Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Déclarations irresponsables: l'Intérieur se réserve le droit de recourir à la justice    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    Décès de VGE: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Emmanuel Macron    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    2M rénove ses journaux télévisés    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pateras reprennent du service avec leur lot de drames : 20 migrants irréguliers ont péri en mer entre le 1er et le 17 janvier
Publié dans Libération le 20 - 01 - 2018

Il y a certes le temps des cerises mais il y a aussi celui des pateras. Si le premier est fortement associé à la Commune de Paris, le second l'est à la Méditerranée. Les deux ont néanmoins pour point commun : la mort. Sanglante pour les communards de jadis et par noyade pour les actuels harraga.
20 migrants irréguliers ont ainsi péri sur les côtes espagnoles entre le 1er et le 17 janvier (25 à la même période en 2017), indiquent les statistiques publiées récemment par l'Organisation mondiale des migrations (OMI). Des décès qui s'ajoutent aux 179 enregistrés sur les côtes italiennes, soit un total de 199 contre 228 recensés durant l'année écoulée à la même période. En 2016, l'ONU avait révélé que plus de 5.000 migrants contre 3.771 l'an dernier, avaient trouvé la mort en traversant la Méditerranée pour rejoindre les côtes européennes. Qu'en est-t-il du sort réservé aux dépouilles de ces migrants malchanceux? Sont-elles enterrées comme il se doit ou traitées avec indifférence ?
Selon Ahmed Khalifa, vice-président de l'Association marocaine de l'intégration des migrants en Espagne (AMIM), les cadavres repêchés sur les côtes espagnoles sont souvent gardés dans des morgues en attente d'une réclamation de la part des familles ou des représentations diplomatiques. Le cas échéant, les dépouilles sont enterrées avec des stèles portant la date de leur découverte et une inscription indiquant leur nationalité. « S'il s'avère qu'il s'agit bel et bien de cadavres de migrants musulmans, ils seront enterrés selon le rite islamique comme le stipule l'accord de 1992 entre l'Etat espagnol et la Commission islamique d'Espagne », nous a-t-il indiqué. De son côté, Khadija Izadi El Arrabi, présidente de l'Association Emir Abdelkader, a révélé au site d'information « algeriepart », que les cadavres ayant séjourné plus de six mois dans les morgues et non-identifiés ou en état de décomposition avancée sont soit incinérés, soit exploités par des scientifiques avant d'être rejetés en mer.
Pour sa part, Hassan Ammari, militant d'Alarmephone, nous a déclaré que l'enterrement des corps des migrants a beaucoup évolué. « Aujourd'hui, les corps sont gardés de 72 heures à 15 jours voire un mois au maximum. Par la suite, ils sont enterrés. Il y a également la menace des réseaux de trafiquants d'organes humains qui rôdent en Méditerranée », nous a-t-il indiqué. Et de préciser : « On assiste actuellement à Alméria et Tarifa à l'enterrement de ces migrants dans des fosses communes dans l'anonymat le plus total ». Des propos qui ont été confirmés par un rapport espagnol cité par la station radio RFI qui indique que depuis août 2017 et compte tenu du dernier boom des arrivées, il n'y a plus de place pour eux dans les cimetières et ils sont anonymement enterrés dans des fosses communes.
« Au Maroc, les dépouilles sont traitées avec humanité et gardées de 7 à 8 mois. Les autorités marocaines essaient avant toute mise en terre d'identifier les défunts en faisant appel à leurs proches, à leurs familles ou aux ONG. A l'inverse, l'Espagne tente aujourd'hui de se débarrasser des cadavres le plus rapidement possible. En fait, elle les traite comme s'il s'agissait de simples numéros», a conclu Hassan Ammari.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.