Coronavirus : 42 nouveaux cas, 7643 au total, jeudi 28 mai à 18h    La marocanité du Sahara, une «réalité appuyée par des preuves historiques solides»    Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat    Zaki élu meilleur gardien de l'histoire de l'Afrique    La Serie A ouvre ses portes à Mazraoui    Nabil Benabdallah: «le rôle de l'Etat est capital dans la gestion de la prochaine étape»    Le transport en relooke dans le Souss!     Des experts africains reconnaissants à SM le Roi    Coronavirus : que les roquets se taisent !    L'ennemi n° 1    Afghanistan: L'échange de prisonniers comme premier pas vers la paix?    HCP: Le Maroc se retrouve très proche de la zone de succès    «Nous vous aideront à affiner le protocole si cela est nécessaire»    Qu'en est-il pour le jour d'après?    «Un roman qui prend son temps, mais sans manquer de vitesse»    Coronavirus/masques : une unité industrielle à Chichaoua réoriente son activité    L'ONCF annonce un retour progressif à partir du 1er juin    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    La conjonction de tous les risques    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Reprendre, oui mais comment ?    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    L'engagement documentaire    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Procès à distance : 6.001 détenus bénéficiaires    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tarik El Malki et Nabil Adel, deux auteurs "Au-delà de tout clivage"
Publié dans Libération le 29 - 03 - 2017

img class="responsive" style="display:none" src="http://www.libe.ma/photo/art/grande/11481293-19181646.jpg?v=1490706082" alt="Tarik El Malki et Nabil Adel, deux auteurs "Au-delà de tout clivage"" title="Tarik El Malki et Nabil Adel, deux auteurs "Au-delà de tout clivage"" / img class="not-responsive" src="http://www.libe.ma/photo/art/default/11481293-19181646.jpg?v=1490706116" alt="Tarik El Malki et Nabil Adel, deux auteurs "Au-delà de tout clivage"" title="Tarik El Malki et Nabil Adel, deux auteurs "Au-delà de tout clivage"" width="708" /
Un débat franc, dense et sans concession entre deux visions du Maroc, deux modèles de réformes et de projets de société. Comme le souligne en introduction le livre dont ils sont les auteurs, «Au-delà de tout clivage», Tarik El Malki et Nabil Adel ont fait la démonstration, lors d'une rencontre tenue mardi 21 mars à la salle de la Bibliothèque nationale du Royaume à Rabat, que l'on peut dialoguer dans le respect tout en ayant des divergences.
Deux heures durant, le professeur-chercheur et directeur du développement, des relations internationales et de la recherche scientifique à l'ISCAE et le chef d'entreprise, consultant et chroniqueur au Matin ont offert à l'assistance une belle démonstration de ce qu'ils prônent dans leur ouvrage paru aux éditions Afrique Orient : la tolérance, l'humilité et le respect.
Des échanges sans concession, riches en enseignements et très instructifs autour d'une œuvre qui tente de tracer les contours du Maroc que les deux essayistes souhaitent pour les prochaines années.
Deux visions du Maroc qui se sont opposées sur bien de thématiques, comme on n'a pu le constater lors de cette soirée qui a donné lieu à un débat démocratique et passionnant où le public a, à maintes reprises, apporté son grain.
Sans nécessairement se convaincre mutuellement, on a pu constater aussi qu'en dépit des divergences, ces deux visions se recoupent à certains moments et se rejoignent quelquefois comme emportées par le désir de construire ensemble un Maroc pluriel, ouvert et tolérant qu'ils appellent de leurs vœux.
Cela dit, à les écouter défendre leurs visions du Maroc et les voir égrener des arguments pour soutenir la logique qui est la leur, on est rapidement tenté de se poser une question : comment ont-ils pu se mettre ensemble avec autant de divergences et parvenir à écrire à quatre mains un si magnifique ouvrage?
Pas besoin de chercher plus loin: la réponse à cette question se trouve dans l'amour que ces deux auteurs vouent à leur pays et dans ce souci récurrent que tout auteur engagé a de voir son pays émerger. Car, il s'agit avant tout dans ce livre de contribuer à élever le Royaume, à construire une société démocratique et juste et un Etat de droit. «Un Maroc ouvert sur son environnement, tolérant, ambitieux, où sa jeunesse trouve pleinement sa place. Un Maroc qui donne les mêmes chances à l'ensemble des citoyens qui sont égaux devant la loi quelles que soient leurs origines sociales», comme on peut le lire dans ce livre de 224 pages, structuré autour de cinq thématiques principales. A savoir : les relations internationales, les institutions et le système politique, l'enseignement et la formation, le modèle de société ainsi que la jeunesse que Tarik El Malki considère comme l'éternel parent pauvre des politiques publiques depuis un demi-siècle quand son collègue présente cette catégorie sociale comme des porte-étendards.
«Ce livre traite d'un certain nombre de problématiques qui me semblent très importantes pour l'avenir de notre société», a d'emblée lancé le modérateur avant de présenter les auteurs et de rappeler les points de divergences qui séparent leurs pensées.
Analysant cet essai, ce dernier a indiqué au niveau de la forme que le livre est bien écrit ; il se lit très facilement avec un style simple qui sied à ce genre d'exercice et présente des idées intéressantes. «Son point fort, c'est l'argumentaire développé par l'un et l'autre pour étayer leurs thèses respectives», a-t-il noté soulignant que «le langage employé dans le livre correspond au type de l'ouvrage et suit le but recherché».
Après avoir survolé les principaux enjeux abordés dans ce livre, il est revenu sur le modèle de croissance qui ne décolle pas ; les plans mis en place depuis près d'une décennie tardent à donner les résultats escomptés, prenant en exemple la dégradation du taux de croissance et de l'emploi. A propos de l'enjeu économique, il a précisé que « l'ouvrage n'a pas pour ambition de faire l'état des lieux de la situation économique du pays, mais de l'analyser sous un angle bien particulier, à savoir: la jeunesse », un sujet important pour la stabilité du pays.
C'est justement sur cette jeunesse que les hostilités seront plus acerbes avec en toile de fond, une thématique cruciale pour le Maroc : l'éducation et un peu plus en profondeur l'arabisation de l'enseignement. Deux points sur lesquels vont s'affronter les deux auteurs à coup d'arguments et de réfutations auxquels l'assistance se mêlera avec joie et enthousiasme.
Controverse que l'on retrouvera à un niveau moindre sur d'autres thématiques. Il est vrai que bien des choses différencient les deux auteurs. Pour s'en convaincre, ils ont présenté à l'assistance des analyses diamétralement opposées sur les thèmes de l'éducation, par exemple.
Félicitant les auteurs qui ont essayé d'esquisser les contours du Maroc de demain, le modérateur a déclaré que « nous ne pouvons que saluer les auteurs de cet ouvrage pour nous avoir donné l'occasion de discuter d'un certain nombre de problématiques spécifiques pour l'avenir de notre pays. Les auteurs citoyens engagés, comme ils se définissent eux-mêmes, s'impliquent dans le débat public à un moment où la scène politique, culturelle et sociale se caractérise, disent-ils, par une indigence due au vide sidéral au niveau de la réflexion », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.