Télécoms: Les enjeux de la normalisation    Paris. Un homme suspendu à la Tour Eiffel pendant plusieurs heures    « The New York Times » chante les louanges des paysages marocains    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Digital : La Cour des Comptes exhorte le secteur public à publier les données non personnelles    La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Projet de loi organique sur la grève. Les syndicats listent leurs "préalables"    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    WhatsApp attaqué par Pegasus    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Andy Murray, champion méritant à l'ère des légendes
Publié dans Libération le 09 - 11 - 2016

Champion méritant à l'ère des légendes, Andy Murray, devenu N.1 mondial samedi, peut s'enorgueillir d'avoir laissé sa trace dans une période dominée par trois des plus grands joueurs de l'histoire du tennis.
Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic: ces géants du jeu ont accumulé 43 titres majeurs sur 54 possibles depuis la mi-2003. Ils avaient détenu tour à tour la première place mondiale depuis 2004. Pas facile d'être joueur de tennis au XXIe siècle!
Sept joueurs seulement ont réussi à creuser une petite brèche dans cette hégémonie, Stan Wawrinka étant le seul avec Murray, vainqueur de trois tournois du Grand Chelem (US Open 2012, Wimbledon 2013, 2016), à y être parvenu plus d'une fois.
L'Ecossais, âgé de 29 ans, a d'ailleurs longtemps été étiqueté "loser", avant de se débarrasser de la pression qui étouffait son talent. La grande libération s'est produite en un an, entre septembre 2012 et juillet 2013, lorsqu'il a remporté trois grandes victoires: d'abord aux Jeux olympiques de Londres, puis à l'US Open 2012 et à Wimbledon 2013.
Ce fut un immense soulagement, mais pas encore la percée espérée. Dominé dans ses duels tant par Federer (14-11) que par Nadal (17-7) et surtout par Djokovic (24-10), même lors des deux dernières saisons, Murray n'est pas tout de suite sorti de l'ombre des trois patrons. Il lui a fallu attendre trois ans pour soulever de nouveau une grande coupe, puis pour se hisser à la première place, à la faveur d'une baisse de régime de Djokovic.
Les Britanniques ont vu très tôt dans Murray le joueur capable de mettre fin à l'interminable attente d'un successeur à Fred Perry, leur dernier vainqueur en Grand Chelem, en 1936. De cette lourde mission, l'Ecossais a eu du mal à supporter les servitudes. Longtemps il a battu ses plus grands rivaux dans les tournois mineurs, succombant en Grand Chelem contre les mêmes, paralysé par l'enjeu.
Né le 15 mai 1987, Murray a grandi à Dunblane, une petite ville d'Ecosse, dans une famille de sportifs. Sa mère Judy, ancienne joueuse de tennis, lui a fait faire ses premiers pas de joueur. Mais "sans jamais le forcer", selon son frère Jamie, joueur de double, titré aussi en Grand Chelem dans sa spécialité (Open d'Australie 2016). Adolescent, Murray a poursuivi sa formation à Barcelone.
Son enfance a été marquée par une terrible tragédie. En 1996, un forcené a abattu seize enfants et un professeur dans l'école primaire de Dunblane. Murray, âgé alors de huit ans, se trouvait dans l'établissement au moment du drame et en est resté traumatisé. Il n'évoquera publiquement le sujet qu'en 2013 dans un documentaire sur sa vie diffusé par la BBC. "On ne peut pas imaginer à quel point ce genre de choses est dur. Je suis content de faire quelque chose dont Dunblane puisse être fier", dira le champion, en maîtrisant difficilement son émotion.
Chez lui, Murray est depuis longtemps une idole qui compte parmi ses fans quelques Ecossais célèbres, comme Sean Connery et Alex Ferguson, souvent présents à ses matches. Ailleurs au contraire, le courant a longtemps eu du mal à passer.
Timide face à la presse, le visage toujours fermé, le jeune joueur a souvent distillé un discours sans fantaisie. Et lorsqu'il se risquait à l'humour, c'était la gaffe, comme en 2006 avant le Mondial de football, quand il avait lancé qu'il soutiendrait "tous les adversaires de l'Angleterre". "Nous haïssons Murray", avait alors attaqué un tabloïd, mettant en doute son patriotisme britannique. C'était pourtant bien avant qu'il ne se déclare en faveur de l'indépendance écossaise au référendum de 2014, dans un tweet qui fit encore couler beaucoup d'encre.
Mais tout est oublié depuis la victoire en Coupe Davis en novembre 2015, la première de la Grande-Bretagne depuis 1936, qu'il a gagnée presque à lui seul.
Avec l'âge et les succès, Murray s'est un peu déridé. Son émotion palpable à l'Open d'Australie à quelques semaines de l'arrivée de son premier enfant, mis au monde par son épouse Kim en février, a contribué à le rapprocher du public, comme les larmes qu'il avait versées sur le "Centre Court" de Wimbledon après sa défaite en finale face à Federer en 2012. Même s'il ne peut s'empêcher de continuer à éructer des propos parfois orduriers sur le court.
Son jeu, lui, n'a guère changé: coriace en défense, efficace en première balle et en retour, pénible à jouer, terriblement efficace, mais pas vraiment flamboyant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.