Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Liban : des Libanais remercient le Roi Mohammed VI    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Juventus : Sarri passe à la trappe, Pirlo nommé entraineur    Un matelas anti covid-19 pour Messi    Champions League: le Barça et le Bayern passent en quart (VIDEOS)    La Botola a désormais un nouveau leader    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Coronavirus : record de 1345 cas positifs au Maroc ce samedi    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Macron réclame une enquête internationale    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merkel dans la dernière ligne droite pour sortir de l'imbroglio politique
Publié dans Libération le 05 - 02 - 2018

Angela Merkel n'a pas voulu s'engager dimanche à fixer une date pour la conclusion des longues négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates sur la formation d'une nouvelle "grande coalition" de gouvernement en Allemagne.
"Nous nous retrouvons aujourd'hui pour le round décisif des négociations, mais ce n'est pas possible encore de dire combien de temps cela va durer", a déclaré la chancelière à la presse.
"Nous avons bien avancé hier mais il reste des sujets importants à résoudre", a-t-elle ajouté, disant s'attendre à des "négociations difficiles".
Plus de quatre mois après les législatives de septembre qui ont laissé la première économie d'Europe sans majorité, les conservateurs de la CDU/CSU cherchent des solutions sur la santé, le droit du travail, l'Europe ou encore les retraites pour convaincre un SPD réticent de renouveler pour quatre ans la grande coalition, ou GroKo, sortante.
En négociations depuis début janvier, les deux camps devaient rouvrir leurs débats dimanche et se sont fixé comme objectif un compromis dans la soirée. Mais avec l'option de prolonger les pourparlers lundi et mardi.
"L'accord de coalition prend forme peu à peu", a commenté samedi soir un haut responsable du parti de Mme Merkel, Michael Grosse Broehmer. Selon lui, toutes les parties aux négociations "ont l'envie et l'intention de respecter le calendrier".
Le début de la semaine prochaine s'annonce comme une date-butoir, tant l'Allemagne s'impatiente. Quelque 71% de ses habitants disent ne pas comprendre pourquoi "la formation du gouvernement prend autant de temps", selon une enquête de la télévision publique ARD.
Si Mme Merkel échoue, elle devra soit se résoudre à entamer son quatrième mandat de chancelière en tentant de former un instable gouvernement minoritaire, soit accepter la tenue de nouvelles élections à haut risque qui pourraient profiter avant tout à l'extrême-droite. Les deux scénarios seraient des premières pour l'Allemagne d'après-guerre.
De son côté le SPD, laminé aux législatives (20,5%) et en chute dans les sondages depuis, est divisé. Nombre de cadres en veulent à leur chef Martin Schulz d'être revenu sur sa promesse d'un virage à gauche et de ne pas négocier avec Mme Merkel.
Or les militants auront le dernier mot sur l'éventuel accord de coalition, lors d'un vote postal étalé sur plusieurs semaines en février ou mars.
La chancelière n'est donc pas dans une position enviable, coincée entre une partie de sa famille conservatrice qui demande un coup de barre à droite pour freiner l'extrême droite, et la nécessité d'un compromis avec les sociaux-démocrates, sous pression de son aile gauche.
Une partie de la presse allemande se montre d'ailleurs sans concession à l'égard des deux partis qui, ensemble ou par alternance, dirigent l'Allemagne depuis 1949.
La Süddeutsche Zeitung dénonce ainsi leur quête du "plus petit dénominateur commun" pour fonder une GroKo "sans idée directrice" tournée vers l'avenir. Leurs règlements de compte publics en marge des négociations agacent aussi dans un pays bâti sur l'idée d'un dialogue politique consensuel.
"Ils sont hésitants, exaspérants et se chamaillent. Mais surtout, ils sont sans inspiration", assène le quotidien qui appelle Mme Merkel et M. Schulz à se ressaisir ou alors à "laisser la voie libre à d'autres chefs ou à des élections anticipées".
"C'est cette manière de faire de la politique qui a coûté 14 points aux élections (à la CDU et au SPD) et ça va continuer", juge Kevin Kühnert, chef des jeunes sociaux-démocrates et figure de proue des anti-GroKo.
Mais pour d'autres, un scrutin anticipé est trop risqué, tant le SPD est faible. C'est l'extrême droite qui en profiterait, alors que les quelque 13% recueillis en septembre par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), un score historique, ont déjà compliqué la quête d'une majorité.
Ce parti a surfé sur les inquiétudes générées par l'ouverture du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015 et a fait d'un départ précipité de la chancelière son principal objectif.
L'imbroglio politique actuel est inédit dans l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre, illustrant au passage la soudaine usure politique d'Angela Merkel, après douze années au pouvoir.
Cette perte d'influence a ses conséquences en Europe, où le président français Emmanuel Macron milite pour des réformes de fond afin de regagner la confiance des citoyens.
Certes, ses propositions pour l'UE ont été accueillies timidement à Berlin et sans l'Allemagne rien ne pourra se faire, mais pour la première fois depuis longtemps, la chancelière n'a plus l'initiative.
Le chef du SPD, ancien président du Parlement européen et fervent partisan des propositions d'Emmanuel Macron, a lui souligné que "le combat pour une Europe forte et renouvelée" devra être "un fondement" du futur gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.