Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cigarette électronique : Top ou flop ?
Publié dans Libération le 03 - 02 - 2018

Fumer tout en restant branché, donne le vapotage. L'idée au départ était de créer un substitut moins nocif à la cigarette traditionnelle, jusqu'à ce que le fumeur arrive à se débarrasser définitivement de cette fâcheuse habitude. Toutefois, dès son apparition, son usage a été détourné et la cigarette électronique est devenue un produit de mode. En 2013, alors qu'elle venait tout juste de faire son entrée sur le marché marocain, la cigarette électronique a permis à plusieurs magasins de différentes marques de s'installer comme des bourgeons, attisant ainsi la concurrence entre eux. Les «vapoteurs» fiers de leur nouvelle acquisition, prenaient du plaisir à inhaler de longues bouffées et à exhaler une vapeur parfumée.
Cependant, l'accueil de ces e-cigarettes n'a pas été chaleureux pour longtemps au Maroc. Quelques enseignes de vente, histoire de suivre ‘'the wave'' ont commencé à fleurir çà et là dans le Royaume et plus particulièrement à Casablanca mais sans un réel succès. D'autant plus qu'après environ une année du début de la commercialisation des e-cigarettes en magasin, le ministère de la Santé marocain avait publié en 2014 un communiqué dénonçant leurs effets néfastes. La notice, mettait à l'époque, en garde, la population contre l'utilisation des cigarettes électroniques, le ministère dénonçant leurs effets nocifs et les campagnes publicitaires des entreprises d'e-cigarettes sans en étayer pour autant la nocivité du vapotage.
Toujours en 2014, dans son rapport, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour suggérer que la cigarette électronique aide les fumeurs à arrêter de fumer et qu'elle pouvait même encourager les jeunes utilisateurs à expérimenter différentes saveurs. Bien que l'OMS ait ajouté que les cigarettes électroniques sont moins toxiques que les cigarettes traditionnelles, elle ne s'est pas abstenue de souligner le fait qu'elles posent tout de même un risque sur la santé.
Plusieurs pays ont d'ores et déjà interdit la cigarette électronique. Par exemple en 2009, l'Uruguay a mis en place une interdiction générale des cigarettes électroniques. Aux Emirats arabes unis, la vente et l'importation de cigarettes électroniques sont aussi interdites depuis 2009. La Jordanie, Oman et le Qatar, ont également interdit l'utilisation de la cigarette électronique. En Thaïlande aussi, la cigarette électronique est strictement interdite. L'utilisation d'une e-cigarette ou vapotage, que ce soit par un Thaïlandais ou un étranger, est passible d'une amende ou d'une peine de prison.
Les réticences sont croissantes et les mises en garde aussi. En effet, les résultats d'une étude menée par des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université de New York et publiés lundi 29 janvier dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) stipulent que fumer des cigarettes électroniques pourrait accroître le risque de certains cancers ainsi que de maladies cardiaques. Dans le cadre de cette étude, des rongeurs ont été exposés au vapotage pendant douze semaines pour aspirer de la vapeur de nicotine équivalente en dose et durée à dix ans de vapotage pour les humains. Cette expérience a permis de constater des nuisances dans l'ADN des cellules des poumons, de la vessie et du cœur de ces animaux ainsi qu'une réduction du niveau de protéines réparatrices des cellules dans ces organes comparativement aux souris qui avaient respiré de l'air filtré pendant la même période.
Cela dit, la cigarette électronique est passée d'un produit en vogue à un produit créant plusieurs réticences aussi bien dans les rangs de fumeurs marocains qu'étrangers. Le passage à la cigarette électronique comme un moyen d'arrêter de fumer est censé être sans dégâts sur la santé, mais si ce n'est pas le cas, il serait alors préférable au fumeur de délaisser la cigarette sans avoir recours à un substitut susceptible de lui faire rappeler à chaque fois son attachement à la cigarette traditionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.