Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Le secteur de la santé bientôt représenté au sein de la CGEM    Maroc-USA : Des relations plus fortes que jamais    DTFE : Hausse de 35,2% des souscriptions sur le MAVT à fin août    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Raja: les supporters élisent leur joueur du mois (PHOTO)    Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ONU tente de sauver les pourparlers sur la Syrie
Publié dans Libération le 04 - 02 - 2016

L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura devait tenter mercredi de ranimer les discussions de paix sur la Syrie à Genève, menacées par la situation sur le terrain où les forces prorégime progressent, appuyées par d'intenses bombardements russes.
Le diplomate onusien devait tenter de faire revenir les délégations des ennemis syriens au Palais des nations de Genève, au lendemain d'une journée qui a vu le processus de discussions indirectes sombrer dans une totale confusion. Ces pourparlers, arrachés sous la pression internationale, visent à enclencher un processus de règlement politique d'un conflit qui a fait plus de 260.000 morts et des millions de réfugiés depuis mars 2011.
"L'échec est toujours possible, particulièrement après cinq ans d'une guerre horrible", a reconnu M. de Mistura mardi soir sur la Radio Television Suisse. "Mais s'il y a un échec cette fois-ci, il n'y aura plus d'espoir", a-t-il ajouté, reconnaissant un peu plus tard sur la BBC que "le niveau de confiance entre les deux parties était proche de zéro".
D'un côté, le régime de Damas se plaint de ne pas avoir d'interlocuteur "sérieux" pour entrer dans les discussions indirectes, et a de nouveau réclamé de connaître la composition de la délégation adverse. L'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar al-Jaafari, qui mène la délégation du régime, s'est même payé le luxe de contredire l'émissaire de l'ONU qui avait affirmé que les pourparlers de Genève avaient officiellement commmencé.
"Nous sommes encore dans la phase préparatoire", a déclaré mardi M. al-Jaafari après plus de deux heures d'entretien avec M. de Mistura. "Nous attendons toujours de savoir avec qui nous allons négocier et sur quel ordre du jour", a-t-il ajouté.
De l'autre côté, l'opposition est dans une position très délicate, écartelée entre sa volonté de ne pas apparaître comme celle qui ferait échouer un processus de paix, et son refus d'entrer dans une négociation alors que la guerre ne connaît aucun répit.
Rassemblée dans le Haut Comité des négociations (HCN), qui comporte des politiques et des militaires , l'opposition a annulé son rendez-vous de mardi avec M. de Mistura au Palais des nations, accusant la communauté internationale d'être "complètement aveugle" face à la tragédie syrienne, en particulier devant l'ampleur des bombardements russes.
Les forces prorégime, soutenues par d'intenses raids menés par l'aviation de Moscou, progressent dans la province syrienne d'Alep (nord) avec l'objectif de briser le siège de deux localités chiites et couper une route d'approvisionnement des rebelles. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les Russes ont effectué 320 frappes depuis lundi dans ce secteur, tuant 18 civils mardi. "Un nouveau massacre est en train de se produire en Syrie et personne ne fait rien, ne dit rien, la communauté internationale est totalement aveugle", a accusé le porte-parole de l'opposition, Salem al-Meslet. "Ce que les forces de Damas et leurs alliés sont en train de nous dire, c'est que le processus politique de Genève ne vaut pas un clou à leurs yeux", a renchéri une responsable de l'opposition, Bassma Kodmani.
Depuis Rome, où il participait à une réunion de la coalition contre les jihadistes de l'Etat islamique, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a exhorté l'opposition à négocier malgré les bombardements.
Mais "comment accepter d'entrer dans une négociation quand vous avez une pression militaire sans précédent ?", s'interroge une source diplomatique occidentale, estimant que les Russes "agissent en Syrie comme en Tchétchénie", république séparatiste dont la capitale Grozny fut littéralement rasée par l'armée russe il y a 10 ans.
Outre l'arrêt des bombardements, l'opposition réclame aussi la libération des détenus et la levée des sièges d'une quinzaine de villes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.