Une municipalité chinoise fait confiance à un jeune marocain    Les Africains se concertent à Marrakech contre les armes chimiques    Berlin et Paris veulent un budget commun pour la zone euro    Trump martèle que la criminalité augmente en Allemagne, conteste les chiffres officiels    Agression d'un élève contre un surveillant : la direction provinciale réagit    L'équipe saoudienne échappe à un crash d'avion    Wafasalaf se met aux couleurs du 11 national    L'ordre du jour de cette semaine    Office des changes : Aggravation du déficit commercial et baisse des IDE    Hydrocarbures : Les prix ont augmenté de 9,1% depuis 2016 selon le HCP    Burundi : L'économie otage de la crise politique    Maroc-Côte d'Ivoire : Le Souss et San Pedro renforcent leur coopération    Médicaments biosimilaires : ECL s'indigne contre la lenteur des remboursements    Taounate : Un malade mental tue sa mère et sa sœur    DigiWorld Summit Africa, une 1ère édition à Fès    Groupe ODM : De nouveaux actionnaires dans le tour de table    Union du Maghreb Arabe : L'UA y croit toujours!    Aéronautique : Un partenariat entre Airbus et la Côte d'Ivoire    Rhamna : 5 mis en cause arrêtés dans une affaire de meurtre    Alphadi : «Avec le Maroc, le cinéma africain peut aller très loin»    «Jawhara Talents» : Dépôt de candidatures jusqu'au 28 juin    A l'occasion de la Coupe du monde : Driss Roukhe réalise le clip «Tchiki»    Comment le sélectionneur coréen veut tromper ses adversaires    Maroc-Portugal: la dernière chance des Lions    YouTube défie Spotify et Deezer en Europe avec un nouvel abonnement musical    Trêve de flagellation!    L'addiction aux jeux vidéo reconnue comme une maladie    Travail dangereux: 162.000 enfants exposés    Au-delà de l'aspect financier, l'investissement doit également prendre en compte la rentabilité écologique    Smartphones: Samsung rafle le gros lot    Industrie du lait : la COMADER alerte sur la situation des petits éleveurs    BEZTAM-E: trois questions à Abdelmounaim Dinia, directeur général adjoint du GCAM    La Fondation Lalla Asmae pour enfants et jeunes sourds termine l'année scolaire en apothéose    Un théâtre qui doute    Mohamed Ziane, entre rejet et admiration    Youssef Amrani : La paix en Afrique viendra d'un vrai processus politique    Les grands de la planète foot ratent leur entrée!    Commerce: Escalade Chine-Etats-Unis après de nouvelles menaces de Trump    Record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde en 2017    Saisonnières à Huelva : Yatim convoqué au Parlement    Cour constitutionnelle : Ihrai répond à Bouâchrine    Le Parlement dément le voyage en Russie de députés aux frais de ses deux Chambres    Une nouvelle Décision pour garantir le pluralisme et la parité dans les médias    Comparaison n'est pas raison !    L'ONMT décoré à Paris    Oprah Winfrey va produire des programmes pour Apple    Les concerts seront gratuits : L'OPM fête la musique aux airs d'opéras    Le ministère de la Culture et la FICC se penchent sur les industries culturelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horst Koehler, nouvel envoyé personnel d'António Guterres pour le Sahara
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

L'ancien Président allemand Horst Köhler a été formellement nommé mercredi en tant qu'envoyé personnel pour le Sahara par le secrétaire général de l'ONU, António Guterres.
Il remplace l'Américain Christopher Ross, qui a terminé sa mission le 30 avril 2017 et apportera, selon le communiqué rendu public par l'ONU, plus de 35 ans d'expérience acquise au sein de son gouvernement et d'organisations internationales, notamment en tant que secrétaire d'Etat au sein du ministère fédéral allemand des Finances (1990-1993), président de l'Association de la Caisse des dépôts (1993), président de la RFA (2004-2010), directeur général du Fonds monétaire international (FMI) à Washington (2000-2004), président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres (1998-2000).
Lors de son passage au ministère des Finances, ce chrétien-démocrate au long cours, a mené, au nom du gouvernement allemand, les négociations sur l'accord qui allait devenir le Traité de Maastricht sur l'Union économique et monétaire européenne. Il a également participé activement au processus de l'unification allemande.
C'est le second diplomate originaire du continent européen, après le Hollandais Peter van Walsum, à occuper ce poste. Tous deux ont, comme par hasard, succédé à deux négociateurs américains, en l'occurrence James Baker et Christopher Ross qui s'étaient, tour à tour, départis de leur neutralité pour appuyer les thèses du gouvernement algérien.
Né le 22 février 1943, Horst Köhler est issu d'une famille paysanne modeste et nombreuse, originaire de Ryschkanowka, près de Glückstal, au nord Chişinău, actuellement capitale de la République de Moldavie.
Lors de l'arrivée de l'Armée rouge, sa famille Köhler s'est enfuie pour s'installer près de Leipzig, en zone soviétique, qui deviendra la République démocratique allemande (RDA). Elle y resta jusqu'à la collectivisation des fermes, et s'est enfui de nouveau pour s'installer en République fédérale d'Allemagne (RFA). Il a ainsi passé la majeure partie de sa vie en tant que réfugié.
Faisant partie de cette famille de politiciens allemands formés à la tradition de l'efficacité et de la discrétion, il en diffère néanmoins par ses déclarations et prises de position, inhabituellement tranchées et qui ont déclenché quelques controverses dans la presse et les médias. Ce manque de neutralité lui a été reproché nombre de fois. Notamment au moment où le chancelier Gerhard Schröder préparait l'organisation d'élections anticipées en 2005. De nombreux membres du SPD l'accusèrent ouvertement d'avoir laissé filtrer dans la presse des informations confidentielles.
En mai 2007, pour pouvoir juger de l'opportunité de gracier un condamné de la Fraction armée rouge, il s'est entretenu avec lui en privé, ce qui avait déclenché les foudres du parti conservateur bavarois CSU.
Dans son discours à la Nation de Noël 2007, il avait critiqué ouvertement l'introduction d'un salaire minimum dans le secteur postal.
Lors de la crise financière de l'année 2008, il avait dénoncé publiquement le marché financier comme étant devenu « un monstre qui doit être remis à sa place ».
En 2010, de retour d'Afghanistan, il avait estimé que la société « comprend la nécessité d'engagements militaires» pour protéger les intérêts économiques de l'Allemagne. Face aux critiques suscitées dans le pays, il avait été acculé de présenter sa démission pour apaiser les esprits et faire cesser les critiques à son endroit.
C'est donc un homme au parcours atypique, à la personnalité trempée et forte mais peu au fait des affaires maghrébines qui jouera désormais le rôle d'envoyé personnel d'Antonio Guterres qui, comme chacun le sait, connaît fort bien le dossier du Sahara. Cette complémentarité pourrait-elle permettre de faire oublier les errements de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et de Christopher Ross ? Seul le temps le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.