Casablanca : Plus de peur que de mal dans des affrontements entre jeunes marocains et des migrants subsahariens    Des tours-opérateurs canariens en visite à Laâyoune    L'esprit critique, fruit de l'éducation aux médias et à l'information, estime Mme Lamrini    Standard & Poor's dégrade la note de l'Afrique du Sud    MATU: 2 MILLIARDS DE DIRHAMS D'ACTIFS FINANCIERS EXTERNALISES    Affrontements entre des jeunes Casablancais et des migrants subsahariens    Londres: Réouverture des stations de métro Oxford Street et Bond Street    Trump ne veut pas faire « la cover » de Time Magazine    Brexit-UE: Possible accord en décembre    MESSAGE DE CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI AU PRESIDENT EGYPTIEN    Coupe du Monde des Clubs. Mbark Boussoufa rêve de jouer la finale contre le Real Madrid    Al Akhawayn obtient la prestigieuse accréditation NEASC    Affrontements entre jeunes et migrants près le la gare routière de Ouled Ziane    METEO. VOICI LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI AU MAROC    VIDEO. CASABLANCA: AFFRONTEMENTS ENTRE "RIVERAINS" ET SUBSAHARIENS À OULED ZIANE    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Divers    Message du Secrétaire général de l'ONU António Guterres    Pour une meilleure préservation de l'arganier    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ibrahim Ferrer Le Maroc est un creuset où se mélangent les différentes cultures et civilisations
Publié dans Libération le 19 - 08 - 2017


L'artiste était arrivé un jour au bord
d'un bateau au port de Casablanca mais il n'avait
pas eu l'occasion de connaître le peuple marocain,
chose qui le hanta jusqu'au jour de sa participation
au Festival de Timitar.
L'artiste cubain Ibrahim Ferrer Jr a affirmé que le Maroc, terre d'ouverture et du vivre-ensemble, est un creuset où se mélangent différentes cultures et civilisations.
"La position du Maroc, un pays enraciné en Afrique, proche de l'Europe, et qui se penche vers l'Amérique latine à travers l'Atlantique, en fait une destination incontournable pour plusieurs touristes venus du monde entier découvrir ce pays merveilleux", a confié Ferrer Jr à la MAP suite à sa participation à la dernière édition du festival Timitar à Agadir.
Pour Ibrahim Ferrer Jr, qui suit les traces de son père Ibrahim Ferrer, icône de la musique cubaine de "El Son", "le Maroc est un merveilleux pays dont la beauté est ancestrale", soulignant que lors de sa visite au Maroc, il avait une grande envie de connaître de près ce pays magnifique et son peuple accueillant.
L'artiste, qui a passé 19 années à parcourir les mers et océans du monde, était arrivé un jour au bord d'un bateau au port de Casablanca mais il n'avait pas eu l'occasion de connaître le peuple marocain, chose qui le hanta jusqu'au jour de sa participation au Festival de Timitar à Agadir. Il a également eu la possibilité de visiter plusieurs villes marocaines qui l'ont ébloui par leur beauté et l'ancestralité de leur architectures aussi diverses que riches.
"Je n'exagère pas si j'affirme que je ne trouve pas de mots pour décrire mon expérience au Maroc, l'accueil chaleureux, et le goût raffiné du peuple marocain dans différents domaines allant de la gastronomie jusqu'au thé à la menthe", a-t-il dit, affirmant qu'en tant qu'artiste cubain et latino-américain, il a trouvé au Maroc une source inépuisable d'inspiration et de raffinement.
Dans le regard de cet artiste, déjà primé à Buenos Aires en 2008 en remportant le Prix Carlos Gardel, le Royaume a choisi un modèle culturel, spirituel, socio-économique et politique spécifique, faisant du Maroc un pays unique de son genre.
De l'avis de Ferrer Jr, la culture dans sa conception large est la meilleure passerelle pour renforcer les liens humains entre les peuples marocain et cubain qui partagent beaucoup de dénominateurs communs, à leur tête l'héritage culturel africain et andalou.
Nommé d'après son père qui pressentait que son fils pouvait porter l'étendard de la musique cubaine, Ibrahim Junior s'est fait une place distinguée sur les scènes latino-américaines mais aussi européennes et d'ailleurs, grâce à une voix mélodieuse inimitable puisant ses origines dans les mélodies cubaines et africaines et les rythmes latinos comme "La Bachata" et "La Bossa nova" et jonglant entre différents styles de musiques qu'elle soit classique, folklorique ou moderne.
Amina, la mère d'Ibrahim rêvait de voir son fils jouer d'un instrument musical, alors son père lui a acheté un violon de l'Union soviétique, mais Ibrahim a rapidement délaissé l'instrument à cordes parce qu'il aimait chanter à l'école.
Ibrahim était entré dans une académie militaire pour se spécialiser en ingénierie mécanique et en aviation avant de changer le cap vers l'ingénierie maritime, ce qui lui a permis de voguer en mer et de se déplacer d'un port à l'autre, jusqu'au jour où son bateau s'arrêta à Rosario, à 300 kilomètres de Buenos Aires.
Il décida alors de délaisser la mer et de suivre les pas de son père Ibrahim Ferrer dans l'océan de la musique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.