Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le régime Assad tenu pour responsable d'une attaque au gaz sarin
Publié dans Libération le 28 - 10 - 2017

L'ONU a accusé clairement jeudi le régime de Damas d'être responsable d'une attaque au gaz sarin qui a tué plus de 80 personnes en Syrie en avril, Washington affirmant de son côté que le régime de Damas n'avait "pas d'avenir".
"Nous ne pensons pas qu'il y ait un avenir pour le régime Assad et la famille Assad", a déclaré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, peu avant le rapport de l'ONU mettant en cause le pouvoir syrien.
"Je pense l'avoir dit à plusieurs occasions. Le règne de la famille Assad arrive à sa fin, la seule question qui reste est de savoir comment cela sera provoqué", a-t-il poursuivi devant des journalistes à Genève où il a rencontré l'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura. Un message qui avait rarement été aussi clair.
Ces propos et, quelques heures après, le rapport très attendu des experts de l'ONU et de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) ont éclipsé l'annonce dans la journée d'un nouveau cycle de pourparlers.
L'attaque au gaz sarin du 4 avril à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb (nord de la Syrie), alors contrôlée par des rebelles et des jihadistes, a fait 83 morts selon l'ONU, au moins 87 dont plus de 30 enfants selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Après l'attaque, les Etats-Unis avaient lancé leur première action militaire contre le régime en six ans de guerre, tirant 59 missiles de croisière Tomahawk depuis deux navires américains en Méditerranée vers la base aérienne syrienne d'Al-Chaayrate (centre) dans la nuit du 6 au 7 avril.
Le rapport a conclu, comme l'affirmaient notamment Washington, Londres et Paris, que le régime de Damas est bien responsable de l'attaque. Les éléments rassemblés vont dans le sens du "scenario le plus probable" selon lequel "le gaz sarin a été le résultat d'une bombe larguée par un avion", affirme le rapport, "certain que le responsable de cette attaque sur Khan Cheikhoun est le régime syrien".
"Le Conseil de sécurité doit envoyer un message clair: aucun usage d'arme chimique ne sera toléré et il faut apporter un soutien total aux enquêteurs indépendants", a réagi de son côté l'ambassadrice des Etats-Unis aux Nations unies, Nikki Haley.
"Tout pays qui se refuse à le faire ne vaut pas mieux que les dictateurs et les terroristes qui utilisent ces armes terribles", a-t-elle ajouté.
Le rapport a délivré une "conclusion claire", a abondé le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, qui a exhorté "la communauté internationale à s'unir pour tenir le régime de Bachar al-Assad responsable" de cette attaque.
"J'appelle la Russie à cesser de couvrir son abject allié et tenir son propre engagement, qui est de s'assurer que les armes chimiques ne soient plus jamais utilisées", a-t-il réclamé.
Les images des habitants agonisants de Khan Cheikhoun, dont de nombreux enfants, avaient frappé la communauté internationale. Le président américain Donald Trump avait notamment qualifié de "boucher" son homologue syrien.
Mais les propos de son secrétaire d'Etat jeudi, dont la fermeté tranchait avec les précédentes prises de position de Washington, ont fait grincer des dents dans le rang des alliés de Bachar al-Assad.
"Nous ne devrions pas anticiper l'avenir, le futur seul sait ce qui attend chacun", a ainsi répondu l'ambassadeur russe aux Nations unies, Vasily Nebenzia.
L'émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait indiqué plus tôt dans la journée qu'un nouveau cycle de pourparlers sur la Syrie se tiendrait à partir du 28 novembre à Genève, sous l'égide de l'ONU.
Par ailleurs, Human Rights Watch (HRW) a réclamé vendredi des sanctions contre les responsables d'attaques chimiques en Syrie, au lendemain d'un rapport de l'ONU concluant à la responsabilité du régime syrien dans l'attaque au gaz sarin sur la localité de Khan Cheikhoun.
"Le Conseil de sécurité devrait agir rapidement pour assurer que des comptes soient rendus, en imposant des sanctions contre les individus et entités responsables d'attaques chimiques en Syrie", indique dans un communiqué HRW, ONG internationale basée à New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.