Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Celui qui milite pour la parité homme-femme en vêtement    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    La durabilité selon Tariq Sijilmassi    Pas besoin d'en savoir plus    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    «La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    L'identité plurielle assumée    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    Dur des portugaises!    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La jeunesse face à la classe politique
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 03 - 2019


Par Ahmed Charaï
On ne peut que s'incliner face au civisme, au caractère pacifique, de la mobilisation massive en Algérie. Le pouvoir a réussi, par la candidature de Bouteflika, ressentie comme une humiliation par un peuple dont les moins de 40 ans sont majoritaires, à mettre dans la rue des millions de personnes. Les revendications aujourd'hui dépassent le système politique, pour rejeter le système rentier qui a construit des fortunes ex-nihilo.
Mais ce mouvement, comme beaucoup d'autres proches de nous, a une caractéristique : il rejette l'ensemble des corps intermédiaires, y compris les partis d'opposition. Dès lors, il y a un vrai problème de représentation.
Si on veut éviter le chaos il faut une transition et qui dit transition dit négociation et donc des personnalités acceptées par les gens mobilisés. C'est une vraie problématique.
La jeunesse algérienne est ulcérée par le manque de démocratie, mais aussi par la rapine généralisée, protégée et nourrie par le FLN. Mais elle ne fait aucunement confiance à des opposants, trop souvent conciliants à son goût. Si le mouvement de contestation ne se structure pas, ne dégage pas ses propres cadres, ses propres représentants, il est difficile d'envisager une issue heureuse à cette crise. La défiance vis-à-vis des élites établies est à son paroxysme, elle est justifiée par des décennies de pratiques peu vertueuses, mais, sans alternative constructive, elle obstrue l'avenir.
Au Maroc, avec un contexte politique différent, nous constatons, la même défiance vis-à-vis des institutions représentatives, de l'intermédiation politique et syndicale.
Les organisations de jeunesse, autrefois ailes marchantes des partis, sont squelettiques. Le taux de participation aux élections est très faible, alors même que 6 millions de Marocains en âge de voter ne sont même pas inscrits et cette tendance s'aggrave structurellement. Les partis payent parfois pour remplir une salle lors des meetings.
Nous vivons une ère de vraie misère de la politique. Ce n'est pas uniquement une question de vacuité des programmes, tous, ou dans leur majorité , d'essence libérale, peu imaginatifs, mais plutôt de crédibilité des politiques.
A l'ère de la transparence, les fonctionnaires qui deviennent milliardaires dès qu'ils entament une carrière politique, les nains opportunistes qui sont à longueur de temps dans ces combinaisons mafieuses, peu éthiques, ont fini par disqualifier la classe politique auprès des jeunes et de manière quasi-irréversible.
Pourtant le Maroc a connu de grands hommes, passionnés par la chose publique, qui ont défendu leurs idées, et sont partis sans laisser le moindre patrimoine matériel à leurs enfants ; Abdellah Ibrahim, Abderrahim Bouabid, Ali Yata et bien d'autres ont été de ceux-là.
La politique doit retomber sur ses pieds, c'est-à-dire recruter des profils prêts à servir leur pays, sans se servir, à écouter les doléances du peuple et à répondre par des propositions réalistes.
La défiance actuelle fragilise les institutions et jette son ombre sur l'avenir. Notre environnement nous rappelle cette vérité. Il serait suicidaire de continuer comme si de rien n'était.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.