Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Elections européennes: Et c'est parti…    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La cigarette électronique : Top ou flop ?
Publié dans Libération le 03 - 02 - 2018

Fumer tout en restant branché, donne le vapotage. L'idée au départ était de créer un substitut moins nocif à la cigarette traditionnelle, jusqu'à ce que le fumeur arrive à se débarrasser définitivement de cette fâcheuse habitude. Toutefois, dès son apparition, son usage a été détourné et la cigarette électronique est devenue un produit de mode. En 2013, alors qu'elle venait tout juste de faire son entrée sur le marché marocain, la cigarette électronique a permis à plusieurs magasins de différentes marques de s'installer comme des bourgeons, attisant ainsi la concurrence entre eux. Les «vapoteurs» fiers de leur nouvelle acquisition, prenaient du plaisir à inhaler de longues bouffées et à exhaler une vapeur parfumée.
Cependant, l'accueil de ces e-cigarettes n'a pas été chaleureux pour longtemps au Maroc. Quelques enseignes de vente, histoire de suivre ‘'the wave'' ont commencé à fleurir çà et là dans le Royaume et plus particulièrement à Casablanca mais sans un réel succès. D'autant plus qu'après environ une année du début de la commercialisation des e-cigarettes en magasin, le ministère de la Santé marocain avait publié en 2014 un communiqué dénonçant leurs effets néfastes. La notice, mettait à l'époque, en garde, la population contre l'utilisation des cigarettes électroniques, le ministère dénonçant leurs effets nocifs et les campagnes publicitaires des entreprises d'e-cigarettes sans en étayer pour autant la nocivité du vapotage.
Toujours en 2014, dans son rapport, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait déclaré qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour suggérer que la cigarette électronique aide les fumeurs à arrêter de fumer et qu'elle pouvait même encourager les jeunes utilisateurs à expérimenter différentes saveurs. Bien que l'OMS ait ajouté que les cigarettes électroniques sont moins toxiques que les cigarettes traditionnelles, elle ne s'est pas abstenue de souligner le fait qu'elles posent tout de même un risque sur la santé.
Plusieurs pays ont d'ores et déjà interdit la cigarette électronique. Par exemple en 2009, l'Uruguay a mis en place une interdiction générale des cigarettes électroniques. Aux Emirats arabes unis, la vente et l'importation de cigarettes électroniques sont aussi interdites depuis 2009. La Jordanie, Oman et le Qatar, ont également interdit l'utilisation de la cigarette électronique. En Thaïlande aussi, la cigarette électronique est strictement interdite. L'utilisation d'une e-cigarette ou vapotage, que ce soit par un Thaïlandais ou un étranger, est passible d'une amende ou d'une peine de prison.
Les réticences sont croissantes et les mises en garde aussi. En effet, les résultats d'une étude menée par des chercheurs de la Faculté de médecine de l'Université de New York et publiés lundi 29 janvier dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) stipulent que fumer des cigarettes électroniques pourrait accroître le risque de certains cancers ainsi que de maladies cardiaques. Dans le cadre de cette étude, des rongeurs ont été exposés au vapotage pendant douze semaines pour aspirer de la vapeur de nicotine équivalente en dose et durée à dix ans de vapotage pour les humains. Cette expérience a permis de constater des nuisances dans l'ADN des cellules des poumons, de la vessie et du cœur de ces animaux ainsi qu'une réduction du niveau de protéines réparatrices des cellules dans ces organes comparativement aux souris qui avaient respiré de l'air filtré pendant la même période.
Cela dit, la cigarette électronique est passée d'un produit en vogue à un produit créant plusieurs réticences aussi bien dans les rangs de fumeurs marocains qu'étrangers. Le passage à la cigarette électronique comme un moyen d'arrêter de fumer est censé être sans dégâts sur la santé, mais si ce n'est pas le cas, il serait alors préférable au fumeur de délaisser la cigarette sans avoir recours à un substitut susceptible de lui faire rappeler à chaque fois son attachement à la cigarette traditionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.