Ahmed Ouayach, président de la Comader : « La filière laitière est au bord du sinistre »    Mondial 2018 : l'Uruguay finit en tête du groupe A    Maroc-Portugal : récit d'un voyage    Fondation Mohammed VI : 21 plages reçoivent le Pavillon Bleu    Consécration pour le docteur Akiki    Huit recommandations pour sauver le système    Maroc-Espagne : Comment soigner sa sortie    DGSN: Arrestation d'un individu soupçonné d'avoir menacé de mort une chanteuse arabe    Quand art et football font bon ménage    Le Festival International du Film de Marrakech se renouvèle pour rayonner davantage    « Présence des sens et de l'esprit », de Abderazak Razak    Mamoudou Gassama collectionne les récompenses (vidéo)    Réunion autour de la Plateforme africaine des villes propres    Trump plaide pour l'expulsion immédiate des clandestins sans procès    Amazon et Alibaba retirent les produits dangereux de leur site    Travail des enfants : Halte à l'exploitation des mineurs    Flash hebdomadaire    Le « climat de terreur » à Tindouf dénoncé au Chili    Mondial 2018: Les Lions face la Roja, pour l'honneur    Mohammed VI écrit à l'Emir du Qatar    Maroc-France: Sécurité et coopération économique mobilisent les parlementaires    Le Conseil national de la presse : Au boulot !    La plus «Maâlema» des fêtes de la musique !    Lalla Hasnaa donne le coup d'envoi du Festival des musiques sacrées du monde    Engrais qualifiés de non-conformes: OCP Kenya dénonce des accusations infondées    Turquie: Erdogan réélu dès le premier tour pour un nouveau mandat    Réunion décisive à Rabat contre Daech    El Ouafi : « le gouvernement engagé à réussir la Stratégie nationale »    Un plan américain pour limiter les investissements chinois dans les technologies    Festival Gnaoua 2018: La dynamique des sociétés en matière d'égalité en clôture du Forum des droits de l'Homme    Lions de l'Atlas : Finir en beauté    Soyons sérieux !    Michel Onfray : «Les peuples européens ne veulent plus l'Etat maastrichien»    Il fait l'actu : Moulay Hicham El Kadiri Boutchich, nouveau Country Manager Maroc de Oman Air    Refonte globale du concours d'accès au cycle normal    Le portugais Simoldes opte finalement pour Kénitra    Commerce extérieur : La Banque populaire lance le service de paiement en ligne «[email protected]»    Le Maroc élu président du Réseau des Ecoles nationales d'administration d'Afrique    Edito : Violence    187.138 candidats décrochent leur baccalauréat au titre de la session de juin    Permis de conduire : Boulif dément la durée de la formation fixée à 6 mois    Mawazine 2018: Ambiance pop rock à la sauce Babylone au Théâtre national Mohammed V    Point de vue : Ces moments volés au temps    Victoire du boxeur Ahmed El Mousaoui face au Russe Evchenko    OCP victime collatérale d'un étrange imbroglio au Kenya    Violence scolaire: La recette El Othmani    El Othmani : Le Maroc s'engage à réaliser les Objectifs de Développement Durable    Election du conseil national de la presse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Belgique et Syrie au coeur de l'enquête sur les attentats de Paris
Publié dans Libération le 18 - 11 - 2015

L'enquête sur les tueries de vendredi soir, qui ont fait 129 morts à Paris, progresse: cinq kamikazes sont identifiés et deux personnes mises en examen en Belgique pour "attentat terroriste". Mais l'un des principaux suspects est toujours en fuite.
Sur sept kamikazes morts vendredi, cinq ont été identifiés.
Parmi les trois du Stade de France, Bilal Hadfi, un Français de 20 ans résidant en Belgique. Un passeport syrien au nom d'Ahmad Al Mohammad, 25 ans, né en Syrie, a été retrouvé près du corps d'un autre kamikaze.
Dans l'équipe du Bataclan, parmi les trois assaillants morts, Samy Amimour, 28 ans, originaire de banlieue parisienne. L'homme était déjà mis en examen dans un dossier terroriste, après un projet de départ au Yémen. Son contrôle judiciaire, avec obligation de pointage et remise de son passeport, ne l'a pas empêché de partir en Syrie en 2013. Comment, visé par un mandat d'arrêt international, a-t-il pu revenir en France sans éveiller de soupçons? Trois de ses proches sont interrogés en garde à vue. Un autre membre de ce commando, un Français de 29 ans, Omar Ismaïl Mostefaï, a été identifié. Six membres de son entourage étaient aussi toujours en garde à vue lundi soir.
Brahim Abdeslam, 31 ans, Français résidant en Belgique, s'est fait sauter dans un restaurant du boulevard Voltaire, faisant des blessés mais aucun mort. Les enquêteurs pensent qu'il venait de participer aux tueries contre des terrasses de restaurants avec son frère, Salah, désormais activement recherché.
Les attentats de Paris "ont été préparés et organisés en Belgique", a assuré François Hollande.
L'enquête se concentre donc sur Salah Abdeslam, 26 ans. Visé par un mandat d'arrêt international, il n'a pas encore été interpellé malgré une importante opération de police lundi dans la commune bruxelloise de Molenbeek. Un troisième frère, Mohamed, placé en garde à vue dimanche, a été relâché. A sa sortie, il a assuré ne pas savoir où se trouvait son frère. Molenbeek, où ont séjourné plusieurs suspects, est considérée comme une plaque tournante des jihadistes en Europe.
Deux hommes ont été mis en examen lundi en Belgique pour "attentat terroriste" et écroués. Ils avaient été contrôlés samedi matin à Cambrai, près de la frontière belge, dans un véhicule où se trouvait probablement Salah Abdeslam. Pour le président Hollande, ces actes "ont été décidés et planifiés en Syrie".
Samy Amimour y avait séjourné. Omar Mostefaï, fiché pour radicalisation en 2010, y a très vraisemblablement été entre 2013 et 2014. Le même soupçon pèse sur Bilal Hadfi et sur deux frères Abdeslam, Salah et Brahim. En sont-ils revenus avec des instructions?
Quant au passeport syrien au nom d'Ahmad Al Mohammad retrouvé près d'un kamikaze, son authenticité reste à vérifier. Seule certitude, l'homme avait été contrôlé pas les autorités grecques début octobre, selon ses empreintes digitales. Sa trace avait été perdue en Croatie.
Les enquêteurs s'intéressent de près à Abdelhamid Abaaoud, un Belge de 28 ans, déjà considéré comme le cerveau des attaques déjouées en janvier à Verviers en Belgique. Son rôle comme "inspirateur" des attaques de vendredi est "une hypothèse sérieuse", confirme une source proche de l'enquête.
Soupçonné d'être un membre très actif du groupe jihadiste Etat islamique en Syrie, l'homme, qui a aussi séjourné à Molenbeek, connaissait Salah Abdeslam. Tous deux ont été impliqués dans des braquages en Belgique.
Salah Abdeslam a sans doute été exfiltré après un appel à des complices venus de Belgique, selon des sources policière et proche de l'enquête.
Les auteurs des attaques bénéficiaient d'autre part d'armes, dont trois kalachnikovs retrouvées dimanche avec plusieurs chargeurs dans une Seat en banlieue parisienne, une voiture de même type que celle aperçue par des témoins sur les lieux des fusillades de l'Est de Paris.
Un artificier a forcément confectionné les ceintures d'explosifs. Figure-t-il parmi les morts? Des spécialistes, qui ne participent toutefois pas à l'enquête, en doutent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.