Fès se penche sur les finances publiques    Dans le Haut Atlas, la population piégée par une sécheresse inquiétante    Compétitivité fiscale: Le Maroc gagne encore des places    Trois Casques bleus et un soldat tués au Mali    Agadir/Congrès international de l'arganier: Cap sur la recherche scientifique    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Divers    Pour une meilleure préservation de l'arganier    L'insoutenable calvaire de la femme marocaine    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Botola Maroc Telecom : Le fauteuil de leader en jeu    2ème phase de la régularisation des migrants : Plus de 25.000 demandes recensées    Pistorius écope de 13 ans ferme    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Tanger Med: Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et de 10 kg d'héroïne à bord d'un autocar venant de Belgique    L'OCP met en service sa nouvelle usine d'engrais    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Un sit-in devant l'ambassade de la Libye à Rabat pour dénoncer la traite des êtres humains    AGRESSIONS DES ENSEIGNANTS: QUAND LA SALLE DE COURS DEVIENT UN RING!    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    NEUF CLANDESTINS MAROCAINS SAUVES AU LARGE DE LA TUNISIE    Theresa May à Bruxelles, le coût financier du Brexit en vedette    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Allemagne: Tout, sauf des élections !!!    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trapero, chef de la police catalane, héros, martyr ou traître à la nation ?
Publié dans Libération le 19 - 10 - 2017

"Héros" et "martyr" de l'indépendance de la Catalogne ou "traître" à la nation ? Le chef de la police catalane, qui devait être entendu lundi par la justice espagnole, est devenu le symbole d'une Espagne qui se déchire.
Pour la deuxième fois en dix jours, Josep-Lluis Trapero devait comparaître lundi devant un juge d'instruction de l'Audience nationale de Madrid, un tribunal notamment en charge des affaires de sécurité nationale, où il est poursuivi pour "sédition", un crime passible de quinze ans de prison.
Ce jeune quinquagénaire aux 27 années d'états de service sans faille n'était qu'un parfait inconnu pour la plupart des Catalans il y a encore quelques mois.
Ce n'est que l'été dernier que Trapero, promu en avril major des Mossos d'Esquadra, la police catalane, a connu la notoriété lorsqu'il a dirigé l'enquête sur les attentats jihadistes qui ont fait 16 morts en Catalogne les 17 et 18 août.
Jusque-là, son fait d'armes le plus spectaculaire -dans la catégorie people- était une vidéo apparue en 2016 sur les réseaux sociaux dans laquelle on le voyait chanter et jouer de la guitare, en chemise à fleurs et chapeau de paille, en compagnie du président séparatiste catalan Carles Puigdemont.
Après les attentats en Catalogne, son visage a fait la Une de la presse internationale qui découvrait cet homme informant avec calme et précision, en espagnol et en catalan. En cinq jours, le principal suspect était localisé et abattu.
Soudain, ce fils de chauffeur de taxi, qui a grandi dans la périphérie de Barcelone, est devenu un héros pour la population qui a couvert de fleurs les voitures de police. On a même vendu des t-shirts à son effigie avec cette réponse culte lancée à un journaliste néerlandais qui se plaignait de ne pas comprendre ses déclarations en catalan: "Bon, très bien, adieu."
Mais aujourd'hui, le policier ne fait plus l'unanimité, même en Catalogne où la population est profondément divisée sur la question de l'indépendance.
On lui reproche son refus à se conformer aux injonctions de la justice pour empêcher la tenue du référendum d'autodétermination du 1er octobre, organisé par le gouvernement régional dont dépendent les Mossos d'Esquadra.
Le major Trapero, un diplômé de droit, a refusé de travailler sous la coordination d'un haut fonctionnaire du gouvernement espagnol, évitant de participer personnellement aux réunions, et a ordonné à ses agents de ne pas utiliser la force pour fermer les bureaux de vote utilisés pendant le référendum.
En fin de compte, ce sont la police nationale et les gardes civils, placés sous l'autorité du gouvernement central, qui sont intervenus ce jour-là, parfois avec violence, et les images ont fait le tour du monde.
La Garde civile, dans un document daté du 5 octobre préparé pour le juge, affirme que la police catalane a eu une attitude "totalement contraire aux ordres reçus". De plus, elle accuse le major Trapero d'avoir travaillé en "étroite coordination avec les membres du comité stratégique" qui supervisait le référendum, dont M. Puigdemont.
Les Mossos se défendent en affirmant qu'ils ont empêché le vote dans 446 bureaux et qu'une intervention plus musclée aurait causé plus de mal que de bien.
"Je suis convaincu que cela a été fait comme il faut", dit un policier catalan qui souhaite garder l'anonymat. "Mais tout le monde ne pense pas la même chose, il y a des divisions, des gens en faveur et des gens contre l'indépendance", ajoute-t-il.
Cette division est également visible pendant les manifestations de rue. "Ceci est notre police", chantent les partisans de l'indépendance en honneur aux Mossos d'Esquadra, alors qu'en face, chez les défenseurs de l'union espagnole, fusent des slogans comme: "Où étais-tu le 1er octobre?" ou "Trapero traître ".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.