Casablanca : Plus de peur que de mal dans des affrontements entre jeunes marocains et des migrants subsahariens    Des tours-opérateurs canariens en visite à Laâyoune    L'esprit critique, fruit de l'éducation aux médias et à l'information, estime Mme Lamrini    Standard & Poor's dégrade la note de l'Afrique du Sud    MATU: 2 MILLIARDS DE DIRHAMS D'ACTIFS FINANCIERS EXTERNALISES    Affrontements entre des jeunes Casablancais et des migrants subsahariens    Londres: Réouverture des stations de métro Oxford Street et Bond Street    Trump ne veut pas faire « la cover » de Time Magazine    Brexit-UE: Possible accord en décembre    MESSAGE DE CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI AU PRESIDENT EGYPTIEN    Coupe du Monde des Clubs. Mbark Boussoufa rêve de jouer la finale contre le Real Madrid    Al Akhawayn obtient la prestigieuse accréditation NEASC    Affrontements entre jeunes et migrants près le la gare routière de Ouled Ziane    METEO. VOICI LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI AU MAROC    VIDEO. CASABLANCA: AFFRONTEMENTS ENTRE "RIVERAINS" ET SUBSAHARIENS À OULED ZIANE    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Divers    Message du Secrétaire général de l'ONU António Guterres    Pour une meilleure préservation de l'arganier    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La présomption d'innocence bafouée par des médias marocains
Publié dans Libération le 19 - 08 - 2017

Lorsqu'une personne est mise en accusation par l'appareil judicaire, elle doit être traitée et considérée comme innocente jusqu'à jugement définitif statuant sur sa culpabilité ou sur son innocence. De ce fait, le juge reste le principal garant des droits de l'accusé dans l'attente d'un jugement final ayant acquis l'autorité de la chose jugée. Ceci dit, l'accusé ne doit pas être traité comme une personne coupable ou condamnée afin de ne pas porter atteinte à son honneur, à sa dignité et à son droit à un procès équitable.
La présomption d'innocence et le droit à un procès équitable ont été clairement reconnus par la législation marocaine à commencer par la constitution de 2011 qui, dans son article 23, stipule que « la présomption d'innocence et le droit à un procès équitable sont garantis». Des principes confirmés par l'article préliminaire du code de procédure pénale qui précise que «tout accusé ou prévenu est présumé innocent jusqu'à ce que sa culpabilité ait été légalement établie par une décision ayant acquis la force de la chose jugée, au cours d'un procès équitable où toutes les garanties juridiques lui auront été assurées. Le doute s'interprète au profit de l'inculpé ».
Un principe consolidé et renforcé par plusieurs mesures pratiques, notamment l'interdiction de prendre des photographies du détenu menotté ou de publier sa photographie, son nom ou tout signe l'identifiant sans son accord préalable. Cette dernière disposition interpelle clairement la responsabilité des médias dans le respect de la présomption de l'innocence ainsi que la contribution à la garantie d'un procès équitable.
L'accusé demeure donc innocent tant que sa condamnation n'est pas établie par l'appareil judiciaire auquel incombe, exclusivement, de prouver la culpabilité de l'accusé.
Malheureusement, nous assistons régulièrement sur certains médias marocains à un vrai massacre de ce principe ainsi qu'au droit des accusés à des procès équitables. L'identité de l'accusé est dévoilée dans ses moindres détails, ses photos ainsi que celles même de ses proches sont publiées, et les pré-condamnations vont bon train au vu et au su de l'appareil judiciaire.
« Tout accusé demeure innocent jusqu'à preuve du contraire par l'appareil judicaire. Les médias n'ont en aucun cas le droit de se livrer à des analyses, des commentaires ou des interprétations pouvant aboutir à des conclusions anticipées qui pré-condamnent l'accusé » nous a affirmé Noureddine Cherckaoui membre du barreau de Safi.
La valse des bavures médiatiques commises à l'encontre des accusés dans des affaires pénales remet en question l'effet réprimant de l'amende allant de 5000 à 50.000 dirhams prévue par l'article 303 du code de procédure pénale. Certains médias ne se contentent plus de l'anticipation des procès, pire encore : ils portent délibérément atteinte à la vie privée des détenus au-delà des portes clouées des centres pénitentiaires.
Les exemples illustrant ces violations de la déontologie du métier de la presse ne manquent pas, mais nous nous contenterons à cet effet de citer deux cas flagrants d'actualité.
1-Affaire de la mineure d'Essaouira : Une fois l'affaire d'abus sexuel d'une mineure à Essaouira déclenchée en 2016, certains médias se sont adonnés à une course effrénée pour dévoiler au maximum les identités des accusés tout en adaptant les faits et les profils à même de favoriser la culpabilité des mis en cause.
2- Affaire « Merdasse » : L'affaire de l'assassinat du parlementaire Merdasse a confirmé cette tendance qui prime le sensationnel sur le professionnel. Certains médias sont allés trop loin en publiant dans moindres détails le quotidien d'une accusée dans sa cellule, entre autres.
Certes, la poursuite judiciaire dans pareilles violations ne peut être engagée que par l'intéressé, mais il incombe comme même à l'appareil judiciaire de veiller à la confidentialité des enquêtes. Par ailleurs, le conseil national de la presse créé conformément à la loi 90.13, et dont la mise en place est prévue avant fin 2017, est chargé de statuer sur les mesures disciplinaires relatives aux entreprises de presse et aux journalistes professionnels ayant failli à leurs devoirs professionnels ainsi qu'à la déontologie du journalisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.