Compteur coronavirus : 1.240 nouveaux cas confirmés et 1.361 guérisons en 24H    Cosumar accompagnera 10 auto-entrepreneurs    Un nouveau partenaire de Bank Of Africa en Chine    À Tamernoute (province d'Azilal) : Un enfant sauve tout un douar    CMC : financement externe "maitrisé et soutenable"    « Un maire de ville doit être un très bon gestionnaire »    Sahara : Le Gabon réaffirme son appui à l'Initiative marocaine d'autonomie    Maire : Un «boulot» bien payé    Technologie digitale intelligente: FRDISI et ONEE créent un centre à Casablanca    Proximité culturelle et sportive    Tourisme: Abdellatif Kabbaj élu personnalité de l'année    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Nador : Enquête judiciaire pour identifier les impliqués dans une tentative de trafic de 2.380 kg de Chira    Grandes villes : À quoi servent les maires ?    Vaccins anti-Covid-19 : Guterres crie sa grande déception    Mondial Handball : Ce soir à 18h00, le Maroc face au Portugal sans se faire des illusions !    ONU : la hausse des migrations internationales a ralenti de 27% en raison de la COVID-19    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    Le Bahreïn réitère son soutien au Maroc dans la défense de sa souveraineté et son intégrité territoriale    CHAN 2021 : Ce soir, Cameroun/Zimbabwe en ouverture à 18 heures    CHAN : Cameroun 2020 ou Cameroun 2021 ?    Omar Hilale : la coexistence entre musulmans et juifs est ancrée dans l'ADN des marocains    "Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Trump décoré du Wissam El Mohammadi    Mohamed Benabdelkader. Forte présence féminine aux postes de responsabilité dans l' administration judiciaire    Vaccination anti-covid : Biden dévoile le successeur de Moncef Slaoui    Le Cameroun est prêt    L'équipe du Maroc rate son entrée face à l'Algérie    Laporta, Font et Freixa déclarés candidats officiels à la présidence du Barça    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    L'immunité collective contre la Covid-19 pourrait être atteinte début mai    Saad Dine El Otmani : Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces du Sud    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Evolution du coronavirus au Maroc : 1291 nouveaux cas, 457.625 au total, vendredi 15 janvier 2021 à 18 heures    Initiative marocaine d'Autonomie: Un fort soutien formulé lors de la conférence ministérielle    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Les équipes à suivre de très près    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sécurité, plage et wifi: heureux, les Congolais du Rwanda
Publié dans Libération le 06 - 04 - 2018

En 1994, des centaines de milliers de Rwandais ont fui leur pays en guerre pour se réfugier en République démocratique du Congo (ex-Zaïre). Aujourd'hui, des Congolais en quête de sécurité et de meilleures conditions de vie entreprennent le chemin inverse pour s'installer dans les villes frontalières d'un Rwanda devenu stable et attractif.
Ils quittent Goma et Bukavu, grandes villes autour du lac Kivu, pour Gisenyi (face à Goma) et Kamembe (face à Bukavu).
L'exode massif en 1994 de Hutus du Rwanda, parmi lesquels des auteurs du génocide des Tutsis, avait plongé à son tour l'est de la RDC dans la guerre. Près d'un quart de siècle plus tard, l'insécurité y perdure.
"En 2013 j'ai reçu des menaces à Goma. On m'avait évacué à Gisenyi (au Rwanda). Je suis revenu à Goma un an après mais je craignais toujours pour ma sécurité. Trois amis du quartier ont été tués", raconte Jacques Kahora, un travailleur humanitaire.
En 2016, il s'est installé définitivement à Gisenyi, juste de l'autre côté de la frontière.
C'est aussi là qu'Adrien, un Congolais de Goma, loue une maison depuis dix mois pour 80 dollars mensuels: "Principalement pour l'accès à certaines choses basiques, l'eau et l'électricité", explique-t-il. "A Gisenyi, il n'y a presque pas de délestages (coupures de courant, ndlr), alors qu'à Goma, c'est quotidien et tu peux rester une semaine sans courant."
Le Rwanda offre aussi un wifi très performant, sur lequel d'ailleurs des Congolais de Goma et Bukavu se connectent quand les autorités congolaises coupent l'accès Internet les jours de manifestations.
"C'est plus calme que Goma", ajoute Adrien, un célibataire de 28 ans qui revient tous les jours dans sa ville d'origine - un trajet de quelques minutes - pour son travail dans une ONG et pour voir ses proches.
Comme lui, la plupart des transfrontaliers congolais continuent leurs activités à Goma et Bukavu, et ne font que dormir au Rwanda: "Ici (à Gisenyi), on amène seulement le sommeil", selon la formule de Leston Kambale, un Congolais de 38 ans installé depuis huit ans dans la ville frontalière.
"En tant qu'informaticien, j'avais besoin d'électricité 24 heures sur 24. Et puis, il y a la sécurité. Ici à Gisenyi, on se promène du soir au matin", souligne ce père de trois enfants nés et scolarisés côté rwandais.
La libre-circulation entre les deux pays n'est pourtant pas totale. Le matin, les Congolais présentent leur passeport ou leur "autorisation spéciale de circulation" délivrée par la Communauté économique des pays des grands lacs (CEPGL) aux guichets des deux postes douaniers identiques et flambant neufs sur la corniche du lac Kivu, côté rwandais, puis côté congolais.
Même chose le soir en sens inverse, en tous cas jusqu'à 22h00, heure de fermeture de la douane congolaise.
Pour s'établir au Rwanda, les Congolais s'acquittent d'une carte de résident valable deux ans, pour un montant dérisoire (20.000 francs rwandais, soit 23,2 dollars).
Impossible de quantifier les Congolais qui migrent au Rwanda - des personnes seules ou en couple tout autant que des familles - mais le mouvement semble à la hausse.
"Hier en rentrant, j'ai rencontré des amis qui allaient chercher des maisons à Gisenyi", témoigne Adrien.
Le dimanche, de jeunes Gomatraciens traversent aussi la frontière pour une journée de détente sur la plage Tam-Tam aménagée au bord du lac Kivu.
"A Goma, il n'y a que des propriétés privées au bord du lac. Ici à Gisenyi, on peut encore se baigner", témoigne Guilain Balume, un journaliste croisé entre le terrain de volley-ball et les pédalos.
Au sud du lac, des Congolais quittent aussi Bukavu, ses grappes de maisons aux toits pentus à flanc de collines surpeuplées et sa circulation chaotique, pour la ville frontalière de Kamembe près de Cyangugu: "Le Rwanda, c'est le pays des 1.000 collines, et nous, celui des 1.000 trous", ironise Jean, un chauffeur qui conduit sur une route parfaitement défoncée.
"Plus de 900 ménages ont quitté Bukavu pour vivre désormais à Kamembe au Rwanda", selon Patient Bashombe, qui préside le bureau de la coordination de la société civile du Sud Kivu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.