Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Kremlin accuse les Etats-Unis d'embrouiller les enquêtes concernant l'utilisation d'armes chimiques en Syrie
Publié dans Libération le 25 - 01 - 2018

Le Kremlin a accusé mercredi les Etats-Unis d'"embrouiller" les enquêtes concernant l'utilisation d'armes chimiques en Syrie après que Washington a désigné la Russie comme responsable d'une telle attaque.
Mardi, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a estimé que la Russie "porte, en dernier ressort, la responsabilité pour les victimes de la Ghouta orientale", où 21 personnes, notamment des enfants, sont morts lundi de suffocation, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
"Nous sommes en désaccord catégoriquement avec l'approche américaine, qui de facto a embrouillé l'enquête sur les cas précédents" d'attaques chimiques, a rétorqué mercredi lors d'un point de presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.
La veille, l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia avait déjà qualifié les propos de M. Tillerson d'accusations "à l'emporte-pièces".
Le secrétaire d'Etat était à Paris pour lancer avec une trentaine de pays une initiative visant à poursuivre les responsables d'attaques chimiques en Syrie.
Cette réunion débutait alors que le régime de Bachar al-Assad était accusé d'avoir perpétré une attaque chimique meurtrière contre une enclave rebelle de la Ghouta orientale, à l'est de Damas.
Lors d'une réunion du Conseil de sécurité organisée mardi au pied levé à la demande de Moscou, M. Nebenzia a estimé qu'il était "étrange" que des informations "non confirmées" sur cette nouvelle attaque présumée sortent juste avant la réunion de Paris.
La Russie, alliée du régime syrien, a exigé lors de cette session la création d'un "nouvel organe international d'enquête" sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie afin de remplacer les experts internationaux actuels du groupe JIM, dont le mandat n'a pas été renouvelé en raison de veto russes.
Moscou a fait circuler un projet de résolution préconisant la création de ce nouveau mécanisme qui, contrairement aux experts du JIM dont Moscou a contesté pendant des mois la légitimité, serait "vraiment impartial, indépendant, professionnel et crédible".
Ces vifs échanges interviennent alors qu'un nouveau cycle de négociations pour la paix doit se tenir les 25 et 26 janvier à Vienne sous l'égide de l'ONU, juste avant que la Russie ne réunisse un Congrès de dialogue intersyrien le 30 janvier à Sotchi.
Par ailleurs, le gouvernement syrien a rejeté mercredi les accusations des Etats-Unis et de la France selon lesquelles il aurait eu recours récemment à des armes chimiques.
Damas a dénoncé des "mensonges".
Dans un communiqué, le ministère syrien des Affaires étrangères a déclaré que de telles allégations visaient à "faire obstacle aux efforts pour trouver une issue à la crise en Syrie".
Sous la pression d'une intervention militaire des Occidentaux, la Syrie a officiellement renoncé à son arsenal chimique en 2013.
Mais au cours des deux dernières années, l'Onu et l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) ont accusé Damas de plusieurs attaques au gaz sarin et au chlore.
L'armée syrienne nie systématiquement ce genre d'accusations.
"La Syrie a toujours fait preuve de coopération et fourni les conditions nécessaires à une enquête impartiale, objective et professionnelle sur l'utilisation des armes chimiques", a affirmé le ministère cité par l'agence de presse officielle Sana.
La conférence de Paris a été suivie d'une réunion à huis clos sur la Syrie entre les ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et de deux pays de la région, Jordanie et Arabie Saoudite.
Cette réunion avait pour but de "remettre le processus (de paix) de Genève et les Nations unies dans le jeu" avant le Congrès intersyrien organisé par la Russie le 30 janvier à Sotchi, a-t-on précisé dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian.
Les ministres ont tenté de définir "la meilleure manière de soutenir" ce processus onusien en matière de "réforme constitutionnelle et préparatifs en vue de la tenue d'élections", avant une série de réunions sur la Syrie, a ajouté un haut responsable du département d'Etat américain, tout en prévenant que cela prendrait "du temps".
Concrètement, lors de la conférence contre l'impunité de l'utilisation d'armes chimiques, 24 pays se sont engagés à partager des informations et à établir des listes de personnes impliquées dans leur utilisation, en Syrie, où la guerre a fait plus de 340.000 morts depuis 2011.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.