Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Baisser les impôts et élargir l'assiette, un vrai casse-tête    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Fès à l'heure du 2ème Salon régional de l'économie sociale et solidaire    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    De Zemamra à Azemmour    Khalid Naciri au Forum de la MAP    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Après le fiasco d'Hanoi, Kim ravive les « liens historiques » avec Moscou    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





35 morts dans une attaque au "gaz toxique" en Syrie
Publié dans Libération le 05 - 04 - 2017

img class="responsive" style="display:none" src="http://www.libe.ma/photo/art/grande/11620325-19298185.jpg?v=1491306271" alt="35 morts dans une attaque au "gaz toxique" en Syrie" title="35 morts dans une attaque au "gaz toxique" en Syrie" / img class="not-responsive" src="http://www.libe.ma/photo/art/default/11620325-19298185.jpg?v=1491306277" alt="35 morts dans une attaque au "gaz toxique" en Syrie" title="35 morts dans une attaque au "gaz toxique" en Syrie" width="708" /
Au moins 35 personnes, dont neuf enfants, ont été tuées mardi dans une frappe aérienne qui a émis du "gaz toxique" dans une ville du nord-ouest de la Syrie tenue par les rebelles, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
L'OSDH a indiqué que les personnes étaient décédées en raison des effets du gaz, notamment par suffocation, à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb, mais elle n'était pas en mesure de donner la nature de ce gaz. Des dizaines d'autres personnes, en majorité des civils, souffrent de problèmes respiratoires et d'autres symptômes.
L'OSDH, basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'était pas en mesure non plus de dire si les raids étaient le fait d'avions de l'armée syrienne ou de ceux de la Russie, allié du régime. Elle dit habituellement être en mesure de déterminer à qui appartiennent les avions en fonction de leur type, leur localisation et leurs munitions.
L'OSDH a indiqué que des sources médicales dans la ville avaient fait état d'évanouissements, de vomissements et de présence de mousse dans la bouche des victimes.
Des photos de militants montrent les volontaires des Casques Blancs, les secouristes en zone rebelle, aider des blessés en les aspergeant d'eau avec des tuyaux d'arrosoir.La province d'Idleb est largement contrôlée par une alliance de rebelles et des jihadistes.
La province est régulièrement la cible de frappes du régime, et de l'aviation russe. Elle a également été touchée par des raids de la coalition antijihadistes dirigée par les Etats-Unis.Le gouvernement syrien dément utiliser des armes chimiques dans une guerre qui a déjà fait plus de 320.000 morts depuis mars 2011. Il a ratifié la Convention sur l'interdiction des armes chimiques en 2013.
Vendredi, Médecins sans frontières (MSF) avait affirmé qu'une bombe larguée d'un hélicoptère avait explosé le 25 mars à l'entrée d'un hôpital dans un secteur rebelle de la province de Hama, au sud de celle d'Idleb, tuant deux personnes.Selon MSF, citant du personnel soignant, des "armes chimiques" ont été utilisées car des problèmes respiratoires liés à ce type d'attaque ont été constatés chez des patients et le personnel soignant.
En octobre 2016, le Conseil de sécurité avait reçu un rapport confidentiel concluant que l'armée syrienne avait mené une attaque à l'arme chimique, sans doute du chlore, à Qmenas (province d'Idleb), le 16 mars 2015.
Dans un précédent rapport, la commission d'enquête, baptisée Joint InvestigativeMechanism (JIM), avait conclu que des hélicoptères militaires avaient répandu du gaz de chlore sur au moins deux localités de la province d'Idleb, à Talmenes le 21 avril 2014 et Sarmine le 16 mars 2015. Au total, sur les neuf attaques chimiques présumées étudiées par les experts, trois ont été attribuées au régime et une à l'EI, au gaz moutarde, à Marea, près d'Alep, le 21 août 2015.
L'Union européenne avait placé le 20 mars sur sa liste noire quatre nouveaux responsables militaires syriens, accusés d'avoir utilisé "des armes chimiques à l'encontre de la population civile" en 2014 et 2015, selon un communiqué. Début mars, l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a indiqué enquêter sur huit attaques présumées au gaz toxique commises en Syrie depuis le début de l'année.
En août 2013, le régime avait été accusé d'avoir utilisé du gaz sarin dans une attaque dans deux secteurs rebelles près de Damas qui avait fait 1.400 morts, selon Washington. En septembre, un accord russo-américain sur le démantèlement de l'arsenal chimique syrien avait écarté in extremis la menace de frappes américaines contre le régime.
L'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley a déclaré lundi que le président Bachar al-Assad était un "criminel de guerre", "une entrave à la paix pour longtemps" et la manière dont il traite les Syriens est "répugnante".
Au moment où les espoirs de paix restent faibles, Bruxelles accueille une conférence internationale sur l'avenir du pays mais certains acteurs clés du conflit, comme la Turquie ou la Russie, ne devraient pas y être représentés au plus haut niveau.
Cette conférence servira notamment à faire le point sur les promesses de dons faites par la communauté internationale en février 2016, alors qu'il s'agit de la pire crise humanitaire depuis la seconde Guerre mondiale selon l'ONU.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.