Edito : Redonner confiance    Lutte contre l'habitat insalubre : El Brouj, 59ème ville sans bidonvilles    Salaheddine Mezouar élu président de la CGEM    BMCE Bank of Africa et Crédit Agricole du Maroc primés en Afrique    Le patron de Facebook présente ses excuses devant le parlement européen    Entretien téléphonique entre SM le Roi et le président Palestinien    La voie de l'émergence    Marché du travail : Pertes dans l'industrie    Officialisation de l'amazigh : Dernière ligne droite chez les députés    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla
Publié dans Libération le 22 - 11 - 2017

Sublime ! Dans sa deuxième édition, le Festival Idurar de Tahla a vécu cette fin de semaine une clôture en apothéose. Le jeune prodigue de la chanson moderne Yassin Jebli et l'artiste engagé Abdelfettah Ngadi ont ensorcelé les foules, grâce à un menu artistique aussi bien riche dans sa qualité que varié par les registres interprétés. Et cerise sur le gâteau, ce sont les jeunes artistes de la troupe amazighe, Izumal Freedom, qui ont exprimé l'aspect à la fois pluriel et authentique du paysage culturel marocain. Bref, Idurar 2017 qui a eu lieu du 16 au 19 novembre courant à Tahla, dans la province de Taza, a été un « franc succès ». Et la grande partie des attentes a été satisfaite, affirment les organisateurs.
Après différents spectacles de troupes folkloriques populaires, comme Hit Hyayna et Iârrimen N'ayt Warayn, Les baroudeurs de Ghyata, c'était au tour de l'artiste engagé Abdelfettah de monter sur scène, emmenant les quelques milliers de personnes, venues assister à cette soirée, dans les dédales d'une musique raffinée, une voix magnifique et un verbe subtil. «Dini Ya khatri» et «lmajrouh» ainsi que d'autres chansons puisées dans le répertoire du chanteur libanais Marcel Khalifé, comme «Jawaz Assafar» que le public a chantée en chœur, ont distillé une douce chaleur dans les gradins du stade municipal, qui abritait les spectacles. «Nous ne pouvons se passer de ce genre de musique, car elle constitue le socle d'une culture qui s'intéresse aux petites gens vivotant dans un monde souvent difficile et impitoyable, et l'engagement s'érige ainsi en nécessité impérieuse pour chanter un quotidien plutôt monotone», confie Khalil Boujediane, responsable de l'Association «Adrar pour le développement et l'environnement » qui organise cette manifestation.
L'enchaînement a été des plus beaux. Yassin Jebli, ou tout simplement Yann-Sin, comme ses fans aiment l'appeler, est venu injecter une dose de plus à l'ambiance prévalant dans les lieux. Le temps des jeunes est bien venu : les cris scandés de partout et des pancartes d'amour brandies au sein du public. Et le jeune professionnel, issu des expériences de «Studio 2M» et «The voice» de France a donné libre cours à sa créativité. Avec une voix mêlant, avec maîtrise, un registre vocal et un mouvement de papillon sur la scène, Yassin a su mettre debout tout le public. Du raï pour commencer et l'un de ses derniers tubes «Nta mkhtalef», du chaabi, mais aussi des covers de chansons américaines connues ont été de la partie. D'un ton à l'autre, d'un répertoire à l'autre et d'une langue à une autre... Yann-Sin est resté égal à lui-même. Et en face, une liesse incommensurable. «J'ai promis de venir à Tahla, il y a deux ans, maintenant, me voilà parmi vous, je n'en suis que ravi et je reviendrai souvent Inchallah», avoue le fils de Tan Tan qui a émerveillé, il y a deux ans déjà, tout le jury de «The voice», en interprétant les tubes du légendaire JJ Goldman.
Quittant la scène, Yassin a cédé la place aux jeunes artistes en herbe, qui cherchent leur voie, dans des styles différents, mariant danse et chants et se réclamant souvent des nouvelles tendances du rap. Une ambiance de joie et d'allégresse. Le public, quant à lui, est parti très satisfait, en se donnant rendez-vous pour la troisième édition d'Idurar 2018.
Il est à noter que le jeune réalisateur Imad Badi s'est vu décerner le grand prix du festival pour son court-métrage « Jour de pluie ». Président du jury, Bilal Marmid, journaliste et critique de cinéma, a annoncé le résultat de cette compétition, à laquelle avaient pris part cinq autres courts-métrages. Marmid qui avait à ses côtés la metteur en scène Asmae Houri, le compositeur Rachid Bromi, le critique de cinéma Ahmed Sijilmassi et le réalisateur Aziz Khoidir, a également annoncé une mention du jury en faveur de la jeune réalisatrice Nora Azeroual Tafat, pour son court-métrage «Akhnif Anberbach».
Outre le volet compétition, Idurar a été marqué cette année par l'organisation, trois jours durant, d'une université d'automne dédiée à une vingtaine de jeunes cinéphiles, autour des «techniques de tournage d'un court-métrage», et dont l'animation était assurée par le réalisateur Mourad Khellou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.