Encadrement de l'opération Aïd Al Adha : L'ONSSA assure    Kofi Annan décède à 80 ans    46% des Français favorables à l'accueil de migrants par la France    Les pays membres de l'UNAF seront consultés en vue d'une co-organisation    TOP 500 des meilleures universités, le Maroc toujours absent !    BMCE Bank lance une vaste campagne de recrutement...    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Fermeture d'Al-Aqsa : La Palestine met en garde Israël    Inwi passe à la 4,5G et réalise un record de vitesse à plus de 1 Gigabit par seconde    Facebook supprime un post jugé «haineux»...que Twitter a préféré garder    Salé : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Dernière minute: Black Coffee & Virgil Abloh a l'Oasis Festival    Aid Al Adha, les conseils de LG pour bien conserver la viande    Hamza Mendyl file à Schalke 04    Le ministère de la Culture veille à la mise en œuvre des dispositions de la loi relative à la presse et à l'édition    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    Le cadrage royal    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Casa Tramway : une offre de service adaptée pour Aïd Al Adha    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    Edito : Jeunesse d'esprit    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Aïd Al Adha: ADM identifie trois pics de circulation    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Khiame : «Le Maroc doit accéder aux bases de données de l'Europol»    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    Dakhla : Coup d'envoi de la 4è édition du Dakhla Downwind Challenge    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla
Publié dans Libération le 22 - 11 - 2017

Sublime ! Dans sa deuxième édition, le Festival Idurar de Tahla a vécu cette fin de semaine une clôture en apothéose. Le jeune prodigue de la chanson moderne Yassin Jebli et l'artiste engagé Abdelfettah Ngadi ont ensorcelé les foules, grâce à un menu artistique aussi bien riche dans sa qualité que varié par les registres interprétés. Et cerise sur le gâteau, ce sont les jeunes artistes de la troupe amazighe, Izumal Freedom, qui ont exprimé l'aspect à la fois pluriel et authentique du paysage culturel marocain. Bref, Idurar 2017 qui a eu lieu du 16 au 19 novembre courant à Tahla, dans la province de Taza, a été un « franc succès ». Et la grande partie des attentes a été satisfaite, affirment les organisateurs.
Après différents spectacles de troupes folkloriques populaires, comme Hit Hyayna et Iârrimen N'ayt Warayn, Les baroudeurs de Ghyata, c'était au tour de l'artiste engagé Abdelfettah de monter sur scène, emmenant les quelques milliers de personnes, venues assister à cette soirée, dans les dédales d'une musique raffinée, une voix magnifique et un verbe subtil. «Dini Ya khatri» et «lmajrouh» ainsi que d'autres chansons puisées dans le répertoire du chanteur libanais Marcel Khalifé, comme «Jawaz Assafar» que le public a chantée en chœur, ont distillé une douce chaleur dans les gradins du stade municipal, qui abritait les spectacles. «Nous ne pouvons se passer de ce genre de musique, car elle constitue le socle d'une culture qui s'intéresse aux petites gens vivotant dans un monde souvent difficile et impitoyable, et l'engagement s'érige ainsi en nécessité impérieuse pour chanter un quotidien plutôt monotone», confie Khalil Boujediane, responsable de l'Association «Adrar pour le développement et l'environnement » qui organise cette manifestation.
L'enchaînement a été des plus beaux. Yassin Jebli, ou tout simplement Yann-Sin, comme ses fans aiment l'appeler, est venu injecter une dose de plus à l'ambiance prévalant dans les lieux. Le temps des jeunes est bien venu : les cris scandés de partout et des pancartes d'amour brandies au sein du public. Et le jeune professionnel, issu des expériences de «Studio 2M» et «The voice» de France a donné libre cours à sa créativité. Avec une voix mêlant, avec maîtrise, un registre vocal et un mouvement de papillon sur la scène, Yassin a su mettre debout tout le public. Du raï pour commencer et l'un de ses derniers tubes «Nta mkhtalef», du chaabi, mais aussi des covers de chansons américaines connues ont été de la partie. D'un ton à l'autre, d'un répertoire à l'autre et d'une langue à une autre... Yann-Sin est resté égal à lui-même. Et en face, une liesse incommensurable. «J'ai promis de venir à Tahla, il y a deux ans, maintenant, me voilà parmi vous, je n'en suis que ravi et je reviendrai souvent Inchallah», avoue le fils de Tan Tan qui a émerveillé, il y a deux ans déjà, tout le jury de «The voice», en interprétant les tubes du légendaire JJ Goldman.
Quittant la scène, Yassin a cédé la place aux jeunes artistes en herbe, qui cherchent leur voie, dans des styles différents, mariant danse et chants et se réclamant souvent des nouvelles tendances du rap. Une ambiance de joie et d'allégresse. Le public, quant à lui, est parti très satisfait, en se donnant rendez-vous pour la troisième édition d'Idurar 2018.
Il est à noter que le jeune réalisateur Imad Badi s'est vu décerner le grand prix du festival pour son court-métrage « Jour de pluie ». Président du jury, Bilal Marmid, journaliste et critique de cinéma, a annoncé le résultat de cette compétition, à laquelle avaient pris part cinq autres courts-métrages. Marmid qui avait à ses côtés la metteur en scène Asmae Houri, le compositeur Rachid Bromi, le critique de cinéma Ahmed Sijilmassi et le réalisateur Aziz Khoidir, a également annoncé une mention du jury en faveur de la jeune réalisatrice Nora Azeroual Tafat, pour son court-métrage «Akhnif Anberbach».
Outre le volet compétition, Idurar a été marqué cette année par l'organisation, trois jours durant, d'une université d'automne dédiée à une vingtaine de jeunes cinéphiles, autour des «techniques de tournage d'un court-métrage», et dont l'animation était assurée par le réalisateur Mourad Khellou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.