Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taragalte rend hommage à Lalla Badi
Publié dans Libération le 20 - 10 - 2017

Un grand moment que celui prévu lors de la prochaine édition du Festival international de «Taragalte» qui aura lieu du 27 au 29 octobre courant à Mhamid El Ghizlane (province de Zagora). Les organisateurs ont pensé rendre hommage à la «mère spirituelle» des touaregs: l'artiste Lalla Badi.
C'est donc d'un vibrant hommage à la femme touareg en général et à cette figure emblématique de la musique touareg en particulier, qu'il s'agit. Outre les échanges et rencontres qu'elle aura avec les femmes de l'oasis de Mhamid El Ghizlane, au sein de leurs coopératives et associations, Lalla Badi compte aussi se produire sur la scène principale du Taragalte, en signe de transmission du patrimoine musical touareg aux générations futures.
«Notre mission à travers le Taragalte est de valoriser le patrimoine traditionnel musical marocain et du monde, mais aussi d'établir les liens d'amitié et d'amour avec les peuples du monde. L'artiste Lalla Badi reste une icône du Mali et plus particulièrement de la culture touareg», déclare Halim Sbai, cofondateur du Taragalte.
Chanteuse de Tindi, musique originale mariant à la fois les airs du blues et les sonorités africaines, Lalla Badi ou simplement «Lalla» comme aiment l'appeler les Touaregs, diffuse et chante dès le début des années 60 sa poésie targuie qu'elle n'a cessé depuis son jeune âge de recueillir auprès de sa mère et de ses proches.
Symbole d'un répertoire musical et poétique riche, celle qui est considérée aujourd'hui comme la doyenne du Tindi, et «mère spirituelle de toute une communauté », créa en 1990, l'Association "Issakta" (Souvenirs) pour préserver et perpétuer le patrimoine dont elle est devenue l'une des principales dépositaires.
Cette légende vivante du Tindi est très respectée par les Touaregs même au-delà du Hoggar et joue un rôle social très important auprès des jeunes et des plus démunis. Son dernier passage artistique sur une scène parisienne avec les célèbres «Tinarewens» témoigne du respect dont elle jouit au Mali et ailleurs.
L'attribution aux icônes 1«Tinarewens» du Grammy Award du meilleur album de musique du monde en 2011 pour «Tassili», était aussi une occasion pour l'éclosion de nouvelles jeunes formations musicales qui ont évolué et évoluent encore autour de Lalla Badi.
Celle qui, en 2017, a produit son premier album éponyme, est l'ambassadrice de cette musique traditionnelle touareg et a été reçue par de grandes personnalités du monde.
Il est à noter que le festival soufflera cette année sa huitième bougie dans la belle oasis de Mhamid El Ghizlane, sous un signe combien révélateur mais aussi bien important que novateur :«Afrik Elles». Ce festival qui a lieu entre oasis et dunes, célèbre, selon un communiqué des organisateurs, "l'héritage nomade et la musique du monde sous les étoiles", et consacre par la même occasion la 4ème édition de la caravane, "Pour la promotion de la paix et de la tolérance au Sahara et au Sahel".
Rendez-vous culturel et artistique incontournable pour les passionnés de la vie nomade et du désert, Taragalte promet, comme à l'accoutumée, une programmation riche et variée, mariant des spectacles musicaux, des ateliers de formation, ainsi que des présentations du savoir-vivre et mode de vie nomade et des conférences...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.