Charivari autour du Programme «Rabat ville lumière»    20-Février    Energies renouvelables: Le plan d'accélération de l'écosystème Masen    France: Le projet de loi sur l'asile et l'immigration fait débat    Supercoupe d'Afrique: la 3e finale sera-t-elle la bonne pour le Wydad    Prix Terre de Femmes: Les lauréates de l'année    Brèves    Omar Hilale préside un comité spécial de l'ONU    Un individu arrêté après avoir incendié plusieurs guichets automatiques bancaires    Le club Inner Wheel construit un groupe scolaire pour enfants pauvres à Had Soualem    Va-t-on cueillir les fleurs du CHAN ?    Nabyl Ayouch: « Le Maroc n'a pas écrit son récit national »    Eredivisie : 4 joueurs marocains dans l'équipe-type du weekend    Hausse du chiffre d'affaires de l'ONDA    Groupe OCP et World Merit Morocco, focus sur les ODD    Abbas défend à l'ONU la création d'un Etat palestinien    « sexe collectif » dans une mosquée : La police dément    Saisie de 18 kg de chira destinés à des dealers à Anfa    Oxfam enquête sur 26 nouveaux cas de comportements sexuels inappropriés    François Conradie: «Ramaphosa pourrait être plus pragmatique avec le Maroc»    Quand «Eva» inspire...    L'bankalik promet de faire gagner des voyages VIP à ses clients    Des invitations VIP aux matchs de la Champions League pour les clients L'bankalik    17ème journée de la Botola Maroc Telecom : Les Militaires plument les Aigles Verts    Une initiative citoyenne pour aller jusqu'au bout du rêve !    Bouchnak compose la musique du film «Corsa»    SIEL : 520.000 visiteurs pour l'édition 2018    La BCP s'implante à Maurice et à Madagascar    Le système Bouteflika au bord de l'implosion    Royaume-Uni: Limogeage d'Henri Bolton, le leader d'UKIP    Israël: Des ex-collaborateurs de Netanyahu arrêtés dans un nouveau dossier de corruption    La santé de Ramadan serait compatible avec sa détention    Les leçons du 20 février!    Doukkali lance la campagne «Le don de sang, une responsabilité de tous»    Cauchemar hivernal pour l'équipement : 5.800 km de routes sous la neige    Rabat : Les partis de la coalition gouvernementale signent une charte pour une action commune    Message Royal au 3e Forum parlementaire sur la justice sociale    Maroc Telecom s'approche de 6 MMDH de bénéfices consolidés    Un jeu intense de chaises musicales à l'horizon    La CAF utilisera le VAR    Un Marocain arrêté à Murcie pour apologie du terrorisme    Participation brillante d'Amnesty International au 24e SIEL    Uber suspend ses activités au Maroc dès cette semaine    Abdelhaq Bensari, nouveau directeur de Société Générale Maroc    Un guide de la sécurité routière présenté à Rabat    Supercoup WAC - TP Mazembe : Début de la vente des billets    Tribunaux : Le Maroc formera les experts sénégalais    Can't Crush Crazy People by Skunkdog    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla
Publié dans Libération le 22 - 11 - 2017

Sublime ! Dans sa deuxième édition, le Festival Idurar de Tahla a vécu cette fin de semaine une clôture en apothéose. Le jeune prodigue de la chanson moderne Yassin Jebli et l'artiste engagé Abdelfettah Ngadi ont ensorcelé les foules, grâce à un menu artistique aussi bien riche dans sa qualité que varié par les registres interprétés. Et cerise sur le gâteau, ce sont les jeunes artistes de la troupe amazighe, Izumal Freedom, qui ont exprimé l'aspect à la fois pluriel et authentique du paysage culturel marocain. Bref, Idurar 2017 qui a eu lieu du 16 au 19 novembre courant à Tahla, dans la province de Taza, a été un « franc succès ». Et la grande partie des attentes a été satisfaite, affirment les organisateurs.
Après différents spectacles de troupes folkloriques populaires, comme Hit Hyayna et Iârrimen N'ayt Warayn, Les baroudeurs de Ghyata, c'était au tour de l'artiste engagé Abdelfettah de monter sur scène, emmenant les quelques milliers de personnes, venues assister à cette soirée, dans les dédales d'une musique raffinée, une voix magnifique et un verbe subtil. «Dini Ya khatri» et «lmajrouh» ainsi que d'autres chansons puisées dans le répertoire du chanteur libanais Marcel Khalifé, comme «Jawaz Assafar» que le public a chantée en chœur, ont distillé une douce chaleur dans les gradins du stade municipal, qui abritait les spectacles. «Nous ne pouvons se passer de ce genre de musique, car elle constitue le socle d'une culture qui s'intéresse aux petites gens vivotant dans un monde souvent difficile et impitoyable, et l'engagement s'érige ainsi en nécessité impérieuse pour chanter un quotidien plutôt monotone», confie Khalil Boujediane, responsable de l'Association «Adrar pour le développement et l'environnement » qui organise cette manifestation.
L'enchaînement a été des plus beaux. Yassin Jebli, ou tout simplement Yann-Sin, comme ses fans aiment l'appeler, est venu injecter une dose de plus à l'ambiance prévalant dans les lieux. Le temps des jeunes est bien venu : les cris scandés de partout et des pancartes d'amour brandies au sein du public. Et le jeune professionnel, issu des expériences de «Studio 2M» et «The voice» de France a donné libre cours à sa créativité. Avec une voix mêlant, avec maîtrise, un registre vocal et un mouvement de papillon sur la scène, Yassin a su mettre debout tout le public. Du raï pour commencer et l'un de ses derniers tubes «Nta mkhtalef», du chaabi, mais aussi des covers de chansons américaines connues ont été de la partie. D'un ton à l'autre, d'un répertoire à l'autre et d'une langue à une autre... Yann-Sin est resté égal à lui-même. Et en face, une liesse incommensurable. «J'ai promis de venir à Tahla, il y a deux ans, maintenant, me voilà parmi vous, je n'en suis que ravi et je reviendrai souvent Inchallah», avoue le fils de Tan Tan qui a émerveillé, il y a deux ans déjà, tout le jury de «The voice», en interprétant les tubes du légendaire JJ Goldman.
Quittant la scène, Yassin a cédé la place aux jeunes artistes en herbe, qui cherchent leur voie, dans des styles différents, mariant danse et chants et se réclamant souvent des nouvelles tendances du rap. Une ambiance de joie et d'allégresse. Le public, quant à lui, est parti très satisfait, en se donnant rendez-vous pour la troisième édition d'Idurar 2018.
Il est à noter que le jeune réalisateur Imad Badi s'est vu décerner le grand prix du festival pour son court-métrage « Jour de pluie ». Président du jury, Bilal Marmid, journaliste et critique de cinéma, a annoncé le résultat de cette compétition, à laquelle avaient pris part cinq autres courts-métrages. Marmid qui avait à ses côtés la metteur en scène Asmae Houri, le compositeur Rachid Bromi, le critique de cinéma Ahmed Sijilmassi et le réalisateur Aziz Khoidir, a également annoncé une mention du jury en faveur de la jeune réalisatrice Nora Azeroual Tafat, pour son court-métrage «Akhnif Anberbach».
Outre le volet compétition, Idurar a été marqué cette année par l'organisation, trois jours durant, d'une université d'automne dédiée à une vingtaine de jeunes cinéphiles, autour des «techniques de tournage d'un court-métrage», et dont l'animation était assurée par le réalisateur Mourad Khellou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.