Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un concert show des Tinariwen
Publié dans Libération le 01 - 11 - 2016


Ils étaient des milliers à venir à cette
soirée du samedi à Mhamid El Ghizlane. Et pour cause, voir de près le célèbre groupe Tinariwen se reproduire en plein désert, à l'occasion de la 7ème édition
du Festival Taragalte.
Depuis la fin de la matinée, l'affluence vers la localité de Mhamid, située à 90 km à l'est de la province de Zagora, a connu un trafic inhabituel: des véhicules en tout genre et de toutes les régions du pays. «On ne rate pas pareille occasion, quand on l'a dans son pays», explique Aziz, venu de Casablanca assister au concert, désormais, le plus prisé en Afrique.
Le retour en terme économique n'est pas négligeable: les auberges, les gîtes et établissement hôteliers ont affiché complet. Les dunes de Hnanich devraient être plus clémentes en accueillant des tentes dressées par les uns et le désir de se reposer, quelques heures avant de reprendre la route pour d'autres. Tout le monde a été servi et les Tinariwen, comme à l'accoutumée, ont été des plus généreux, des plus aimables et des plus humbles. Une grande présence sur scène des artistes les plus doués de leur génération, fort applaudis par un public multilingue et multiethnique. «Vous ne pouvez pas savoir qui danse à vos côtés, vous ne faites attention que si la personne parle sa langue et là vous avez le tamazight, le hassani, l'arabe, le français, l'anglais, l'espagnol, le hollandais, l'allemand, l'italien, le japonais et une multitude d'idiomes africains qu'on ne peut absolument pas distinguer facilement », fait remarquer Salah, un Palestinien vennu de Londres couvrir l'événement pour le compte d'une chaîne internationale.
Chef de groupe des Tinariwen, Ibrahim Hag était attendu à ce rendez-vous. On avait fait connaissance avec les autres membres en 2009, mais lui, il se produit pour la première fois sur la scène de Taragalte. Et toujours avec la même générosité, la même sagesse, la même grandeur d'un sage africain, il monte sur scène affichant un sourire bienveillant, ce qui montre son respect pour le public. Tous ceux qui s'étaient installés sur les dunes autour de la scène se sont levés criant à l'unisson : «Tinariwen, Tinariwen!» Un appel qui a enthousiasmé Abdellah Hag, promettant de gratifier le public. Chose promise, chose due... La promesse des artistes du désert fut tenue et à la faveur de leur musique, ils ont pu enchanter les foules, mais aussi cette belle oasis de Mhamid qui était à l'écoute des mélodies des Touaregs les plus célèbres désormais. « Iswegh attay », « amassakoul n' Tiniri », « Imidiwan Ma tenam »... Autant de beaux titres que Brahim, Abdellah et Hassan ont interprétés lors de cette soirée étoilée en plein désert. Une aubaine, pour les artistes touaregs quelques morceaux de leur nouvel album qui sera dans les bacs dès février 2017... D'ailleurs, c'est à Mhamid, qu'ils avaient enregistré en février dernier le clip vidéo de cette nouvelle production. «Bien qu'ils soient l'un des groupes des plus sollicités, ils ne sont jamais aussi proches de leurs fans; ils refusent même de prendre des chambres d'hôtels climatisées... ils ont installé leurs tentes près du site du festival et n'omettent jamais de prendre leurs repas avec les gens qu'ils n'ont pourtant jamais connus, signe de leur modestie», souligne le directeur du Festival Halim Sbai. Une belle leçon pour des jeunes artistes débutants mais exigeants, alors qu'ils ont encore du chemin à parcourir !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.