Le pape Francois invite 1.500 démunis à sa table    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Karim Benzema répond à Noël Le Graët    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Le PPS et la Loi de Finances 2020    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rabat attaché à sa PNIA malgé des difficultés certaines
Publié dans Libération le 20 - 06 - 2018

Aujourd'hui est célébrée la Journée mondiale des réfugiés en sa 17ème édition. En effet, l'Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 55/76 le 4 décembre 2000, avait décidé qu'à compter de 2001, le 20 juin marquerait à jamais cette journée consacrée aux réfugiés.
Le Maroc, pays connu, de par sa position géographique, comme un Etat traditionnel d'émigration, d'accueil pour de nombreux migrants, de réfugiés et de demandeurs d'asile essentiellement en provenance des pays africains sub-sahariens et de pays arabes connaissant des conflits internes comme la Syrie, ne fait nullement abstraction de ce cérémonial. Pays de transit par excellence vers le Vieux Continent, il fait face à de constants mouvements migratoires plus caractérisés pour leur nature économique, que politique que les réfugiés, les demandeurs d'asile sollicitent afin de leur fournir protection et assistance.
En témoignage de solidarité avec les pays d'Afrique et arabes en difficulté, le Royaume, tenu par des conventions internationales, de plusieurs composantes: administration publique, justice, forces de l'ordre, UNHCR, ainsi qu'institutions nationales et organisations non gouvernementales et autres, s'est plié à un rôle d'accueil des réfugiés que d'ailleurs le HCR a félicité.
Seulement voilà, depuis mars 2017, rares sont les réfugiés au Maroc à pouvoir obtenir une carte de séjour. La Commission interministérielle ad-hoc de régularisation des réfugiés, hébergée au Bureau des réfugiés et des apatrides (BRA) à Rabat, ayant été suspendue, le sort de nombre de demandeurs syriens, irakiens, yéménites et subsahariens se décidait au compte-goutte.
Cette situation peu réjouissante pour ces quémandeurs d'asile qui voient l'octroie d'un statut de réfugié et carte de séjour au Maroc s'envoler en fumée, fait tache dans les bonnes intentions dont avaient été animés les pouvoirs en charge de ce dossier devenu par la force des choses et des évènements une patate chaude dont aucune des parties concernées ne savait que faire.
Les dérivés de cette situation, c'est qu'à défaut d'un statut de réfugié, la précarité pour les demandeurs d'asile et de protection internationale n'en devenait qu'une autre réalité. En fait ces derniers ne peuvent pas louer d'appartement puisque plusieurs propriétaires exigent des documents d'identité avant toute opération de bail. Idem pour l'accès au marché de l'emploi sans parler des tracasseries causées par les contrôles policiers. Seul bémol, les documents du HCR qui toutefois ne peuvent ni remplacer ni tenir lieu de carte de séjour délivrée par les autorités marocaines avait précisé une source à Libé. Les réfugiés et les demandeurs d'asile dans ce cas en possession des documents du HCR ne peuvent prétendre qu'à une protection contre le refoulement.
Le Maroc qui s'efforce, malgré des difficultés certaines, d'offrir une protection aux réfugiés dans le cadre de sa politique nationale de l'immigration et de l'asile (PNIA), lancée en septembre 2013 à l'initiative de S.M le Roi Mohammed VI, a encore énormément de chemin à faire pour se mettre à niveau de la volonté Royale. La reprise des activités du BRA et la prise en charge des nombreux dossiers des demandeurs d'une protection en sont l'un des premiers vecteurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.