Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La jeunesse face à la classe politique
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 03 - 2019


Par Ahmed Charaï
On ne peut que s'incliner face au civisme, au caractère pacifique, de la mobilisation massive en Algérie. Le pouvoir a réussi, par la candidature de Bouteflika, ressentie comme une humiliation par un peuple dont les moins de 40 ans sont majoritaires, à mettre dans la rue des millions de personnes. Les revendications aujourd'hui dépassent le système politique, pour rejeter le système rentier qui a construit des fortunes ex-nihilo.
Mais ce mouvement, comme beaucoup d'autres proches de nous, a une caractéristique : il rejette l'ensemble des corps intermédiaires, y compris les partis d'opposition. Dès lors, il y a un vrai problème de représentation.
Si on veut éviter le chaos il faut une transition et qui dit transition dit négociation et donc des personnalités acceptées par les gens mobilisés. C'est une vraie problématique.
La jeunesse algérienne est ulcérée par le manque de démocratie, mais aussi par la rapine généralisée, protégée et nourrie par le FLN. Mais elle ne fait aucunement confiance à des opposants, trop souvent conciliants à son goût. Si le mouvement de contestation ne se structure pas, ne dégage pas ses propres cadres, ses propres représentants, il est difficile d'envisager une issue heureuse à cette crise. La défiance vis-à-vis des élites établies est à son paroxysme, elle est justifiée par des décennies de pratiques peu vertueuses, mais, sans alternative constructive, elle obstrue l'avenir.
Au Maroc, avec un contexte politique différent, nous constatons, la même défiance vis-à-vis des institutions représentatives, de l'intermédiation politique et syndicale.
Les organisations de jeunesse, autrefois ailes marchantes des partis, sont squelettiques. Le taux de participation aux élections est très faible, alors même que 6 millions de Marocains en âge de voter ne sont même pas inscrits et cette tendance s'aggrave structurellement. Les partis payent parfois pour remplir une salle lors des meetings.
Nous vivons une ère de vraie misère de la politique. Ce n'est pas uniquement une question de vacuité des programmes, tous, ou dans leur majorité , d'essence libérale, peu imaginatifs, mais plutôt de crédibilité des politiques.
A l'ère de la transparence, les fonctionnaires qui deviennent milliardaires dès qu'ils entament une carrière politique, les nains opportunistes qui sont à longueur de temps dans ces combinaisons mafieuses, peu éthiques, ont fini par disqualifier la classe politique auprès des jeunes et de manière quasi-irréversible.
Pourtant le Maroc a connu de grands hommes, passionnés par la chose publique, qui ont défendu leurs idées, et sont partis sans laisser le moindre patrimoine matériel à leurs enfants ; Abdellah Ibrahim, Abderrahim Bouabid, Ali Yata et bien d'autres ont été de ceux-là.
La politique doit retomber sur ses pieds, c'est-à-dire recruter des profils prêts à servir leur pays, sans se servir, à écouter les doléances du peuple et à répondre par des propositions réalistes.
La défiance actuelle fragilise les institutions et jette son ombre sur l'avenir. Notre environnement nous rappelle cette vérité. Il serait suicidaire de continuer comme si de rien n'était.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.