HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers plus de réchauffement de la Terre
Publié dans Libération le 13 - 12 - 2017

La Terre pourrait d'ici 2100 se réchauffer 15% de plus que la pire prédiction des experts de l'ONU, selon une étude publiée mercredi, qui souligne la nécessité de réduire encore plus les émissions de gaz à effet de serre pour espérer rester sous les 2°C.
Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), l'organe scientifique de référence sur le réchauffement, a publié en 2014 un éventail de scénarios prédisant le réchauffement climatique à la fin du XXIe siècle en fonction du volume d'émissions de gaz à effet de serre. Patrick Brown et Ken Caldeira, climatologues à l'Institut Carnegie de l'université de Stanford en Californie, estiment dans cette étude publiée dans la revue Nature, que "le réchauffement climatique sera probablement plus important" que les pires modèles du Giec.
Pointant du doigt le degré d'incertitude des scénarios climatiques, ils notent que les modèles les plus pessimistes, qui supposent une augmentation des émissions de gaz à effet de serre tout au long du siècle, prévoient une augmentation des températures entre 3,2 et 5,9 degrés d'ici 2100 par rapport à la période pré-industrielle.
Dans l'objectif de rétrécir cette large fourchette, l'étude introduit dans les modèles des données liées à l'observation par satellite de l'énergie solaire absorbée ou renvoyée par la Terre. Et elle "élimine la partie basse de cette fourchette", concluant que "le réchauffement le plus probable est d'environ 0,5°C plus important que ce que suggère le modèle brut" du Giec concerné, résume le communiqué de Carnegie. Elle montre aussi "que si les émissions suivent un scénario +business as usual+, il y a 93% de chances que le réchauffement dépasse 4°C d'ici la fin du siècle", contre une probabilité plus faible dans les modèles actuels, a précisé Ken Caldeira dans le communiqué.
A ce stade, le monde a gagné près de 1°C, selon les scientifiques. Moins d'un degré qui a suffi à provoquer plus de précipitations, rétrécissement de la banquise, acidification des océans et augmentation de leur niveau moyen.
"Nos résultats indiquent que parvenir à n'importe quel objectif de stabilisation de la température mondiale nécessitera des réductions plus importantes des émissions de gaz à effet de serre que celles précédemment calculées", écrivent les auteurs de l'étude. Piers Forster, spécialiste en changement climatique à l'université britannique de Leeds, a appelé à "être prudent" concernant les résultats de cette étude. "C'est seulement un élément de preuve (...). Nous devons examiner tous les éléments de preuves avant de tirer des conclusions hâtives".
Mais d'autres chercheurs ont salué le travail des deux auteurs.
"Nous sommes désormais plus sûrs concernant l'avenir du climat, mais la mauvaise nouvelle, c'est qu'il sera plus chaud que nous le pensions", a commenté William Collins, professeur de météorologie à l'université britannique de Reading.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.