Un amical contre le Cameroun le 6 janvier en préparation du CHAN    Habitat: Une nouvelle approche pour combler le déficit    BM: prêt de 1,9 milliard de DH pour Casablanca    Quotas de réfugiés: polémique entre les institutions européennes    Statut d'Al-Qods: Un sommet du monde musulman à Istanbul    Disney rachète des actifs de 21st Century Fox    L'Atlantique, une opportunité pour le futur africain    Quel remède aux maux de l'Afrique?    Une communicante engagée    Le français Echo Mobiles s'installe au Maroc    Mise en place de commissions provinciales pour lutter contre la vague de froid    «Spend» à l'espace Kulte Gallery Editions    La casquette de Nabila    Un colloque franco marocain co-organisé par l'UMT et la CFDT sur l'avenir des relations sociales    Espagne : 114 migrants secourus en Méditerranée    L'agence Al Qods appelle les pays à honorer leurs engagements    Sener : Une rencontre sous le thème «Valorisation énergétique des déchets : défi de la prochaine décennie»    Education nationale : Les mesures du ministère pour la rentrée scolaire 2018-2019    Botola Maroc Telecom D1 : Le Raja renverse la vapeur face au DHJ    La Compagnie Marocaine des Œuvres et Objets d'Art organise une vente aux enchères    « L'Oriental marocain: Des siècles d'art culinaire juif », le nouveau livre sur la cuisine juive de l'Oriental marocain    ONSSA : 345 tonnes de produits alimentaires détruites en novembre    Casablanca abrite FUTUR.E.S in Africa    Projet de loi sur le CNDH : Les députés doivent accélérer la cadence    M. El Aaraj : Le ministère de l'Education s'est engagé dans une nouvelle approche pour la préparation de la rentrée scolaire    Climate Finance Day : Les acteurs s'engagent à accélérer le verdissement de la finance    C'est parti pour la Charte de Chicago sur le climat    Rabat, nouveau siège de l'Unité de coordination régionale de la lutte contre la désertification en Afrique    Un nouvel outil pour mesurer les risques climatiques    Dixième    9e session du Comité central du PPS    Somalie: Au moins 13 morts et 15 blessés un attentat-suicide contre une école de police    Réforme du système éducatif : Le projet de loi-cadre marquera un ‘'tournant décisif''    Le rapport annuel de l'UE favorable au Maroc    LES FAR DANS LA TOURMENTE:LA BASSESSE    La communauté humanitaire au Soudan du Sud a lancé mercredi un appel de 1,72 milliard de dollars pour fournir une assistance vitale à 6 millions de personnes.    METEO: JUSQU'À -5 DEGRES DANS CERTAINES REGIONS DU MAROC CE JEUDI    CASABLANCA: LES CHAUFFE-EAU À GAZ FONT DE NOUVELLES VICTIMES    GOUVERNEMENT: EL OTHMANI À LA RECHERCHE DU PROFIL IDEAL POUR LES AFFAIRES AFRICAINES    BIDODANE RENAIT DE SES CENDRES    DES DEMAIN ET JUSQU'AU 17,KENITRA ABRITERA LA 1° EDITION DU CHAMPIONNAT D'AFRIQUE DE MUAY-THAI    Zinedine Zidane loue la performance remarquable de Mbark Boussoufa    Patrimoine géologique et archéologique Protection Unesco: Mode d'emploi    Association Sportive de Salé enchaîne une troisième victoire de suite    Nadia Chellaoui au Faubourg Saint-Honoré    Headbang Lullaby, de Hicham Lasry, dans les salles    La Princesse Lalla Salma a présidé une cérémonie d'hommage à la mémoire de l'artiste Mohamed Amine Demnati    Peintre et Saltimbanque de Latifa Serghini    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le livre marocain mieux diffusé à l'international
Publié dans Libération le 03 - 05 - 2017

Les éditeurs marocains ont su au fil des ans se frayer une place en dehors des frontières, poussés par une politique du livre plus favorable. Cette percée est d'autant plus marquée que leur présence est régulière aux grands rendez-vous internationaux, doublée de leur capacité à se positionner en Europe et s'investir sur des marchés jusque-là peu explorés. En témoigne la forte participation cette année aux Salons du Caire et de Paris où le Maroc était l'invité d'honneur, sans oublier le déploiement notable des éditeurs marocains à Genève, plateforme européenne incontournable des professionnels de l'édition. "L'édition marocaine avance à grands pas grâce à une production de haute facture et de plus en plus pléthorique", a déclaré à la MAP Abdelkader Retnani, président de l'Association des éditeurs marocains.
Il a cité la remarquable participation du Royaume au Salon de Paris organisé en mars en présence d'une centaine d'auteurs francophones et arabophones, aux côtés de plus de 30 éditeurs, avec un stand représentatif de l'ensemble de la branche. Ce fut la première fois qu'un pays arabe et africain a été l'invité d'honneur du plus grand événement dédié au livre dans la capitale française. Au Salon de Genève qui s'est tenu du 26 au 30 avril, le stand marocain a donné à apprécier les nouveautés de quatre maisons d'édition, dont des livres destinés aux enfants et aux jeunes. Il s'agit, entre autres de la traduction en langue hassanie du célèbre ouvrage "Le Petit Prince" d'Antoine de Saint-Exupéry, une publication parmi les plus consultées. Pour Zineb Abderrazik, de la maison d'édition Marsam, l'industrie marocaine du livre a fait un pas en avant significatif ces dernières années et n'a absolument rien à envier aux titres édités à l'étranger.
Toutefois, déplore-t-elle, "le véritable problème se pose au niveau de la lecture et non pas dans le domaine de l'édition elle-même". De l'avis de cette habituée du rendez-vous culturel genevois, une attention toute particulière doit être accordée en direction du grand public de manière à "cultiver le rituel de la lecture pour qu'elle devienne quelque chose de constant". "Il est plus que jamais nécessaire de faire en sorte que le livre soit à la disposition de tout le monde, non seulement dans les librairies, mais aussi dans les Maisons de jeunes, même dans les contrées les plus reculées", a-t-elle dit. Dans la perspective de promouvoir la lecture, a-t-elle recommandé, les Maisons de jeunes sont appelées à assumer leur mission première comme fer de lance de l'animation culturelle, en ce sens que la lecture stimule, plus que l'école, l'ouverture d'esprit et l'enrichissement de l'imaginaire.
Mme Abderrazik estime qu'en l'état actuel des choses, le fait d'éditer devient un acte de militantisme, tout en relevant que le ministère de la Culture a fait des efforts en matière de soutien aux éditeurs. Le Salon de Genève, qui a fermé ses portes dimanche, a été marqué par une fréquentation record de 95.000 visiteurs venus arpenter les allées littéraires du prestigieux centre d'expositions Palexpo.
Sbai Abdelaziz, responsable du stand marocain à cette manifestation internationale, relève que les éditeurs nationaux ainsi que le ministère de la Culture misent sur la qualité des publications exposées afin de faire connaître bien des facettes de la culture et de l'histoire du Royaume. Cette orientation, a-t-il dit, se traduit par la présence constante du Maroc dans les grands événements mondiaux de l'édition, particulièrement en Europe, en Amérique latine et dans le monde arabe. Depuis le début des années 1980, l'édition marocaine a connu un saut qualitatif, que ce soit au niveau des titres proposés ou encore de la quantité et de l'esthétique, sous la supervision d'artistes et d'illustrateurs. Nombre de maisons d'édition ont pu en effet voir le jour sous la houlette d'intellectuels et d'universitaires.
Le livre marocain a gagné petit à petit des parts de marché, notamment dans la région arabe où la présence marocaine se fait de plus en plus importante, tant et si bien que des figures de la littérature arabe ont choisi d'éditer leurs ouvrages dans le Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.