Beni Mellal Khénifra: Pour le développement de la médecine dentaire    Trump à l'ONU menace de "détruire totalement" la Corée du Nord    Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Divers Economie    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horst Koehler, nouvel envoyé personnel d'António Guterres pour le Sahara
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

L'ancien Président allemand Horst Köhler a été formellement nommé mercredi en tant qu'envoyé personnel pour le Sahara par le secrétaire général de l'ONU, António Guterres.
Il remplace l'Américain Christopher Ross, qui a terminé sa mission le 30 avril 2017 et apportera, selon le communiqué rendu public par l'ONU, plus de 35 ans d'expérience acquise au sein de son gouvernement et d'organisations internationales, notamment en tant que secrétaire d'Etat au sein du ministère fédéral allemand des Finances (1990-1993), président de l'Association de la Caisse des dépôts (1993), président de la RFA (2004-2010), directeur général du Fonds monétaire international (FMI) à Washington (2000-2004), président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres (1998-2000).
Lors de son passage au ministère des Finances, ce chrétien-démocrate au long cours, a mené, au nom du gouvernement allemand, les négociations sur l'accord qui allait devenir le Traité de Maastricht sur l'Union économique et monétaire européenne. Il a également participé activement au processus de l'unification allemande.
C'est le second diplomate originaire du continent européen, après le Hollandais Peter van Walsum, à occuper ce poste. Tous deux ont, comme par hasard, succédé à deux négociateurs américains, en l'occurrence James Baker et Christopher Ross qui s'étaient, tour à tour, départis de leur neutralité pour appuyer les thèses du gouvernement algérien.
Né le 22 février 1943, Horst Köhler est issu d'une famille paysanne modeste et nombreuse, originaire de Ryschkanowka, près de Glückstal, au nord Chişinău, actuellement capitale de la République de Moldavie.
Lors de l'arrivée de l'Armée rouge, sa famille Köhler s'est enfuie pour s'installer près de Leipzig, en zone soviétique, qui deviendra la République démocratique allemande (RDA). Elle y resta jusqu'à la collectivisation des fermes, et s'est enfui de nouveau pour s'installer en République fédérale d'Allemagne (RFA). Il a ainsi passé la majeure partie de sa vie en tant que réfugié.
Faisant partie de cette famille de politiciens allemands formés à la tradition de l'efficacité et de la discrétion, il en diffère néanmoins par ses déclarations et prises de position, inhabituellement tranchées et qui ont déclenché quelques controverses dans la presse et les médias. Ce manque de neutralité lui a été reproché nombre de fois. Notamment au moment où le chancelier Gerhard Schröder préparait l'organisation d'élections anticipées en 2005. De nombreux membres du SPD l'accusèrent ouvertement d'avoir laissé filtrer dans la presse des informations confidentielles.
En mai 2007, pour pouvoir juger de l'opportunité de gracier un condamné de la Fraction armée rouge, il s'est entretenu avec lui en privé, ce qui avait déclenché les foudres du parti conservateur bavarois CSU.
Dans son discours à la Nation de Noël 2007, il avait critiqué ouvertement l'introduction d'un salaire minimum dans le secteur postal.
Lors de la crise financière de l'année 2008, il avait dénoncé publiquement le marché financier comme étant devenu « un monstre qui doit être remis à sa place ».
En 2010, de retour d'Afghanistan, il avait estimé que la société « comprend la nécessité d'engagements militaires» pour protéger les intérêts économiques de l'Allemagne. Face aux critiques suscitées dans le pays, il avait été acculé de présenter sa démission pour apaiser les esprits et faire cesser les critiques à son endroit.
C'est donc un homme au parcours atypique, à la personnalité trempée et forte mais peu au fait des affaires maghrébines qui jouera désormais le rôle d'envoyé personnel d'Antonio Guterres qui, comme chacun le sait, connaît fort bien le dossier du Sahara. Cette complémentarité pourrait-elle permettre de faire oublier les errements de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et de Christopher Ross ? Seul le temps le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.