Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    France/Covid: Les députés valident une rallonge budgétaire de 7,2 mds d'euros    Nouvelle destination probable pour Mohamed Ihattaren    Le Maroc réitère son rejet des mesures israéliennes affectant le statut juridique d'Al-Qods    Les cours mondiaux des produits alimentaires poursuivent leur envolée    Driss Lachguar: L'USFP est depuis toujours un parti responsable qui place les intérêts du pays avant les siens    Le groupe socialiste à la Chambre des conseillers condamne le comportement du gouvernement espagnol    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région de Fès-Meknès    Solidarité, développement social, égalité, famille... Tu parles !    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    Foot africain : Hector Cuper sélectionneur de la RDC    Equipe nationale : Deux matches de préparation en juin prochain    Corruption: La loi n°19-46 publiée au B.O    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    Coronavirus au Maroc: 238 nouveaux cas et 513 guérisons en 24H    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    La prestation d'Amine Harit contre le Herta Berlin    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 617,5 MMDH au 19 mai    UEFA : La finale de la Ligue des champions déplacée d'Istanbul à Porto    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Marché des changes : le dirham se déprécie de 0,33% face à l'euro    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    Madaëf Eco6-Tamuda Bay: le CRI, l'APDN et Madaëf s'allient    Huawei : le Maroc favorable pour accélérer le développement de l'école numérique    Botola Pro: résultats, classement et buteur / 16ème journée    Prime 4-Replay: Voici le montant remporté par l'équipe de Hassan FOULANE...    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    BVC : la confiance envers les actions à un plus haut    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    «Aywad»: un hymne à la vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le futur président chilien sera soit milliardaire, soit journaliste
Publié dans Libération le 16 - 12 - 2017

L'un est l'homme le plus riche du pays, l'autre un célèbre journaliste: Sebastian Piñera, 68 ans, qui veut ramener la droite au pouvoir au Chili, affronte dimanche le socialiste Alejandro Guillier, 64 ans, afin de succéder à la présidente de gauche Michelle Bachelet.
Le résultat promet d'être très serré, après un premier tour, le 19 novembre, où l'ex-chef d'Etat a obtenu près de 37% des voix, un score décevant alors qu'il était annoncé comme le grand favori du scrutin.
Face à lui, son adversaire socialiste a décroché 22% des suffrages et pourrait profiter du report d'une partie des voix de Beatriz Sanchez, candidate de l'extrême-gauche qui a créé la surprise avec un score de 20%.
La fortune de Sebastian Piñera, estimée à 2,7 milliards de dollars par Forbes, a toujours fait grincer des dents: "Il ne peut pas se consacrer à gagner de l'argent et en plus gouverner le pays. C'est l'un ou l'autre", critique Alejandro Guillier.
Il semble pourtant qu'il n'a jamais su choisir entre la politique et les affaires.
Patron pilotant son propre hélicoptère, ancien propriétaire d'une chaîne de télévision et d'un club de football, M. Piñera était devenu en 2010 le premier président de droite du Chili depuis le retour à la démocratie après la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990).
A mi-chemin entre l'homme politique et la célébrité, il se considérait alors parfois comme une sorte de PDG de "l'entreprise" Chili.
Bronzé, souriant, élégant, il avait mis du temps, une fois élu président, à renoncer comme il le devait à ses actions dans la télévision, la compagnie aérienne nationale et le club de football de Colo Colo.
Après une première défaite contre Michelle Bachelet en 2005, quatre ans plus tard l'homme d'affaires, devenu entre-temps député puis sénateur, avait mis fin à des décennies d'hégémonie du centre gauche au pouvoir en se présentant comme leader d'une droite rénovée, débarrassée de l'héritage Pinochet.
Mais ses promesses de gouverner différemment se sont vite évanouies, quand il a réalisé que diriger un pays, ce n'est pas comme gérer une entreprise.
"Il s'est rendu compte que c'était beaucoup plus complexe que ce qu'il pensait. Son étape (au palais présidentiel de) La Moneda lui a appris que les choses sont plus difficiles", selon la journaliste Bernardita del Solar, auteure d'une biographie de l'ex-président.
Cela ne l'a pas empêché de terminer son mandat en 2014 sur une popularité plus qu'acceptable, à 50%. Il n'avait pas pu se représenter dans la foulée, la loi chilienne interdisant deux mandats consécutifs.
Son adversaire, Alejandro Guillier, est un visage très connu des Chiliens, après avoir présenté le principal journal télévisé du pays. Son profil atypique en politique l'a rapidement fait grimper dans les sondages et détrôner, comme candidat du Parti socialiste, une figure plus traditionnelle, l'ancien chef d'Etat Ricardo Lagos (2000-2006).
Face à l'énergie débordante de son principal opposant, qui assure qu'il ne dort que cinq heures par nuit, Alejandro Guillier confesse allègrement qu'il aime profiter de la sieste, des bons repas et de longues conversations au calme.
Beaucoup l'accusent de manquer d'enthousiasme dans cette campagne. "Les gens se trompent, ils sont habitués aux hyperactifs", s'est-il récemment défendu lors d'une interview, rappelant qu'il est "le seul candidat qui a parcouru l'ensemble du Chili" pour défendre son programme.
Même s'il a été adoubé par la présidente sortante Michelle Bachelet, il se présente comme "indépendant" et n'a pu compter que sur des fonds privés pour rassembler à travers le pays quelque 30.000 signatures nécessaires à sa candidature.
"Je dois parvenir à un équilibre très difficile entre une façon très transparente et horizontale de gouverner et la tradition politique", expliquait-il dans une rencontre avec la presse étrangère, vantant son "style citoyen" pour devenir "le président des gens".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.