Buzzichelli Maroc : les raisons de la faillite    Incendie : Atlanta Assurance s'explique    Sheraton Casablanca hotel dit « Merci » à ses clients    2ème opération de régularisation : 82% des dossiers devraient être traités selon Yazami    (Vidéo) Elimination de la violence à l'encontre des femmes : Il reste encore beaucoup à faire selon Guterres    Lalla Salma a remis des prix à deux pionniers de lutte contre le cancer    Tanger Med : Saisie de 25 kg de stupéfiants    Casablanca-Settat : près de 1300 demandes de subvention de projets soumis    Mort du général El Kadiri, figure amblématique des FAR    C'est parti pour Visa for Music    La première édition du Festival national de la chanson à Kénitra    Tirage CDM 2018: Et si on considérait le classement de Novembre ?    Hicham Amrani nommé coordinateur entre la FRMF et la FIFA    6ème Semaine internationale de l'éducation et de l'information: L'éducation aux médias passe par les compétences    Football : Le Maroc gagne 8 places au classement FIFA    52% des migrants dans la zone de Rabat-Casa-Salé souhaitent vivre au Maroc    L'écosystème Bombardier sur de bons rails    Bitcoin: Le rappel à l'ordre de BAM et de Boussaid    Morocco Adventure Film Festival : Le festival qui aimait la nature    Emmanuel Macron à une Marocaine : « il faut retourner dans votre pays »    Le Décathlon débarque à Agadir    Boulaalam    La Galerie H expose les « Inspirations Africaines » de cinq designers    Ouezzane : Un projet pour 5.000 petits agriculteurs    Sahara : Le Conseil de sécurité salue « une nouvelle dynamique pour faire avancer le processus politique »    Conflit des Balkans : La fin de l'impunité en héritage    Un mineur agresse son professeure à l'arme blanche à Casablanca    Diplomatie, Macron remet la France au centre    Trump nomme un industriel de l'automobile ambassadeur au Maroc    Eredivisie: deux Marocains dans l'équipe-type de la 12e journée    CONSOMMATION: RECUL DE 0,1% DE L'INDICE DES PRIX EN OCTOBRE    Zone A, Zone C : la schizophrénie infligée aux Palestiniens    Mustapha Hadji, le porte bonheur des Lions de l'Atlas ! Spécial    Tanger/Bni Makada: Un 2e centre pour la Fondation Ali Zaoua    Mohamed Ben Abdelkader : Il ne faut pas réduire l'excellence administrative à son aspect de gestion en omettant la question de la moralisation    La version actualisée du Plan national en matière de démocratie et de droits de l'Homme serait fin prête    Emmerson Mnangagwa sera investi président vendredi au Zimbabwe    Le Premier ministre libanais Saad Hariri suspend sa démission    Les chimpanzés capables d'évaluer un danger et d'en avertir leurs congénères    Divers    Ligue des champions : Le Real s'amuse, Dortmund sort la tête basse    Suspension à vie pour 3 ex-responsables de la Fifa    Mondial 2018: 2,4 millions de dollars de prime pour les joueurs nigérians    News    L'analphabétisme touche plus les filles que les garçons    Les meilleurs films de tous les temps    La Lune de Jupiter : Un thriller fantastique sur les migrants    Le Maroc prend part au Festival international du film du Caire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une étape-reine de 65 kilomètres au Tour de France 2018
Publié dans Libération le 19 - 10 - 2017

Le Tour de France 2018 aura pour sommet et étape-reine un parcours de 65 kilomètres dans les Pyrénées avec pour finir l'ascension inédite du col de Portet, un nouveau "géant" de l'avis du directeur de l'épreuve Christian Prudhomme.
Cette 105e édition de la Grande Boucle, qui s'élancera le 7 juillet de Noirmoutier-en-l'Ile en Vendée, sera longue de 3329 kilomètres. Elle comportera 6 étapes de montagne et 8 de plaine, dont une à l'avance redoutée par tous les grimpeurs sur les pavés de Paris-Roubaix.
Comme en 2015, lorsque le Tour était parti d'Utrecht (Pays-Bas), la première partie longue de neuf étapes se déroulera dans la plaine, à l'ouest de l'axe sud-ouest/nord-est de l'Hexagone. Avec, pour pimenter la course, plusieurs pièges, notamment le contre-la-montre par équipes du troisième jour à Cholet et deux étapes accidentées pour rejoindre Quimper puis Mûr-de-Bretagne. "On verra qu'en Bretagne, ce n'est pas plat", a commenté Warren Barguil, le Breton meilleur grimpeur du Tour 2017.
L'obstacle principal est situé toutefois en fin de première semaine, le 15 juillet, jour de la finale de la Coupe du monde de football. Les organisateurs ont prévu une forte dose de pavés (21,7 km) -- un record depuis le début des années 1980 -- sur des secteurs redoutables. Pour les grimpeurs, souvent des poids légers, le danger culminera dans cette 9e étape qui se conclura à Roubaix.
"J'aime les pavés", a commenté le vainqueur sortant, le Britannique Chris Froome. "Quand on passe sur les pavés, j'ai du plaisir. Mais il y a toujours un risque, avec les problèmes techniques".
La première semaine sera suivie de trois journées dans les Alpes. La première rend hommage au maquis de la Résistance, en montant pour la première fois au Plateau des Glières, avant de rejoindre le Grand-Bornand. La deuxième, très concentrée, emprunte des cols parallèles et méconnus (Bisanne, Pré, Montvalezan) pour arriver à La Rosière, la première des trois arrivées au sommet de l'épreuve.
L'Alpe d'Huez, enfin, attend les rescapés au bout d'une trilogie classique de taille XXL, après la Madeleine et la Croix-de-Fer. La descente vers la vallée du Rhône (Valence) et la traversée du sud du Massif Central (Mende, Carcassonne) qui suivent s'adressent davantage aux baroudeurs avant la troisième semaine, décisive dans les Pyrénées.
Soixante-cinq kilomètres, quasiment en intégralité, dans les Hautes-Pyrénées. Au-delà de la formule-choc, "format dynamique pour étape dynamite" selon le directeur du Tour, le parcours du 25 juillet réunit tous les ingrédients d'une étape-reine: la concentration des difficultés (Peyragudes puis Azet pour commencer) et l'altitude (2215 m) du grand col à découvrir en conclusion.
"Les leaders d'équipes seront rapidement confrontés les uns aux autres. Cela va rendre la course encore plus excitante", s'est félicité Romain Bardet, présent sur le podium ces deux dernières années.
"Le Portet est un géant, un Tourmalet bis", s'est enthousiasmé le directeur du Tour en présentant la montée de 16 kilomètres à plus de 8 pour cent de pente, au-dessus de Saint-Lary-Soulan, dans un stade naturel impressionnant. Soit une ascension plus longue, plus raide et plus haute que l'Alpe d'Huez !
Deux jours plus tard, la dernière étape de montagne reprendra un parcours plus traditionnel, avec les classiques Tourmalet et Aubisque, avant l'arrivée jugée au bas de la descente de ce dernier col à Laruns.
La tendance récente à la réduction des contre-la-montre se confirme. Cette fois, les rouleurs n'auront que 31 kilomètres de "chrono" individuel, sur un parcours accidenté dans les collines du Pays basque où le Tour revient pour la première fois depuis 2006. La distance est légèrement moindre par rapport à l'année passée (36,5 km en deux fois) même si le record de 2015 (à peine 13,8 km) n'est pas battu.
L'exercice pèsera toutefois sur l'ensemble de la course. Dès le troisième jour, un contre-la-montre par équipes aura été proposé sur une boucle tracée autour de Cholet. Pour Froome mais aussi pour le Néerlandais Tom Dumoulin, son probable challenger en juillet prochain, chaque seconde comptera. Un duel ? "Il faut voir s'il vient", a tempéré par avance le Britannique, candidat à un cinquième succès qui lui permettrait d'égaler le record des victoires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.