE    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    France: l'Assemblée nationale valide la prorogation de l'état d'urgence sanitaire    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    Météo Maroc: brume et nuages pour la matinée du samedi 24 octobre    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Troisième âge Le cadet des soucis d'un Exécutif dépassé
Publié dans Libération le 25 - 07 - 2015

Un tableau on ne peut plus sombre vient d'être dressé de la situation des vieux par le Conseil économique, social et environnemental. Selon le CESE, une personne âgée sur dix est pauvre, sept sur dix sont analphabètes, un sur cinq bénéficie d'une couverture médicale et sociale, plus d'un demi-million de vieux sont atteints de maladies chroniques, et plus d'un tiers d'entre eux ont besoin de l'aide d'une tierce personne pour effectuer les principales tâches domestiques.
Pis, de nombreuses personnes âgées vivent dans des logements inadaptés à leurs spécificités. Elles y sont fondamentalement confrontées à des problèmes d'exiguïté, d'accessibilité, d'éloignement des services publics et à des risques d'accidents domestiques, a révélé le rapport discuté lors de l'ouverture de la 52ème session ordinaire dudit Conseil consacrée aux personnes âgées.
D'après ce document, l'aménagement de l'espace public urbain se caractérise par l'absence d'infrastructures et de lieux de vie adaptés aux personnes âgées, et ne favorise ni la mobilité, ni une vie sociale épanouie (trottoirs en bon état, toilettes publiques, bancs dans les parcs et les grandes artères, jardins, centres culturels à proximité, etc.). Ceci d'autant plus que la mobilité y est entravée par un système de transport et de transit inapproprié à leur âge et à leur état de santé, et ce, indifféremment du type de transport considéré.
La vie des personnes du troisième âge dans les centres d'accueil n'est pas tout rose. Elle se caractérise par la solitude, l'isolement, l'absence d'activités culturelles, sportives et de loisirs. Les centres idoines accueillent des personnes aux profils parfois très divers (enfants, handicapés, personnes atteintes de maladies mentales ...). Le personnel encadrant manque de formation et de motivation. Les bâtiments et les infrastructures de ces centres sont souvent inadaptés à leurs spécificités, a précisé le rapport.
Les conditions de vie des personnes âgées immigrées, et notamment celles des femmes, n'ont rien de réjouissant. Le document du CESE a indiqué que ces conditions se caractérisent par des discriminations multiples en termes d'inclusion sociale et de respect des droits prescrits en matière de couverture sociale, d'accueil dans les centres d'hébergement et de prestation de soins et de services. L'une des raisons majeures de la fragilité de la situation sociale de ces personnes réside dans le caractère obsolète des conventions bilatérales signées entre le Maroc et les pays d'accueil.
Des déficits importants qui rappellent étrangement l'état des lieux dressé par le rapport sur « Les personnes âgées au Maroc : Profil, santé et rapports sociaux » élaboré en 2006 par le HCP qui a démontré que le niveau de scolarité des personnes âgées est relativement peu élevé puisqu'une majorité d'entre elles (81,7%) n'a aucun niveau d'instruction, les femmes encore moins que les hommes (94,3% contre 68,1%) et les ruraux moins que les citadins (90,2% contre 74,1%). Ce rapport avait également indiqué que le tiers de la population âgée malade n'a pas recours aux services de soins. 59,1% d'entre elles déclarent ne pas avoir les moyens pour se faire soigner. Cette proportion est plus élevée chez les populations relativement défavorisées, à savoir les ruraux et les femmes. Seuls 13,3% des sujets âgés disposent d'une couverture médico-sanitaire.
Mais face à ce tableau si sombre, qu'est-ce que le Maroc a fait pour améliorer les conditions de vie des personnes âgées et promouvoir leurs droits ? Si les programmes et les actions entreprises par l'Etat ne manquent pas, il reste que les résultats tardent à montrer le bout du nez. A ce propos, le rapport du CESE dresse un bilan négatif des politiques publiques mises en œuvre. Tel est le cas de la « stratégie nationale » visant la valorisation, la participation, la promotion de politiques publiques à même d'améliorer les conditions de vie des personnes âgées, le renforcement de la prise en charge familiale, en plus de la formation des ressources humaines et la recherche qui a été élaborée par le ministère de la Solidarité, de la Femme et de la Famille en 2009. Ce document, rappelle-t-on, n'a pas été opérationnalisé et il devrait être revu selon le CESE qui estime que les plans d'action et les programmes qui ont été conçus et élaborés sont toujours de nature partielle, sporadique et sectorielle.
Le document du CESE a également pointé du doigt les retards enregistrés au niveau de la formation des ressources humaines en gériatrie, gérontologie, psychologie et psychiatrie de la vieillesse, en travail social, etc. et les insuffisances patentes en matière de soins adaptés aux spécificités des personnes âgées.
Le partenariat entre l'Etat et la société civile concernant les prestations de soins et de services fournies aux personnes âgées est jugé lui aussi déficitaire puisqu'il ne répond plus aux attentes ; ceci d'autant plus qu'il y a une insuffisance de subventions publiques et que la qualité de l'encadrement et de la gestion fait défaut du côté des ONG.
Pour sortir de cette situation, le CESE préconise l'élaboration d'une politique publique intégrée de protection des personnes âgées déclinée aux niveaux central et régional, basée sur le respect des droits et de la dignité. Cette politique devrait s'appuyer, selon le Conseil, sur une amélioration de la protection sociale des personnes âgées, et prioritairement de celles en situation de dépendance et ou de vulnérabilité, sur la définition d'un cadre juridique et institutionnel qui les protège contre les discriminations, la négligence, les mauvais traitements et la violence.
Le CESE recommande également d'améliorer la prise en charge des personnes âgées en mettant en place des structures d'aide et des programmes de formation destinés aux aides-familiaux qui prennent en charge les personnes âgées dépendantes et la révision de la loi 14.05 relative aux centres de protection sociale qui devrait être revue en vue d'inclure des normes de construction et de prise en charge adaptées aux personnes âgées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.