L'Organisation de la coopération islamique réagit aux attaques israéliennes    Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    Le discours de la vérité!    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un concert show des Tinariwen
Publié dans Libération le 01 - 11 - 2016


Ils étaient des milliers à venir à cette
soirée du samedi à Mhamid El Ghizlane. Et pour cause, voir de près le célèbre groupe Tinariwen se reproduire en plein désert, à l'occasion de la 7ème édition
du Festival Taragalte.
Depuis la fin de la matinée, l'affluence vers la localité de Mhamid, située à 90 km à l'est de la province de Zagora, a connu un trafic inhabituel: des véhicules en tout genre et de toutes les régions du pays. «On ne rate pas pareille occasion, quand on l'a dans son pays», explique Aziz, venu de Casablanca assister au concert, désormais, le plus prisé en Afrique.
Le retour en terme économique n'est pas négligeable: les auberges, les gîtes et établissement hôteliers ont affiché complet. Les dunes de Hnanich devraient être plus clémentes en accueillant des tentes dressées par les uns et le désir de se reposer, quelques heures avant de reprendre la route pour d'autres. Tout le monde a été servi et les Tinariwen, comme à l'accoutumée, ont été des plus généreux, des plus aimables et des plus humbles. Une grande présence sur scène des artistes les plus doués de leur génération, fort applaudis par un public multilingue et multiethnique. «Vous ne pouvez pas savoir qui danse à vos côtés, vous ne faites attention que si la personne parle sa langue et là vous avez le tamazight, le hassani, l'arabe, le français, l'anglais, l'espagnol, le hollandais, l'allemand, l'italien, le japonais et une multitude d'idiomes africains qu'on ne peut absolument pas distinguer facilement », fait remarquer Salah, un Palestinien vennu de Londres couvrir l'événement pour le compte d'une chaîne internationale.
Chef de groupe des Tinariwen, Ibrahim Hag était attendu à ce rendez-vous. On avait fait connaissance avec les autres membres en 2009, mais lui, il se produit pour la première fois sur la scène de Taragalte. Et toujours avec la même générosité, la même sagesse, la même grandeur d'un sage africain, il monte sur scène affichant un sourire bienveillant, ce qui montre son respect pour le public. Tous ceux qui s'étaient installés sur les dunes autour de la scène se sont levés criant à l'unisson : «Tinariwen, Tinariwen!» Un appel qui a enthousiasmé Abdellah Hag, promettant de gratifier le public. Chose promise, chose due... La promesse des artistes du désert fut tenue et à la faveur de leur musique, ils ont pu enchanter les foules, mais aussi cette belle oasis de Mhamid qui était à l'écoute des mélodies des Touaregs les plus célèbres désormais. « Iswegh attay », « amassakoul n' Tiniri », « Imidiwan Ma tenam »... Autant de beaux titres que Brahim, Abdellah et Hassan ont interprétés lors de cette soirée étoilée en plein désert. Une aubaine, pour les artistes touaregs quelques morceaux de leur nouvel album qui sera dans les bacs dès février 2017... D'ailleurs, c'est à Mhamid, qu'ils avaient enregistré en février dernier le clip vidéo de cette nouvelle production. «Bien qu'ils soient l'un des groupes des plus sollicités, ils ne sont jamais aussi proches de leurs fans; ils refusent même de prendre des chambres d'hôtels climatisées... ils ont installé leurs tentes près du site du festival et n'omettent jamais de prendre leurs repas avec les gens qu'ils n'ont pourtant jamais connus, signe de leur modestie», souligne le directeur du Festival Halim Sbai. Une belle leçon pour des jeunes artistes débutants mais exigeants, alors qu'ils ont encore du chemin à parcourir !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.