Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    Incendie à Arribat Center: pas de dégâts, selon la direction    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Spotify fête son premier anniversaire au Moyen- Orient et en Afrique    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    Instagram veut empêcher les moins de 13 ans de s'inscrire    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Tous à Londres, personne à Madrid!    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Mouvement national, Koutla et gauche: des faits pour l'histoire    Le tourisme, un maillon à fortifier!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    21e anniversaire de la disparition de Feu SM Hassan II    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Bourita rencontre Pompeo    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    FIFM 2019: Etoile d'or du festival pour Priyanka Chopra    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Soutien social au profit des handicapées : les résultats d'une étude présentés devant le conseil de gouvernement    Kia lance la prise de rendez-vous 100% en ligne    BatenborcH International Maroc et Afrique a soufflé sa sixième bougie en novembre    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    La Reine d'Espagne inaugure une exposition sur les arts amazighs en présence du Dr Leila Mezian Benjelloun    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Compétitivité    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Inauguration du Tribunal de Tifelt par Mohamed Benabdelkader    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les grandes puissances font une offre à l'Iran
Publié dans Libération le 07 - 07 - 2018

Les Européens, la Russie et la Chine, pressés de faire des propositions concrètes pour garantir la survie de l'accord sur le nucléaire, devaient rencontrer vendredi à Vienne les responsables iraniens avec une "offre" qu'ils estiment suffisamment "attractive" pour que Téhéran reste engagé dans le pacte.
"Nous formulons une offre que nous trouvons attractive" pour que l'Iran puisse continuer à commercer avec les entreprises européennes en dépit du retour annoncé des sanctions américaines, a déclaré à la presse le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Mass, avant le début de la réunion dans la capitale autrichienne qui a commencé vers 09h00 GMT.
Mais le président iranien Hassan Rohani a tempéré les attentes et fait monter la pression dès la veille de la rencontre des chefs de la diplomatie des cinq puissances restant partie à l'accord (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) avec leur homologue iranien Mohammad Javad Zarif.
Le paquet de mesures "ne répond pas à toutes les exigences de la République islamique", a indiqué M. Rohani au président français Emmanuel Macron lors d'un échange téléphonique, selon l'agence de presse officielle iranienne Irna.
"Ce ne sera pas la dernière discussion" sur ce sujet entre l'Iran et ses partenaires, a reconnu M. Mass, admettant également que les Européens "ne pourraient pas tout compenser".
Mais ils veulent "montrer à l'Iran qu'un retrait aurait plus de désavantages qu'un maintien" dans le pacte, a-t-il ajouté.
L'Iran tente d'obtenir des pays européens des compensations économiques au désengagement fracassant des Etats-Unis qui ont dénoncé l'accord début mai, le jugeant trop laxiste. Téhéran a menacé à plusieurs reprises de reprendre l'enrichissement d'uranium.
Le pacte historique de 2015 soumet l'Iran à un strict contrôle de ses activités nucléaires visant à empêcher le pays d'accéder à l'arme atomique. La contrepartie de l'accord pour l'Iran fut la levée des sanctions économiques internationales avec la perspective de nouveaux investissements.
Or depuis que le gouvernement américain de Donald Trump a dénoncé le texte, la perspective du retour des sanctions américaines a commencé à faire fuir les investisseurs étrangers. Le constructeur automobile français Peugeot, l'armateur danois de navires pétroliers Maersk Tankers se préparent à quitter le pays. Le Français Total risque de se retirer d'un projet de développement du vaste champ gazier iranien Pars Sud.
La rencontre de vendredi devait donner "une impulsion" en vue de protéger les intérêts des acteurs économiques, avait annoncé le vice-ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Riabkov.
Téhéran ne cache pas son impatience. "Le temps des négociations arrive à son terme", avait prévenu début juin le président du Parlement iranien, Ali Larijani.
Dans sa liste de conditions présentées fin mai, le guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a notamment demandé une garantie sur les ventes iraniennes de pétrole et sur les transactions commerciales.
L'Europe se retrouve ainsi sous une double pression, celle de Téhéran qui a besoin d'investissements étrangers pour remettre à flots son économie, et celle de Washington qui pourrait s'en prendre à ses entreprises et les priver d'accès au marché américain.
Le chef de la diplomatie allemande n'a pas détaillé le contenu de l'offre européenne, citant des propositions déjà connues: une loi dite "de blocage", dont les effets sont incertains, visant à contrer les effets des sanctions américaines sur les entreprises européennes voulant investir en Iran; un mandat élargi de la Banque européenne d'investissement (BEI) pour soutenir les investissements européens en Iran.
"Nous essayons maintenant de voir les possibilités de maintenir ouverts les canaux de paiement avec l'Iran", a ajouté M. Mass.
Signe de l'urgence, alors que les premières sanctions américaines doivent être réimposées début août, le président iranien Hassan Rohani était à Genève et à Vienne cette semaine où il a plaidé pour la sauvegarde de l'accord.
"Tant que c'est possible pour l'Iran, nous resterons partie à l'accord, nous ne quitterons pas le JCPOA (le sigle officiel de l'accord, ndlr), à la condition que nous puissions aussi en profiter", a dit ce conservateur modéré réélu en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.