Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Kenya suspendu à l'annonce des résultats de la présidentielle
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2017

Le Kenya retenait son souffle vendredi dans l'attente de la proclamation du vainqueur de l'élection présidentielle, les résultats provisoires donnant le sortant Uhuru Kenyatta largement favori face à son rival Raila Odinga, qui revendique la victoire.
Tout avait bien commencé mardi, jour du scrutin : les Kényans s'étaient déplacés aux urnes dans le calme et en masse, attestant d'une ferveur démocratique intacte à la faveur de ces élections générales. Mais le climat s'est rapidement détérioré à mesure que l'opposition a multiplié ses accusations de fraude.
Des violences sporadiques, qui ont fait quatre morts, ont ravivé dans le pays le spectre des scènes meurtrières qui avaient suivi l'élection présidentielle de 2007 (au moins 1.100 morts).
Jeudi, les différentes missions d'observations internationales se sont relayées en direct à la télévision pour apporter un soutien prononcé à la commission électorale (IEBC), appelant les Kényans à la patience et leurs leaders à la retenue, tout comme Londres et Washington.
Mais la coalition d'opposition Nasa a persévéré dans ses accusations de fraude, affirmant détenir la preuve, sur la foi de sources internes à l'IEBC, que Raila Odinga avait gagné, et enjoignant la commission de le "déclarer président dûment élu de la République du Kenya".
Dans sa réponse écrite au camp de Odinga, la commission a relevé des erreurs grossières de tabulations dans les documents censés accréditer sa victoire et provenant selon elle d'une base de données Microsoft, quand l'IEBC utilise Oracle.
Dans la soirée, Odinga, 72 ans, s'est dit "déçu" par les observateurs, dans un entretien à CNN. "Nous ne voulons voir aucune violence au Kenya. Nous savons les conséquences de ce qui s'est passé en 2008 et nous ne voulons pas voir cela se répéter". Mais "je ne contrôle personne. Les gens veulent la justice", a-t-il ajouté.
"Toute tentative de faire pression sur l'IEBC, comme celle que nous pouvons voir en ce moment, est irrégulière et dangereuse, car elle pourrait mettre le feu aux poudres alors que la situation est déjà tendue", a commenté vendredi matin le quotidien Daily Nation dans son éditorial, appelant, comme les observateurs internationaux, tout candidat ayant des griefs à saisir l'IEBC ou la justice.
Or, a noté le quotidien, "le processus (menant à la proclamation des résultats) n'est pas achevé, et il n'y a donc pas encore de résultats" pouvant être contestés de la sorte.
La déclaration de victoire par l'opposition a suscité jeudi des scènes de liesse à Kisumu (ouest) et dans plusieurs bidonvilles de Nairobi, des fiefs de l'opposition.
Mais les résultats provisoires de l'IEBC créditaient vendredi M. Kenyatta de 54,26% des voix contre 44,85% à M. Odinga, sur 99% des bureaux de vote dépouillés. Le nom du vainqueur ne sera toutefois annoncé qu'une fois les résultats complets compilés et authentifiés au niveau des 290 circonscriptions du pays, ce que l'IEBC espère avoir terminé d'ici vendredi midi.
Une éventuelle victoire de M. Kenyatta laisse craindre un vif sentiment d'amertume chez les partisans de l'opposition, et de possibles troubles. Mercredi, alors que M. Odinga dénonçait le piratage informatique de la base de données de l'IEBC, des échauffourées avaient éclaté dans les bastions de l'opposition, la police réprimant sans ménagement les manifestations.
Le comportement des quelque 150.000 membres des forces de sécurité déployés pour le scrutin sera crucial dans les jours à venir. Amnesty international, et M. Odinga jeudi, les ont appelés à ne pas faire un usage disproportionné de la force.
Les accusations de fraude ont exacerbé les passions déjà lestées d'un demi-siècle de rivalité dynastique entre les familles Kenyatta et Odinga. Le père de ce dernier, Jaramogi Oginga Odinga, fut brièvement vice-président, avant de perdre la lutte post-indépendance pour le pouvoir au profit du premier chef d'Etat Jomo Kenyatta, père d'Uhuru.
En outre, Odinga livre certainement sa dernière grande bataille politique, lui qui s'est présenté quatre fois à la présidentielle. En 2007, il avait rejeté la réélection de Mwai Kibaki, lors d'un scrutin entaché de nombreuses fraudes selon les observateurs. En 2013, il avait aussi contesté sa défaite et s'était tourné en vain vers la justice. Odinga, membre de la communauté luo de l'ouest du pays, s'est une nouvelle fois présenté comme le garant d'une répartition plus équitable des richesses de l'économie la plus dynamique d'Afrique de l'Est.
De son côté, le président Kenyatta, issu de l'élite économique Kikuyu, l'ethnie la plus nombreuse au Kenya, a mis en avant avec son co-listier William Ruto le développement économique du pays, avec notamment la nouvelle ligne ferroviaire entre Nairobi et Mombasa.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.