Mondial 2026 : le dossier du Maroc est fin prêt    Corruption : Une évolution en trompe-l'œil    Sept mille quatre-vingts secondes    Sous-traitance: Des pistes pour un travail décent    Brèves Internationales    Coaching territorial: L'expertise de l'Oriental dupliquée au Sénégal    Maroc-Espagne : Des hélicoptères pour transporter le haschich    Températures min et max prévues - Vendredi 23 Février 2018    Marrakech: Protéger l'histoire contre l'acharnement immobilier    Affaire Bencharki: le MAS va-t-il se tourner vers la FIFA    Brand content, une plus grande proximité entre annonceurs et consommateurs    Mondial 2026: Blatter soutient la candidature du Maroc    Sidi Ifni : Pour 60 DH, il tue son ami avec une clé à mollette    Armer des enseignants? Donald Trump persiste et signe    En kiosque n° 1245 : UN RÊVE MAROCAIN    Mounib: La gauche connait actuellement une crise d'existence    4ème édition du Marathon International de Rabat : 12.000 participants attendus    Dakhla, carrefour mondial de kitesurf    McDonald's Maroc et le Marrakech du Rire lancent «Masterclass du Rire»    La barbarie et les droits de l'homme    Syrie: Plus de 300 morts en trois jours à la Ghouta orientale    Maghreb Oxygène: Bénéfices en hausse de 34,9% à 12,6 millions de DH en 2017    L'OM à la conquête du monde arabe    Italie: Une campagne électorale à relent fasciste    Pacte mondial pour les migrations: le train est lancé    Assurance Maladie : Total Maroc et Saham Assurance s'allient pour les professionnels de la route    13è session plénière solennelle annuelle de l'Académie Hassan II des sciences et techniques    Vidéo : L'arbitre qui distribue les cartons rouges comme des petits pains !    Majorité !    Le français, «langue maternelle» en Afrique...    Le Maroc joue dans la cour des grands    Afrisanté et Officine Expo: la santé à l'honneur à Marrakech    Le secteur du BTP exposé à des entraves :    Coupe de la CAF : La renaissance de Berkane se qualifie au prochain tour    Enfance : Le Souverain appelle les grandes puissances à assumer leur responsabilité    Monténégro: L'ambassade des Etats-Unis à Podgorica attaquée à la grenade    Nouveau coup de filet du BCIJ à Tanger    CGI inaugure un nouveau centre d'excellence    Stabilité de l'indice des prix à la consommation, selon le HCP    CGEM : Comment faire cohabiter des cultures différentes au sein d'une entreprise ?    La princesse Lalla Meryem a présidé la cérémonie de clôture de la rencontre « Femme et enfant en situation de précarité »    Don de sang: un acte de civisme et de citoyenneté    Majorité : Mets de l'huile, Saad Eddine...    Grand-messe de la franchise en avril    Rencontre sur «Les nouvelles routes de la soie» à Fès    Joaquin Phoenix époustouflant en John Callahan !    Festival «Dakar-Gorée Jazz» : La RAM sponsor et transporteur officiel de la 4ème édition    « Mazagan, mémoires partagées », de Mustapha Jmahri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Horst Koehler, nouvel envoyé personnel d'António Guterres pour le Sahara
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

L'ancien Président allemand Horst Köhler a été formellement nommé mercredi en tant qu'envoyé personnel pour le Sahara par le secrétaire général de l'ONU, António Guterres.
Il remplace l'Américain Christopher Ross, qui a terminé sa mission le 30 avril 2017 et apportera, selon le communiqué rendu public par l'ONU, plus de 35 ans d'expérience acquise au sein de son gouvernement et d'organisations internationales, notamment en tant que secrétaire d'Etat au sein du ministère fédéral allemand des Finances (1990-1993), président de l'Association de la Caisse des dépôts (1993), président de la RFA (2004-2010), directeur général du Fonds monétaire international (FMI) à Washington (2000-2004), président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) à Londres (1998-2000).
Lors de son passage au ministère des Finances, ce chrétien-démocrate au long cours, a mené, au nom du gouvernement allemand, les négociations sur l'accord qui allait devenir le Traité de Maastricht sur l'Union économique et monétaire européenne. Il a également participé activement au processus de l'unification allemande.
C'est le second diplomate originaire du continent européen, après le Hollandais Peter van Walsum, à occuper ce poste. Tous deux ont, comme par hasard, succédé à deux négociateurs américains, en l'occurrence James Baker et Christopher Ross qui s'étaient, tour à tour, départis de leur neutralité pour appuyer les thèses du gouvernement algérien.
Né le 22 février 1943, Horst Köhler est issu d'une famille paysanne modeste et nombreuse, originaire de Ryschkanowka, près de Glückstal, au nord Chişinău, actuellement capitale de la République de Moldavie.
Lors de l'arrivée de l'Armée rouge, sa famille Köhler s'est enfuie pour s'installer près de Leipzig, en zone soviétique, qui deviendra la République démocratique allemande (RDA). Elle y resta jusqu'à la collectivisation des fermes, et s'est enfui de nouveau pour s'installer en République fédérale d'Allemagne (RFA). Il a ainsi passé la majeure partie de sa vie en tant que réfugié.
Faisant partie de cette famille de politiciens allemands formés à la tradition de l'efficacité et de la discrétion, il en diffère néanmoins par ses déclarations et prises de position, inhabituellement tranchées et qui ont déclenché quelques controverses dans la presse et les médias. Ce manque de neutralité lui a été reproché nombre de fois. Notamment au moment où le chancelier Gerhard Schröder préparait l'organisation d'élections anticipées en 2005. De nombreux membres du SPD l'accusèrent ouvertement d'avoir laissé filtrer dans la presse des informations confidentielles.
En mai 2007, pour pouvoir juger de l'opportunité de gracier un condamné de la Fraction armée rouge, il s'est entretenu avec lui en privé, ce qui avait déclenché les foudres du parti conservateur bavarois CSU.
Dans son discours à la Nation de Noël 2007, il avait critiqué ouvertement l'introduction d'un salaire minimum dans le secteur postal.
Lors de la crise financière de l'année 2008, il avait dénoncé publiquement le marché financier comme étant devenu « un monstre qui doit être remis à sa place ».
En 2010, de retour d'Afghanistan, il avait estimé que la société « comprend la nécessité d'engagements militaires» pour protéger les intérêts économiques de l'Allemagne. Face aux critiques suscitées dans le pays, il avait été acculé de présenter sa démission pour apaiser les esprits et faire cesser les critiques à son endroit.
C'est donc un homme au parcours atypique, à la personnalité trempée et forte mais peu au fait des affaires maghrébines qui jouera désormais le rôle d'envoyé personnel d'Antonio Guterres qui, comme chacun le sait, connaît fort bien le dossier du Sahara. Cette complémentarité pourrait-elle permettre de faire oublier les errements de l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et de Christopher Ross ? Seul le temps le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.