Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    L'ECI Al Baida annule l'appel d'offre pour l'acquisition de nouveaux bus à Casablanca    Forum des ministres de la culture à Paris    Les Maldives réitèrent leur soutien total à la marocanité du Sahara    Vidéo: Jamal Sellami, le nouveau coach du RAJA, liste les priorités    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    AGO Wydad AC. Consolidation de la solidité financière    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Energy Globe Award : Une association marocaine s'illustre    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    Protection des données à caractère personnel : Les reco' des Centraliens    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Rêves brisés    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Edito : Incontournable    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Merkel dans la dernière ligne droite pour sortir de l'imbroglio politique
Publié dans Libération le 05 - 02 - 2018

Angela Merkel n'a pas voulu s'engager dimanche à fixer une date pour la conclusion des longues négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates sur la formation d'une nouvelle "grande coalition" de gouvernement en Allemagne.
"Nous nous retrouvons aujourd'hui pour le round décisif des négociations, mais ce n'est pas possible encore de dire combien de temps cela va durer", a déclaré la chancelière à la presse.
"Nous avons bien avancé hier mais il reste des sujets importants à résoudre", a-t-elle ajouté, disant s'attendre à des "négociations difficiles".
Plus de quatre mois après les législatives de septembre qui ont laissé la première économie d'Europe sans majorité, les conservateurs de la CDU/CSU cherchent des solutions sur la santé, le droit du travail, l'Europe ou encore les retraites pour convaincre un SPD réticent de renouveler pour quatre ans la grande coalition, ou GroKo, sortante.
En négociations depuis début janvier, les deux camps devaient rouvrir leurs débats dimanche et se sont fixé comme objectif un compromis dans la soirée. Mais avec l'option de prolonger les pourparlers lundi et mardi.
"L'accord de coalition prend forme peu à peu", a commenté samedi soir un haut responsable du parti de Mme Merkel, Michael Grosse Broehmer. Selon lui, toutes les parties aux négociations "ont l'envie et l'intention de respecter le calendrier".
Le début de la semaine prochaine s'annonce comme une date-butoir, tant l'Allemagne s'impatiente. Quelque 71% de ses habitants disent ne pas comprendre pourquoi "la formation du gouvernement prend autant de temps", selon une enquête de la télévision publique ARD.
Si Mme Merkel échoue, elle devra soit se résoudre à entamer son quatrième mandat de chancelière en tentant de former un instable gouvernement minoritaire, soit accepter la tenue de nouvelles élections à haut risque qui pourraient profiter avant tout à l'extrême-droite. Les deux scénarios seraient des premières pour l'Allemagne d'après-guerre.
De son côté le SPD, laminé aux législatives (20,5%) et en chute dans les sondages depuis, est divisé. Nombre de cadres en veulent à leur chef Martin Schulz d'être revenu sur sa promesse d'un virage à gauche et de ne pas négocier avec Mme Merkel.
Or les militants auront le dernier mot sur l'éventuel accord de coalition, lors d'un vote postal étalé sur plusieurs semaines en février ou mars.
La chancelière n'est donc pas dans une position enviable, coincée entre une partie de sa famille conservatrice qui demande un coup de barre à droite pour freiner l'extrême droite, et la nécessité d'un compromis avec les sociaux-démocrates, sous pression de son aile gauche.
Une partie de la presse allemande se montre d'ailleurs sans concession à l'égard des deux partis qui, ensemble ou par alternance, dirigent l'Allemagne depuis 1949.
La Süddeutsche Zeitung dénonce ainsi leur quête du "plus petit dénominateur commun" pour fonder une GroKo "sans idée directrice" tournée vers l'avenir. Leurs règlements de compte publics en marge des négociations agacent aussi dans un pays bâti sur l'idée d'un dialogue politique consensuel.
"Ils sont hésitants, exaspérants et se chamaillent. Mais surtout, ils sont sans inspiration", assène le quotidien qui appelle Mme Merkel et M. Schulz à se ressaisir ou alors à "laisser la voie libre à d'autres chefs ou à des élections anticipées".
"C'est cette manière de faire de la politique qui a coûté 14 points aux élections (à la CDU et au SPD) et ça va continuer", juge Kevin Kühnert, chef des jeunes sociaux-démocrates et figure de proue des anti-GroKo.
Mais pour d'autres, un scrutin anticipé est trop risqué, tant le SPD est faible. C'est l'extrême droite qui en profiterait, alors que les quelque 13% recueillis en septembre par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), un score historique, ont déjà compliqué la quête d'une majorité.
Ce parti a surfé sur les inquiétudes générées par l'ouverture du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015 et a fait d'un départ précipité de la chancelière son principal objectif.
L'imbroglio politique actuel est inédit dans l'histoire de l'Allemagne d'après-guerre, illustrant au passage la soudaine usure politique d'Angela Merkel, après douze années au pouvoir.
Cette perte d'influence a ses conséquences en Europe, où le président français Emmanuel Macron milite pour des réformes de fond afin de regagner la confiance des citoyens.
Certes, ses propositions pour l'UE ont été accueillies timidement à Berlin et sans l'Allemagne rien ne pourra se faire, mais pour la première fois depuis longtemps, la chancelière n'a plus l'initiative.
Le chef du SPD, ancien président du Parlement européen et fervent partisan des propositions d'Emmanuel Macron, a lui souligné que "le combat pour une Europe forte et renouvelée" devra être "un fondement" du futur gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.