BAM prévoit une croissance orientée à la baisse    ONU : Antonio Guterres déplore « un monde de plus en plus chaotique »    Aquarius : Les 58 migrants débarqueront à Malte    Casablanca accueille la 6ème édition du Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire    Laenser en embuscade    Transavia relance Paris-Dakhla avec l'ONMT en marge du salon IFTM Top Resa    FIFA - The Best 2018: Voici pour qui Mehdi Benatia et Hervé Renard ont voté    Casablanca : «Maintenant ou Jamel» en octobre    Interview : Madd, Shobee et ElGrande Toto à L'Boulevard 2018    Fondation Montresso : Les événements les plus marquants de la nouvelle saison    A partir de décembre, le ballon d'or se conjuguera au féminin    Dialogue social: Le CESE recommande une approche de consensus au-delà de la négociation    Les fondateurs d'Instagram démissionnent    Adhésion à la CEDEAO: Le Maroc est-il allé trop vite?    IRAN: La journée nationale des forces armées endeuillée…    Tanger : Première opération chirurgicale de valvulopathie mitrale et aortique    Les femmes meurent-elles plus d'infarctus ?    Taroudant : Une enquête sur l'incendie du poste ONEE    Sommet de la paix Nelson Mandela: Mohammed VI rappelle l'esprit anti-séparatiste de Madiba    Coupes d'Afrique: Le Raja seul représentant du Maroc    Tanjazz 2018. Clap de fin ensoleillé !    Qui dit mieux… , Reports, encore et toujours    Couverture sanitaire. Plus de 200.000 dossiers déposés pas les imams    Justice constitutionnelle. La haute Cour et l'Académie du Maroc déclinent leur vision    L'ANRT ouvre la 3ème session de formation sur le protocole DNSSEC    Darija : Grand oral pour Amzazi    Maroc-OMS : La santé mentale au menu des entretiens de M. Doukkali à New York    La lutte contre la toxicomanie s'organise à Tétouan    Dialogue social : La recette du CESE    Engrais. OCP rachète 20% de Fertinagro Bieotech    ONU : Le Maroc défend ses positions et intensifie ses actions diplomatiques    Edito : Censure partisane    Casablanca : Des conducteurs de taxis transportent gracieusement des malades    Les industriels confiants au 3e trimestre    Journée culturelle pour célébrer l'histoire en partage France-Maroc    Driss Lachguar préside la session du Conseil de l'Union arabe de la jeunesse socialiste    L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU    News    Lancement d'une nouvelle plateforme éducative arabophone    Operation Smile Morocco et l'OCP signent une mission humanitaire dentaire à El Jadida    Divers    L'OCK assure l'essentiel face au CRA    Concours officiel de saut d'obstacles    Prêts chinois : Opium de l'Afrique    Le blogueur Mahmoud Zeidane jeté dans les geôles du Polisario    C'est parti pour la 12ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Participation marocaine au Festival international "Samae" d'inchad et de musique sacrée du Caire    Clôture à Rabat du premier atelier d'initiation au dessin de mode    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belgique et Syrie au coeur de l'enquête sur les attentats de Paris
Publié dans Libération le 18 - 11 - 2015

L'enquête sur les tueries de vendredi soir, qui ont fait 129 morts à Paris, progresse: cinq kamikazes sont identifiés et deux personnes mises en examen en Belgique pour "attentat terroriste". Mais l'un des principaux suspects est toujours en fuite.
Sur sept kamikazes morts vendredi, cinq ont été identifiés.
Parmi les trois du Stade de France, Bilal Hadfi, un Français de 20 ans résidant en Belgique. Un passeport syrien au nom d'Ahmad Al Mohammad, 25 ans, né en Syrie, a été retrouvé près du corps d'un autre kamikaze.
Dans l'équipe du Bataclan, parmi les trois assaillants morts, Samy Amimour, 28 ans, originaire de banlieue parisienne. L'homme était déjà mis en examen dans un dossier terroriste, après un projet de départ au Yémen. Son contrôle judiciaire, avec obligation de pointage et remise de son passeport, ne l'a pas empêché de partir en Syrie en 2013. Comment, visé par un mandat d'arrêt international, a-t-il pu revenir en France sans éveiller de soupçons? Trois de ses proches sont interrogés en garde à vue. Un autre membre de ce commando, un Français de 29 ans, Omar Ismaïl Mostefaï, a été identifié. Six membres de son entourage étaient aussi toujours en garde à vue lundi soir.
Brahim Abdeslam, 31 ans, Français résidant en Belgique, s'est fait sauter dans un restaurant du boulevard Voltaire, faisant des blessés mais aucun mort. Les enquêteurs pensent qu'il venait de participer aux tueries contre des terrasses de restaurants avec son frère, Salah, désormais activement recherché.
Les attentats de Paris "ont été préparés et organisés en Belgique", a assuré François Hollande.
L'enquête se concentre donc sur Salah Abdeslam, 26 ans. Visé par un mandat d'arrêt international, il n'a pas encore été interpellé malgré une importante opération de police lundi dans la commune bruxelloise de Molenbeek. Un troisième frère, Mohamed, placé en garde à vue dimanche, a été relâché. A sa sortie, il a assuré ne pas savoir où se trouvait son frère. Molenbeek, où ont séjourné plusieurs suspects, est considérée comme une plaque tournante des jihadistes en Europe.
Deux hommes ont été mis en examen lundi en Belgique pour "attentat terroriste" et écroués. Ils avaient été contrôlés samedi matin à Cambrai, près de la frontière belge, dans un véhicule où se trouvait probablement Salah Abdeslam. Pour le président Hollande, ces actes "ont été décidés et planifiés en Syrie".
Samy Amimour y avait séjourné. Omar Mostefaï, fiché pour radicalisation en 2010, y a très vraisemblablement été entre 2013 et 2014. Le même soupçon pèse sur Bilal Hadfi et sur deux frères Abdeslam, Salah et Brahim. En sont-ils revenus avec des instructions?
Quant au passeport syrien au nom d'Ahmad Al Mohammad retrouvé près d'un kamikaze, son authenticité reste à vérifier. Seule certitude, l'homme avait été contrôlé pas les autorités grecques début octobre, selon ses empreintes digitales. Sa trace avait été perdue en Croatie.
Les enquêteurs s'intéressent de près à Abdelhamid Abaaoud, un Belge de 28 ans, déjà considéré comme le cerveau des attaques déjouées en janvier à Verviers en Belgique. Son rôle comme "inspirateur" des attaques de vendredi est "une hypothèse sérieuse", confirme une source proche de l'enquête.
Soupçonné d'être un membre très actif du groupe jihadiste Etat islamique en Syrie, l'homme, qui a aussi séjourné à Molenbeek, connaissait Salah Abdeslam. Tous deux ont été impliqués dans des braquages en Belgique.
Salah Abdeslam a sans doute été exfiltré après un appel à des complices venus de Belgique, selon des sources policière et proche de l'enquête.
Les auteurs des attaques bénéficiaient d'autre part d'armes, dont trois kalachnikovs retrouvées dimanche avec plusieurs chargeurs dans une Seat en banlieue parisienne, une voiture de même type que celle aperçue par des témoins sur les lieux des fusillades de l'Est de Paris.
Un artificier a forcément confectionné les ceintures d'explosifs. Figure-t-il parmi les morts? Des spécialistes, qui ne participent toutefois pas à l'enquête, en doutent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.